triton95

un regard sur le monde

Posts Tagged ‘tapie

Voter pour des agences de notation ?

with 7 comments


Dès qu’une agence de notation s’exprime, ses termes sont religieusement recueillis par la presse, surtout s’ils conseillent à la France de s’aligner sur des positions anglo-saxonnes, et de détruire le social. Il semble qu’il y ait ainsi un certain nombre d’amplifications médiatiques, toutes disponibles, pour ce genre de texte, d’ailleurs sans surprise.

En quoi l’analyse des agences de notation vaut-elle quelque chose ? Il s’agit en réalité de think tanks destinés à porter les revendications de quelque oligarques planétaires, sans aucun terreau démocratique. Et pourtant quoi de plus politique que ces « conseils techniques et éclairés » ?

Pourquoi les agences ne demandent-elles pas à participer aux élections françaises, comme tout autre parti politique, les choses seraient ainsi claires, elles n’apparaitraient plus comme des experts neutres, même comme des choix de société, plutôt repoussants.

Depardieu est l’embusqué fiscal presque parfait pour le gouvernement, non seulement il a permis de faire oublier l’affaire Cahuzac en provoquant une diversion, mais son cas est si grotesque que cela va même aider le gouvernement dans sa volonté de taxer les expatriés, pour peu qu’il en ait la volonté politique.

Tapie va acquérir un groupe de presse avec l’aide mystérieuse des banques. On jugera de l’indépendance des journalistes dont il est le patron à leur capacité à enquêter sur l’origine de son argent. C’est un mystère que personne n’a pu ou voulu percer depuis 40 ans. Dans sa biographie, il est vendeur d’électro-ménager, la page suivante il achète et revend des entreprises, et il impossible de comprendre comment l’on est passé d’un chapitre à l’autre, c’est le Comte de Monte-Christo qui n’aurait pas rencontré l’abbé Faria. Il est peut-être le masque sans visage de mains invisibles.

Publicités

Written by Le blog de Jean Trito

20 décembre 2012 at 20:59

Enfin une bonne question sur les financements de Tapie !

with 3 comments


Quelle bonne question !
« D’une part, je trouve bizarre qu’un homme, Philippe Hersant, installé en Suisse, à la tête d’un groupe ayant mal géré des entreprises de presse, soit autorisé à reprendre ces mêmes entreprises par la suite. D’autre part, je suis surpris de constater que les banques ont accepté un tel deal. C’est une chose qu’elles ne font jamais habituellement. Pourquoi ? »

Written by Le blog de Jean Trito

20 décembre 2012 at 20:46

Publié dans Non classé

Tagged with , , , , , ,

Bayrou, le courage

leave a comment »


Je crois que c’est la première fois qu’un dirigeant de droite appelle à voter pour l’autre bord. Bien sur, Chirac en 1981, dans une contorsion théâtrale avait fait comprendre à ses électeurs qu’ils souhaitaient reporter ses voix sur Mitterrand, mais là l’intervention est personnelle et à haut risque pour le président du MODEM.

Il a bien saisi le malaise de la droite modérée, qui ne s’exprime guère, et contribue ainsi à mettre fin à l’expérience Sarkozy. Il laisse le président s’enfoncer seul dans l’abîme, dans une logique qui le conduit à glisser au-delà du front national, moins ploutocrate que lui. Bayrou ne peut suivre un politique qui est en train d’attiser toutes les haines, dénonce les communautarismes, pour mieux les réveiller, en promettant aux uns, et en jetant l’anathème sur les autres. Il vient un moment où même la droite peut y perdre son âme, en divisant pour ne pas régner.

Bayrou s’est attaqué courageusement à certaines mesures scandaleuses mais non dénoncées dans un premier temps, comme l’affaire Tapie, dans laquelle son parti n’était pas mouillé. Il semble que ce soit du courage parce qu’il n’est pas évident qu’il tire un bénéfice politique de son choix, à moins qu’il parvienne à recomposer un nouveau centre droit autour de lui, et que le sarkozysme disparaisse dans les poubelles de l’histoire, comme une parenthèse désenchantée.

C’est une vraie position politique « morale » parce qu’elle échappe à la politique et ses arrangements habituels. Le sarkozysme est allé trop loin dans ses excès, à un point tel qu’il ne parvient plus à faire valoir les points positifs de son action. Je dirais que la moitié de mes amis ont eu de l’admiration pour Sarkozy et sa « dream team », sa volonté de réforme après un certain immobilisme chiraquien. Mais le malaise a été immédiat, dès la soirée au Fouquet. Il a été l’élu des beaux-quartiers, la marionnette de milieux financiers que l’on nous promettait depuis longtemps, en réaction à un Chirac jugé trop peu fiable.

Le MODEM est un parti que l’on pourrait qualifier de notables, on le constate en observant ses scores, plus fort dans les villes aisées de la région parisienne. Pourtant, on peut être un notable et souffrir des entorses au droit et à la probité qui minent d’ailleurs la position que l’on occupe. Les vieilles familles avaient horreur du bling-bling et de l’étalement naïf des richesses, réservées justement aux nouveaux riches, et qui les rendaient peu assimilables.

C’est un évènement important que cette prise de position de Bayrou, c’est l’éclatement de la droite, entre ceux qui dirons « nous au front national » et une tradition plus modérée, plus notable justement.

