triton95

un regard sur le monde

Posts Tagged ‘islam

1ère nuit du Ramadam

with 2 comments


Ce que personne ne dit jamais assez du sunnisme, c’est qu’au contraire du catholicisme, il n’est pas hiérarchisé et centralisé. De ce fait, les luttes pour le leadership y sont ouvertes et disputées. Le Conseil français du culte musulman a voulu rationaliser la pratique en supprimant la nuit du doute, et en se fondant sur la mécanique céleste, extrêmement précise, et qui permet d’en prévoir la date. Ce qui vient de se produire, c’est un conflit de pouvoir, car d’autres instances, s’appuyant sur la tradition, ont contesté la fixation de cette date. Le conseil, tout comme Chantecler, ce coq qui pensait que le soleil ne se levait qu’après qu’il ait chanté, a du rebrousser chemin.

La journée du doute permet de prendre le pouvoir sur une incertitude, au sens de Michel Crozier, qui expliquait que, dans les organisations, ce sont les zones d’incertitude qui sont riches en possibilité de pouvoir, et leur conquête est un enjeu important. Ce qui est mécanique et inflexible ne présente pas d’intérêt, car ne permettant aucun conflit, donc aucune victoire. LE conseil a perdu deux fois, une première fois en ne pouvant anéantir une zone d’incertitude, qui aurait rationalisé la pratique, et permis de trouver un accord, d’autre part en perdant le combat de la conquête de cette zone d’incertitude et en la laissant à d’autres pouvoirs.

Tel fut l’enjeu de la fixation de la date du Ramadam en 2013. Ce fut une lutte pour le pouvoir camouflée derrière des arguments théologiques, un peu comme « le nom de la rose » de Umberto Eco.

Written by Le blog de Jean Trito

10 juillet 2013 at 07:48

Publié dans politique, religion

Tagged with ,

Le voile autorisé partout dans le secteur privé ?

with 3 comments


Je n’ai pas compris la décision de la Cour de cassation concernant l’affaire de la nounou voilée de la crèche Babyloup. La Cour a annulé le licenciement ce cette personne qui venait travailler voilée avec l’argument que « Le principe de laïcité n’est pas applicable aux salariés des employeurs de droit privé qui ne gèrent pas un service public ». Que faut-il en déduire, comment faut-il comprendre cette décision : la Cour semble prendre la loi dans une lecture restrictive, et on pourrait en déduire que, dans le privé, on peut porter le voile, et que l’employeur ne peut s’y opposer, même dans le règlement intérieur. Ne va-t-on pas mettre à bas tout un travail sur la diversité en entreprise, car, sur ce fondement, plus personne ne pourrait empêcher une salariée de se faire embaucher, puis de venir travailler voilée, protégée ainsi par l’argument développé dans cette décision ?

Written by Le blog de Jean Trito

19 mars 2013 at 21:45

Publié dans droit, religion

Tagged with , , , ,

où va la France ?

with one comment


Chaque fois que j’accueille des gens à Argenteuil, j’ai des réactions très violentes lorsque les gens découvrent que la majorité des femmes sont voilées. Il y a une réaction d’angoisse, de perte de repères, et l’on commence à m’expliquer que cela ne pourra durer, qu’il y aura une guerre, La réalité de la banlieue semble constituer un choc pour beaucoup de gens, et bien que la ville soit sans doute paisible et mélangée, les réactions sont celles d’un rejet absolu de ce visage de la nouvelle France. Bien, pour des gens nés au XXème siècle, dans le futurisme, le progressisme, la science, il est bien difficile de comprendre des décennies plus tard qu’un certain obscurantisme soit à nouveau présent sur notre territoire, témoin d’un retour en arrière, vers des moeurs antiques pour une partie de la population. Il y a un rejet lié au décalage temporel, et le constat d’une difficulté à vivre ensemble, même dans ce calme, où les femmes voilées jouent au ping-pong, et alors que l’on voit moins de burkas dans la ville. Quel avenir pour les musulmans néo-traditionnels ? Va-t-on constater un jour un abandon aussi soudain qu’il est venu de ces tenues, pour une adoption rapide de moeurs plus européennes chez les nouvelles générations, un séparatisme, ou une différence dont on s’accommodera à la longue, et qui n’auront qu’une forme d’originalité vestimentaire ?

Nul ne peut encore le dire, on a vu tellement de sociétés pourtant bien assimilés, rentrer un jour en déflagration, que malgré une pointe d’optmisme, je suis quand même à l’écoute de mes visiteurs, qui peuvent très bien être plus réalistes que moi, et voir plus juste.

Written by Le blog de Jean Trito

22 juillet 2012 at 21:30

Publié dans argenteuil, islam

Tagged with ,

Pourquoi la « question Halal » est devenu un thème politique porteur ?

leave a comment »


Les producteurs n’en avaient pas pris conscience en 1975, quand la crise du veau aux hormones éclata, combien cette question de la qualité alimentaire était viscérale aux consommateurs. La nourriture ne fait pas que nous nourrir, elle est aussi porteuse de symboles et de mémoire. Certains généticiens disent que ce que nous mangeons est devenu génétique, en pratiquant une sélection naturelle de ceux qui ne pouvaient en assimiler les constituants. Nous sommes donc ce que nous mangeons. C’est avec les années60, les grands ensembles, la mort du petit commerce et de la vie de quartier, les produits standardisés, et la malbouffe, qu’est née cette nostalgie d’un âge d’or où tout aurait meilleur, un retour proustien vers des racines rurales.

