triton95

un regard sur le monde

Posts Tagged ‘dessin

Argenteuil, le parc des berges

leave a comment »


La ville d’Argenteuil vient d’ouvrir un nouvel espace vert, et à le voir ainsi rempli d’enfants, on comprend à quel besoin important il répondait. Il a pourtant été critiqué, mais je me suis amusé à le représenter à ma manière, comme personne ne l’a fait en tout cas, dans l’esprit des peintres et dessinateurs qui ont hanté Argenteuil. C’est un souvenir de ce temps, et un regard vers le futur, car la jeunesse de la ville est là. Cette réalisation est conforme à ce que je souhaitais, une ville a besoin de parcs, pas d’un étalement urbain morne et infini. En attendant que l’on restaure les berges de la Seine, bitumées aujourd’hui, pour étendre ce parc jusqu’au fleuve. Mais comment les générations politiques précédentes n’ont-elles pas vu l’intérêt de préserver ce site, l’un des plus célèbres au monde.

Argenteuil le parc des berges

Argenteuil le parc des berges

Argenteuil le parc des berges

Argenteuil le parc des berges

sieste au parc des berges à Argenteuil

sieste au parc des berges à Argenteuil

Elle m’a fait penser à un dessin impressionniste, la sieste, dans les mêmes paysages.

parcberges 6 01062013

parc berges 4-01062013

Les enfants sont toujours très curieux de ce que l’on fait, si cela sort de l’ordinaire.

Written by Le blog de Jean Trito

2 juin 2013 at 00:52

L’écriture, ce plafond de verre

with one comment


Quelqu’un me disait récemment, il n’est pas vrai que les chanteurs connus chantent mieux que les autres, pour les filles il y a surtout une sélection physique, mais sur la voix, le talent, ceux qui sont connus n’ont rien de plus que ceux que l’on croise dans les écoles, les chorales. Cet avis m’a un peu surpris, jusqu’à ce que j’y réfléchisse et me rende compte, que n’écoutant plus aucun chanteur français depuis la mort de Brel, je n’avais été, effectivement, séduit par personne depuis des décennies. J’aime bien écouter sur le talk du Figaro les nouvelles chanteuses françaises, apprécier leur timbre de voix, et peut-être aussi la fraicheur de leurs vingts ans, mais je n’ai jamais été pris aux tripes par leurs textes, ils ne m’ont pas révélé de vérité profonde, n’ont pas crevé l’écran.

Au fond, cette phrase si banale et non évidente, que les gens connus n’ont pas plus de talent que les autres contient peut-être une grande part de vérité sur notre époque, où le médiatique fausse les choses.

J’ai parcouru sur le site de Thebookedition les extraits et le début des livres mis en ligne par des auteurs qui ne doivent pas vendre plus que quelques exemplaires de leur ouvrage, et je me suis rendu compte que leur prose ne semblait pas pire, pas moins intéressante que celle de beaucoup d’auteurs très présents dans les medias et les ventes, au talent peut-être plus médiocre que le leur. J’ai pensé à un éditeur qui expliquait que l’on prenait un livre sur des centaines, alors que les autres présentaient souvent les mêmes qualités d’écriture, et que l’on se fondait parfois sur des critères extralittéraires, comme le physique, l’âge, la capacité à affronter les medias.

Ainsi donc, la formule de l’un mes anciens chefs, qui avait passé l’ENA et était d’origine modeste, qu’il ne croyait pas aux génies méconnus, parce que tout ce qui a du talent finit par être reconnu dans un système méritocratique comme le nôtre, qui ne saurait donc rien ignorer ou passer sous silence. La réalité est en fait inverse, l’essentiel de ce qui est bon ou très bon passe inaperçu, n’émerge pas, et des hasards, des « cygnes noirs » font ressortir des oeuvres pour des raisons complétement contingentes.

La France est un pays littéraire où l’écrit est vénéré mais ne permet pas d’en vivre, à un point tel qu’il n’est pas possible de dire que vous écrivez, car c’est pris avec beaucoup de condescendance, de mépris, de critiques acerbes et injustes, il semble que chacun se transforme en critique littéraire, vous regarde de très haut, essayent de vous renvoyer à ce que vous êtes, et il est impossible que vous écriviez, cela ne colle pas avec votre schéma social.

Prestige de l’écrit, et mépris de l’écrivain vont de pair. Comme si l’on avait tellement idéalisé le premier, que l’on tentait encore de le faire en abaissant le second. La peinture est avouable, et encore à condition de faire dans le « joli », ou l’incompréhensible. Le dessin pur, l’écrit et le récit clair, semble être devenus des sous-genres.

Written by Le blog de Jean Trito

14 janvier 2012 at 19:42

Alfred Kubin, le psychanalyste du dessin

with 3 comments


Je retrouve parfois dans ma bibliothèque des livres un peu oubliés et que je prends plaisir à relire. Ainsi en est-il de cet opuscule, au style brillant, d’Alfred Kugin, un illustrateur et philosophe. Je m’étonne qu’il ne soit cité presque nulle part, et que l’on ne ressorte pas ses bijoux de textes, d’une très grande finesse d’écriture.

Dans ce livre, il nous fait assister à la genèse du dessin, et au mystère de la création artistique. Il nous explique que les images lui viennent, souvent issues du plus profond de sa mémoire, de son enfance notamment, et qu’elles sont parfois difficiles à interpréter. C’est le travail de l’inconscient qui rapproche ainsi des choses sans rapport et les déguise, les rendant méconnaissables. La plume est pour lui l’art suprême, sténographe de son âme. Le contact avec le papier est important, et il a longtemps utilisé de vieilles cartes au toucher ineffable. Le dessin n’est pas plat, mais recèle une matière importante. Il a passé sa vie dans le rêve, à l’explorer, le représenter, en chercher les correspondances mystérieuses, et exprimer une sensibilité à l’inconnu.

Written by Le blog de Jean Trito

6 janvier 2012 at 20:15

Dessin d’actualité

leave a comment »


Written by Le blog de Jean Trito

4 septembre 2011 at 14:55

Claude Mellan, un graveur d’exception

leave a comment »


Toujours par Fumaroli, j’ai découvert ce graveur, qui d’une seule spirale a tracé la face du Christ. On peut aussi le voir sur le premier dessin, que l’on peut agrandir pour aller jusqu’au détail du trait.

Written by Le blog de Jean Trito

13 juin 2011 at 08:36

L’affaire DSK nous apprend de nouveaux mots impolitiquement corrects

leave a comment »


Written by Le blog de Jean Trito

11 juin 2011 at 23:12

La presse baillonnée ?

with one comment


Written by Le blog de Jean Trito

9 janvier 2011 at 22:48