Le front national continue Sarkozy, tout en lui étant opposé, en le renvoyant à l' »établissement ». Il ne pouvait séduire deux lièvres à la fois. Le centre droit a choisi son côté de la fracture, il se serait dénaturé en votant Sarkozy, surtout après l’affaire Tapie, révélatrice d’un climat et d’un appui non dissimulé à des milieux financiers, dont l’homme d’affaires est soit le représentant, soit le scribe.

Written by Le blog de Jean Trito

5 mai 2012 at 07:23

Fin de concession

leave a comment »


Pierre Carles est le Michael Moore français, mâtiné de Nanni Moretti pour le côté introspectif et un peu chien battu. C’est une enquête hilarante sur la privatisation de TF1, et l’absence de respect du cahier des charges, restée pratiquement impunie. S’il y a un côté foutraque dans ce film, on s’amuse énormément à poursuivre avec Pierre Carles, parfois déguisé en cameraman espagnol, des vedettes insaisissables comme des anguilles. Je ne peux révéler tous les rebondissements et les surprises que l’on découvre, les comportements burlesques. Je découvre combien Bernard Tapie était proche de Francis Bouygues, et que Sarkozy était l’avocat de ce dernier, ce qui peut expliquer bien des choses. Tapie joue un rôle burlesque, en promettant monts-et-merveilles sur TF1, et l’un des réalisateurs commente : plus besoin d’envoyer les enfants à l’école, il suffira de les laisser devant TF1, ce sera tellement culturel..

http://www.touscoprod.com/lecteurEmbed.swf?type_flash=3&langue=fr&clip_id=327&server=http://www.touscoprod.com/

http://www.touscoprod.com/lecteurEmbed.swf?type_flash=3&langue=fr&clip_id=322&server=http://www.touscoprod.com/

Written by Le blog de Jean Trito

7 novembre 2010 at 16:51

Le combat du même

with one comment


N'avez-vous pas remarqué la propagande organisée autour de Strauss-Kahn, pourquoi nos élites ont-elles tant besoin que le deuxième tour voit Sarkozy et Strauss-Kahn s'affronter ? On a même ressorti Tapie (il le doit bien à Sarko) , va-t-il barrer la voie à d'autres candidats comme il l'avait fait avec Rocard. L'histoire va-t-elle se répéter, Sarko va-t-il utiliser Tapie comme Mitterand l'avait fait ?

Le but essentiel de tout cela est de mettre face à face des candidats qui auront l'agrément des milieux financiers, et le débat soit circonscrit afin de ne rien remettre en question. Les milieux financiers qui détiennent la presse sont en train d'installer leur candidat dans chaque camp, il s'agit d'opposer le  même au même, sans risque d'une candidature plus iconoclaste.

Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

Written by Le blog de Jean Trito

20 mai 2010 at 19:37

Publié dans vagabondages

Tagged with , ,

Les années 80

with one comment


Les années 80 furent le contrepoint des années 70. Ce que les années 70 ont cru subvertir par la révolution, les années 80 l'ont fait par l'insignifiance. Les années 70 se sont voulues authentiques, les années 80 ont érigé l'artificiel en idéal. Les cheveux étaient longs, ils devinrent courts et teintés de couleurs fluo. Eurythmics représentait la féminité androgyne de l'époque, et "Actuel", qui à la manière du net actuel pouvait monter tout fait en épingle, fut son journal. Ces années 80 ont professé les antivaleurs de la décennie précédente : le travail comme une drogue et la bourse comme un but. Les boites furent les temples de ces années là, parce qu'elles sélectionnaient sur "le look", cette manière de croire que l'habit est le moine., .Tapie et ses fausses valeurs  fut son gourou, après que Montand échoua pour s'être fait payer cher pour dire que les smicards gagnaient trop d'argent. Le SIDA ferma la porte de la décennie précédente, définitivement. Elles furent les années d'une certaine ivresse, de la fête, du fric, du tape à l'œil, le bécébégé et le rallye devinrent un modèle pour la société, ce qui était ranci en 70 devint "in" et fit l'objet de manuels de savoir-vivre. J'eus vingt ans dans ces années là, et ce fut quelque chose de funèbre. Ce fut une époque dont nous portons la gueule de bois aujourd'hui.

Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

Written by Le blog de Jean Trito

15 novembre 2009 at 05:09

Oscar à la télé

leave a comment »


la présentation devant l'assemblée n'était donc qu'une préparation pour la pièce de Noël. Tapie a donc joué Oscar devant l'assemblée nationale avant de le jouer sur le service public pour Noël ? il a failli jouer avec Jean, qui s'est diplomatiquement retiré. Cela ferait trop de lier deux fois le même nom à deux prestations théâtrales. .

http://www.assemblee-nationale.fr/13/commissions/com-fin-20080910-3.asp

sur ce site on peut assister à ce grand moment de télévision, et il est possible que la pièce jouée devant l'assemblée soit celle qui reste dans l'histoire comme le plus grand numéro d'acteur des deux.

B Tapie explique notamment que lorsqu'il doit parler sous serment, il envoie son avocat qui ne sait rien. Devant l'assemblée, il parle librement, il n'est pas sous serment. Bayrou en déduit que cela lui a permis de raconter n'importe quoi. Cela semble presque un syllogisme.

à compléter de l'intervention de Peyrelevade

http://www.assemblee-nationale.fr/13/commissions/com-fin-20080910-2.asp

Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

Written by Le blog de Jean Trito

27 décembre 2008 at 11:39

Publié dans vagabondages

Tagged with ,