Chaque crise alimentaire (Hormones, ESB, grippe aviaire) tourne à la psychose collective, pour reprendre un terme d’il y a quelques décennies. Lap eur de la nourriture altérée est aussi ancienne que l’humanité. On a ainsi sous-estimé cette peur atavique. La peur de la dénaturation, de l’empoisonnement, de la perte des repères, de la gastronomie des racines.

L’halal, est vu comme une grande falsification, un basculement dans un autre monde, une perte de la France, de ce qui en fait l’essentiel, l’introduction fallacieuse d’une autre culture, la peur kafkaiennede se réveiller « métamorphosé » un matin. L’efficacité de l’argument tient à ce qu’il ébranle l’individu, et lui fait redouter le deuil à venir de tout ce qu’il est, et subrepticement, l’angoisse de devoir vivre dans un pays étranger à domicile.

Souvent le temps, le changement d’époque nous donnent ce sentiment, celui de ne plus être chez nous, et c’est cet argument non rationnel qui est utilisé dans cette propagande efficace.

Written by Le blog de Jean Trito

17 mars 2012 at 07:46

La religion déculturée

with 6 comments


Les livres de Olivier Roy ont constitué un apport important sur les phénomènes religieux, et notamment l’Islam. Dans ce livre, il affiche une ambition plus vaste, celle d’analyser les religions de notre temps, grâce à son immense érudition, et les concepts qu’il a forgés dans le cours de ses réflexions, comme un nouveau Max Weber. Ce qui est central, c’est le rapport entre religion et culture. La religion traditionnelle est liée à la culture, aux moeurs, qu’elle imprègne, elle fait partie de la vie quotidienne, en marquant les évènements de l’existence. Ce qui est nouveau avec l’islamisme, et les protestantismes américains, c’est la rupture totale entre une culture et une religion. Les nouveaux adeptes embrassent une « religion pure », hors-sol, inculturelle. Le problème surgit rapidement, c’est qu’une religion déculturée ne peut faire société, car la foi ne peut souder les hommes, en dehors de liens symboliques et sociaux. Les adeptes doivent faire constamment preuve ostentatoire de leur foi, sous peine d’être rejetés, ce qui rend toute société construite ainsi impossible.

L’auteur a une connaissance immense du sujet. Il évoque le rapport entre langue sacrée, parfois langue de la prophétie (coran, ancien testament), et de ce fait figée et ossifiée. Du coup, la langue profane peut se développer en rupture, et permettre l’invention d’une littérature. L’église catholique a été un cas particulier au moyen-âge, la langue sacrée, le latin n’était pas la langue de la bible, mais on ne souhaitait pas de traduction profane, en raison des risques d’hérésie et de réformation. Le yiddish a pu se développer en Europe centrale, à côté de l’hébreu. Par contre, sa vaste littérature a disparu avec l’adoption de l’hébreu par Israel, et le génocide du XXème siècle.

La religion peut être ethnique, ainsi de l’orthodoxie, autocéphale, et dont les centres se sont multipliés avec l’éclatement de l’URSS (union des républiques socialistes soviétiques). Il appelle notre attention sur des éléments très méconnus, comme la conversion des femmes au christianisme dans les pays arabes, qui leur ouvre l’espoir d’échapper à l’islamisme. Un syncrétisme ne l’est qu’au début, par la suite il devient une religion à part entière, comme le christianisme synthèse entre judaîsme et messianisme.

Il n’oppose pas les religions entre elles, et constate que les pentecôtistes et les islamistes présentent les mêmes traits d’une religion déculturée.

Ce livre est en tout cas un très grand livre, riche de leçons et bien éloigné des lieux communs usuels sur « l’intégrisme ».

Written by Le blog de Jean Trito

5 février 2012 at 15:01

Charlie hebdo, faut pas charrier

with 3 comments


L’attentat contre les locaux de Charlie-hebdo a permis au journal de se poser en martyr, et de défendre la liberté d’expression, sans se poser de questions sur ce contenu. Est-ce que Charlie-hebdo est vraiment l’héritier des dessinateurs libertaires des années 70 ? ceux-ci secouaient une société qui ne reconnaissait pas qu’elle avait déjà beaucoup évolué, et dont le discours sur elle-même était déjà en décalage avec sa réalité. Elle pouvait supporter ce regard accru des dessinateurs sur l’absurdité de certains de ses modes de fonctionnement, il exprimaient une forme de progressisme. L’un de ces anciens, d’ailleurs, Siné a quitté le journal. A entendre la tonalité apportée par Val, je me demande si plutôt qu’une caricature, les textes sur l’Islam ne traduisent pas au fond un très grand mépris et une prise de position non avouée.

où s’arrête la caricature, où commence la haine ? Est-ce que Charlie pose des questions pertinentes, ou est-ce qu’il n’est pas devenu un décalque de la caricature des années 30, comme celle-ci ?

