triton95

un regard sur le monde

Posts Tagged ‘politique

est-ce qu’il y a quelqu’un sur le net ?

with one comment


On lit beaucoup d’articles dénigrant l’écriture des blogueurs, les commentaires, articles teintés du plus profond mépris et de la plus grande condescendance. Il semble que l’émergence d’une parole commune, partagée, accessible soit un problème pour des gens qui pensaient avoir monopolisés la parole, et se croyaient « influents ». C’est drôle cette idée de « l’influence », de croire que le public croit ces discours diffusés pour défendre certains intérêts, alors qu’il a appris à les décoder depuis l’époque du « bourrage de crâne », et que, sans doute, seuls ces porte-parole croient encore à leurs paroles, que ce qu’ils disent parce que des médias leur sont ouverts, peuvent influencer encore le public.

Je constate toutefois que peu de gens utilisent le net pour sa puissance, préférant le prémaché de facebook, où l’on accumule pas mal d’aneries, et de reprises en boucle, et que l’on utilise si peu pour tenir un discours plus intelligent. Facebook, quelque part, c’est un peu le deuil de la réflexion, c’est un étalage semi-privé de banalités. Je ne comprends pas comment on peut avoir des centaines de « friends », alors que je suis déjà perdu avec un petit nombre, car les interventions paraissent partielles, sautent du coq à l’ane, et je ne suis pas certain de lire autre chose qu’une autre version d’un jeu social.

Je constate donc, à ma grande surprise, que peu de gens utilisent vraiment le net. Pour ma ville de banlieue, on ne trouve aucun blogueur pour mettre en ligne des articles, hormis les blogs de candidats aux élections, mais est-ce quand on est candidat, on est encore libre d’écrire, quitte à déplaire ?

Il me semble que si plus de gens utilisaient vraiment le net, pour se mobiliser, pour défendre des positions, pour faire part de leurs réflexions, si on utilisait davantage encore le net pour ce qu’il permet de mise en contact en direct et sans grands moyens financiers, de communication pure, qu’après tout le premier bistrot permet peut-être mieux que le net, alors on aurait encore davantage l’impression de pouvoir avancer.

Le nombre de blogueurs faisant part d’expériences, de réflexions libres est donc plus faible que je ne pensais. Il y a une sorte de promotion de soi-même, plutôt qu’un partage d’idées. Peut-être le bistrot possède-t-il de plus grandes qualités que le net, il est plus homogène socialement, l’échange est plus direct, et il conserve la couleur de la langue, ou sa tonalité.

Il me semble qu’en ce moment, il y a des choses que l’on ne peut continuer d’accepter, pour lesquelles il est important de se battre, d’affiner les arguments, et que le net devrait le permettre.

La publicité, les services marchands inutiles, les réseaux sociaux conformistes ont envahi notre horizon netien, comme un lierre envahissant, mais il nous appartient de ne pas laisser cet espace unique, véritable novation de notre temps, ne pas devenir un grand dépotoir des productions des tanks de la pensée, et des agressions commerciales.

Written by Le blog de Jean Trito

9 février 2014 at 09:51

Libérez Chirac

with one comment


C’est un ancien président de la république, que plus aucun media ne montre, que sa femme a empêché d’aller voter librement contre Sarkozy aux présidentielles. C’est un homme qui a conquis le pouvoir peut-être contre son gré, et qui n’a pas su quoi en faire. Aujourd’hui, il aspire sans doute à une vie un peu plus agitée que la thébaîde qu’on lui a réservée. Son cas ne relève -t-il pas d’amnesty international, n’a-t-il pas le droit de sortir, boire, faire la fête entre copains, avant de tirer sa révérence ? c’est pour cela que je dis « libérons Chirac »!

Written by Le blog de Jean Trito

12 mai 2013 at 12:24

Publié dans Non classé

Tagged with , , ,

Monde des medias

leave a comment »


Le politique courtise la presse, parce qu’il sait que rien n’existe en dehors de ce que la presse et les medias montrent, mais ce monde montré par les medias, existe-t-il vraiment ?

Written by Le blog de Jean Trito

1 mai 2013 at 09:49

Publié dans Non classé

Tagged with , ,

transparence

leave a comment »


rappel des épisodes précédents : dans le cadre de l’opération transparence, le père a reconnu posséder 6 millions d’euros. Le fils, qui n’a pas d’argent, et n’est pas imposable, a acquis cash un appartement de 7 millions d’euros.

