triton95

un regard sur le monde

Posts Tagged ‘cinéma

Pourquoi nous ne voulons voir que des films récents

with 3 comments


Dans mon enfance et ma jeunesse, on pouvait voir les films longtemps après leur sortie, car ils quittaient jamais tout à fait l’affiche. Aujourd’hui, le nombre de films qui sortent est trop important pour pouvoir les visionner tous, et ils disparaissent rapidement des affiches. De plus, la plupart des gens ne sont prêts à aller au cinéma que pour voir « le film qui sort », et dont ils viennent de voir la bande-annonce. Voir un film a une fonction sociale, il s’agit de voir le film dont on peut parler, et en profiter pour faire un commentaire un peu pontifiant (en région parisienne uniquement) qui met en valeur., sans que ce commentaire soit aussi coûteux à produire qu’une critique originale d’un gros livre, parce que l’on a lu quelques critiques de la presse écrite et de la télévision que l’on peut ressortir. Le cinéma est ainsi devenu un produit jetable, qui a surtout une fonction sociale, plus que personnelle.

Written by Le blog de Jean Trito

3 janvier 2015 at 13:41

Publié dans cinéma, publicité, réflexions

Tagged with , ,

critiques bien sévères

with 2 comments


Pourquoi les critiques ont-elles assassiné « Hannah Arendt » de Margaret von Trotta ? en quoi ce film était-il plus académique que tout ce qui sort ? Le film restitue une tension dans la pensée d’une philosophe, entre ce qu’on lui demande de penser et ce qu’elle décrypte du monde réel. D’ailleurs, les images d’Eichmann me crèvent aussi les yeux : on croirait entendre un fonctionnaire, qui ne parlerait que la langue administrative, et se préoccuperait uniquement de ces questions administratives, dans une histoire lourde et tragique. Le contraste est encore saisissant, même avec le recul. Elle a théorisé cet écart entre la banalité jargonnante et le mal, et ce compte rendu du procès est son meilleur livre, car j’ai beaucoup de mal à rentrer dans sa pensée, qui, à l’instar de ce que dit l’un des protagonistes du film, me semble également bien théorique. Le film montrer les contradictions du personnage principal, amante d’un philosophe nazi, qui « n’était pas bon en politique » (il ressemble à Eichman, son langage est philosophique au lieu d’être administratif) et vivant encore dans une langue allemande, « un stradivarius », dont elle a été chassée pour aller vers un paradis américain, dont elle ne parvient pas à s’approprier la langue, et a été des années en suspens comme apatride.

Le cinéma européen produit peu de films de ce calibre en fait, et a presque disparu. J’ai l’impression que la production n’a pas assez assuré l’après-vente et le soin aux critiques pour en recueillir de meilleures, un erreur de marketing peut-être. En
tout cas, cela me prouve qu’il faut aller au cinéma, en se plantant parfois, et ne pas écouter les plumitifs. La salle, sans être pleine, cela n’arrive que très rarement ici, comprenait au moins une vingtaine de personnes, ce qui est déjà intéressant.

Le sujet principal du film est en fait la controverse, ce que dit Arendt des judenrat, la participation des juifs à leur propre destruction, car ce qui existait d’organisation a été retourné contre eux. Aujourd’hui, Claude Lanzmann le conteste, et son film sera sans doute bientôt visible. Il m’est bien difficile de me former une opinion sur cette controverse historique, peut-être le film apportera-t-il quelque chose, mais que le passé est difficile à lire.

Ce film allemand a peut-être quelque chose des justifications de la »guerre civile européenne », cette volonté de rendre la passé moins manichéen, et de pouvoir l’aborder. Il est si rare d’entendre parler l’allemand au cinéma, et c’est presque une ouverture par rapport à l’invasion de l’anglais partout, jusque dans nos facs.

 

 

 

Written by Le blog de Jean Trito

26 mai 2013 at 18:05

le téléchargement peut-il constittuer une seconde chance virale pour les films méconnus ?

with one comment


Une grande part des films, bien que de qualité, sont vus par bien peu de spectateurs. Si l’on parvenait à sortir du dilemme téléchargement illégal aisé/chargement légal difficile et coûteux, pour se rendre compte qu’une grande part des films créatifs et de qualité ont peu de public, ne verrait -on pas dans un téléchargement facilité et à prix enfin raisonnable, un moyen de promouvoir ce cinéma ?

Written by Le blog de Jean Trito

4 mai 2013 at 13:53

Publié dans Non classé

Tagged with , , ,

Eva, beau film de science-fiction espagnol

leave a comment »


Du cinéma, on ne retient plus que les blockbusters, mais c’est est dans la production peu connue et peu commentée que l’on trouve les expériences les plus intéressantes, notamment en matière de genre, et dans la science-fiction en particulier, parce que l’on peut y expérimenter à l’écart des effets spéciaux qui se substituent trop souvent aux idées et aux émotions.

Written by Le blog de Jean Trito

4 mai 2013 at 13:20

Et les documentaristes ?

leave a comment »


Il est une remarque récurrente concernant la littérature, qui ne se réduit pas au roman. Mais qu’en est-il du cinéma, qui ne se réduit pas à la fiction, et n’oublie t-on pas trop souvent les documentaristes, qui ont aussi l’art de saisir l’image significative, ou de pratiquer une digression visuelle en montrant un contrepoint au discours. Filmer le réel, on appelle cela d’ailleurs le cinéma du réel, n’est-ce pas un art aussi, peut-être plus brut que la fiction.

Written by Le blog de Jean Trito

5 novembre 2011 at 18:54

Publié dans Non classé

Tagged with , , , ,

Sanctum au cinéma 3D d’Argenteuil

with one comment


Ce film produit par James Cameron (Avatar, Abyss, Titanic) n’est surement pas un chef d’oeuvre, mais il passe bien vu au cinéma 3D d’Argenteuil, pour 5,5 € en achetant 10 tickets, un prix très abordable (publicité pour ma ville non subventiionnée). En sortant de cette séance de plongée sous-marine en spéléologie, on est heureux de respirer à nouveau, en plein air. Alister Grierson est un fils spirituel de James Cameron, il nous montre le même univers, le merveilleux en moins. Richard Roxburgh, nous l’avions vu dans Talisman et Van Helsing, il joue le rôle du père inflexible, qui transmet le témoin à son fils trop peu vu. C’est un film sur la relation père-fils, la plongée, le souffle, et la nature indifférente aux hommes.

Written by Le blog de Jean Trito

10 avril 2011 at 09:29

Argenteuil, la foire des cinglés du cinéma

leave a comment »


Argenteuil organise chaque année une foire aux objets de cinéma, livres, films, affiches et devient une sorte de « Lourdes » du cinéma. Une plaisante promenade pour les passionnés.

Written by Le blog de Jean Trito

26 septembre 2010 at 17:37