N’est-il pas en train de traiter le musulman, comme certains ont caricaturé le juif dans les années 30 ? ne participe-t-il pas d’un même dérapage ?

J’ai grandi dans les années 70, dans une société athée, ou à la rigueur Jésus passait pour un gauchiste. La messe ressemblait à celle que décrit le film, « la vie est un long fleuve tranquille », avec des curés, barbus, chevelus, comme Maxime Le Forestier à son époque, et s’accompagnaient à la guitare comme lui. Les filles et les garçons se sentaient égaux, la pub n’avait pas envahi la télé, on se gaussait de la situation aux USA où l’on osait couper un film pour y insérer une pub, comme d’un sacrilège, et comme d’un pays un peu décadent pour cette raison.On imaginait un futur cool, égalitaire (le néo-libéralisme n’existait pas, et personne n’aurait imaginé qu’il soit l’avenir du monde), avec des techniques qui libéraient des taches fastidieuses. La religion était quasiment un souvenir, une antiquité.

Je ne pense pas que les français de souche aient profondément évolué par rapport à ce temps, et ils ont été surpris sans doute par un retour du religieux, ou plutôt sa métamorphose en un substitut du marxisme, une manière d’affirmer son identité pour les pauvres. Qui aurait imaginé un jour que nos enfants se fassent reprocher de manger du cochon à la cantine, dans la France du XXIème siècle, n’aurait-ce pas été complètement incongru ?

Bien sur la religion musulmane n’accepte pas l’égalité hommes-femmes, mais c’est plutôt une question de culture que de religion, laquelle ne semble rien demander de particulier à ce sujet, et de toute façon, l’interprétation aurait pu suivre l’évolution des temps. Nous devons accepter une nouvelle donne, dont nous espérons qu’elle pourra se dissoudre dans l’identité européenne, s’assouplir, et se rapprocher des relations plutôt formelles que nous avons avec la religion catholique, qui marque les grands évènements, et correspond davantage à une culture partagée, qu’à une croyance fondamentale pour la plupart des gens.

Cette nouvelle donne nécessite que nous acceptions de nous décentrer, d’accepter ce qui nous échappe, et aussi de la respecter, à condition de faire respecter ce qui est notre identité, et sur lequel on ne peut transiger. Il n’est pas possible notamment que le porc puisse être banni de nos cantines scolaires, faire admettre notre culture, est le préalable pour que nous soyons nous-mêmes capables de respect. Mais une fois cela admis, est-il possible de se moquer comme le fait Charlie-hebdo, et ce avec une arrière pensée, qui est une position sur le conflit israelo-palestinien, position respectable, mais qui ne peut s’avancer ainsi masquée sous le voile de la caricature.

Val a dénigré certains livres qui montraient combien les militaires avaient manipulé les islamistes en Algérie, et ce qu’il raconte est donc au moins sujet à caution. Charlie-hebdo dissimule sa position par une défense de la liberté et de l’expression, sans accepter d’être relativisé, comme si la caricature valait vérité. Elle peut grossir le trait, montrer l’écart entre le discours et la réalité, mais elle ne suffit à elle seule à se substituer à l’analyse/

En gros, Charlie nous a présenté des caricatures dignes des années 30, en faisant passer tout cela pour de la liberté d’expression, et du courage. La réalité me semble bien plus nuancée.

Written by Le blog de Jean Trito

5 novembre 2011 at 19:59

La révolte des Zendjs

leave a comment »


Jacques Heers traite ainsi d’un sujet tabou, celui de l’esclavage en Islam.Il remarque, qu’au contraire de la traite atlantique, personne ne l’a dénoncé. Les chrétiens au contraire, et notamment du temps de l’alliance entre François 1er et le grand turc, mentaient sur la réalité de l’esclavage, ne voulant pas croire ce que racontaient les religieux, et voulant surtout préserver leur allié.

J’ai ainsi trouvé par hasard sur un forum quelqu’un qui explique sérieusement à un musulman inquiet que Mahomet mit fin à l’esclavage.

Ils évoquent notamment la révolte des Zendjs, comparable à celle de Spartacus face aux romains. Il est très difficile de trouver de la documentation sur cette épopée, dont aucun livre d’histoire ne parle.

Les Zendjs, ce sont les esclaves noirs, transportés à travers le Sahara, pour mettre en valeur les marais de Mésopotamie. Ils se révoltèrent en 869 et vainquirent pendant 14 années les armées du calife de Bagdad, et mirent en place un véritable état.C’était aussi une révolte des pauvres gens contre la luxure de la ville. Cet état se donna un chef arabe, Ali Ben Muhammad, qui organisa une société très hiérarchisée. En fait, cette armée était très largement encadrée par des arabes de haut rang. L’historien Al-Tabari leur consacra trois cents pages. En 883, après de longs assauts d’une armée de 500 000 hommes, Badgad réussit à vaincre les rebelles.

Written by Le blog de Jean Trito

31 octobre 2011 at 21:48