Written by Le blog de Jean Trito

1 mai 2013 at 09:44

Publié dans Non classé

Tagged with , , , ,

le choc Cahuzac pour la droite

with 2 comments


Cahuzac représentait les intérêts des milieux financiers au gouvernement, et le choc en retour touche tout autant la droite que la gauche. On entend Raffarin sortir de pauvres arguments pour défendre Dassault, qu’il pourrait « quitter la France », alors qu’il a toujours vécu des marchés publics ! Extraordinaire ! Cet argument des talents qui pourraient quitter la France est bien faible, il ressemble à un chantage qui sous-entendrait « nous sommes au-dessus des lois ».
Ce n’est pas un accident de parcours, mais un révélateur, et du coup se posent d’autres questions. Un des arguments employés par Raffarin, (un communicant, l’inventeur du « gringo » du café), c’est que l’assemblée ne représente pas assez la « société civile », qu’il y manque les professions libérales, les industriels (curieusement, il ne déplore pas la sous-représentation ouvrière, bien plus dramatique encore), cet argument, on l’a tant entendu, répété comme une évidence, et aujourd’hui, l’affaire Cahuzac le fait voler en éclats : il montre tous les conflits d’intérêt que cette « représentation » fait apparaitre, à tel point, qu’à l’inverse, on se demande si les fonctionnaires ne sont pas finalement, les seuls pouvant rester sans fil à la patte.

Written by Le blog de Jean Trito

16 avril 2013 at 07:14

Publié dans Non classé

Tagged with , , , , ,

Pourquoi la « question Halal » est devenu un thème politique porteur ?

leave a comment »


Les producteurs n’en avaient pas pris conscience en 1975, quand la crise du veau aux hormones éclata, combien cette question de la qualité alimentaire était viscérale aux consommateurs. La nourriture ne fait pas que nous nourrir, elle est aussi porteuse de symboles et de mémoire. Certains généticiens disent que ce que nous mangeons est devenu génétique, en pratiquant une sélection naturelle de ceux qui ne pouvaient en assimiler les constituants. Nous sommes donc ce que nous mangeons. C’est avec les années60, les grands ensembles, la mort du petit commerce et de la vie de quartier, les produits standardisés, et la malbouffe, qu’est née cette nostalgie d’un âge d’or où tout aurait meilleur, un retour proustien vers des racines rurales.

Chaque crise alimentaire (Hormones, ESB, grippe aviaire) tourne à la psychose collective, pour reprendre un terme d’il y a quelques décennies. Lap eur de la nourriture altérée est aussi ancienne que l’humanité. On a ainsi sous-estimé cette peur atavique. La peur de la dénaturation, de l’empoisonnement, de la perte des repères, de la gastronomie des racines.

L’halal, est vu comme une grande falsification, un basculement dans un autre monde, une perte de la France, de ce qui en fait l’essentiel, l’introduction fallacieuse d’une autre culture, la peur kafkaiennede se réveiller « métamorphosé » un matin. L’efficacité de l’argument tient à ce qu’il ébranle l’individu, et lui fait redouter le deuil à venir de tout ce qu’il est, et subrepticement, l’angoisse de devoir vivre dans un pays étranger à domicile.

Souvent le temps, le changement d’époque nous donnent ce sentiment, celui de ne plus être chez nous, et c’est cet argument non rationnel qui est utilisé dans cette propagande efficace.

Written by Le blog de Jean Trito

17 mars 2012 at 07:46

Le mur d’argent, un caisson d’isolation sensorielle

leave a comment »


Ce qui frappe dans la biographie des PDG, des hommes d’argent, des riches, c’est leur isolement du monde extérieur, et cela m’avait frappé en discutant avec quelqu’un de la vie de Jean-Marie Messier, valorisée dans une hagio-biographie. Ils vivent dans des maisons entourées de gardes, dans des milieux impénétrables, et leur entourage payé par eux, ne peut que leur tenir le discours qu’ils souhaitent entendre, il y a même une sorte de pression darwinienne pour ne sélectionner que des flatteurs, ou du moins des « positive thinkers » dont l’optimisme déconnecté finira par leur masquer toute réalité et entretenir leur narcissisme natif. On dénonce souvent la coupure des liens entre hommes politiques et peuple, mais elle ne peut être aussi importante que celle des dirigeants de conseils d’administration, qui n’ont plus d’interlocuteurs que des actionnaires. Ce sont des hommes sans autre responsabilité sociale que celles de leurs parts sociales, et sans autre vision de la société que celle de leurs sociétaires. La société est pour eux la société anonyme. On les appelle aussi les visiteurs du soir, ceux qui conseillent véritablement les dirigeants, leur donnant des directives à partir de leur caisson d’isolation sensorielle.

Written by Le blog de Jean Trito

18 juin 2011 at 08:21

Publié dans politique

Tagged with , , ,