triton95

un regard sur le monde

Archive for the ‘publicité’ Category

Cadeaux empoisonnés ?

with 4 comments


Noël est devenu une fête commerciale,  et nous sommes sollicités par ses vitrines dès avant la Toussaint, effaçant la fête des morts, comme si notre société ne voulait plus avoir un regard pour son passé, pour ceux qui l’ont faite.

Autrefois, on achetait quelques jouets pour les enfants. Aujourd’hui ,on est censé servir tous les adultes de son entourage, mais comment trouver des cadeaux acceptables, pour des adultes qui ont déjà tout chez eux, et qui ne sauront que faire de nos babioles coûteuses ? Le thème de la revente des cadeaux sur internet dès la fête passée pose cette question : faut-il consacrer autant d’argent en vain, alors que d’autres besoins prioritaires ne sont pas couverts ? n’est-ce pas un absurde besoin artificiellement entretenu par la pub, un potlach moderne, mais sans la satisfaction de quiconque au bout ?

Déjà les français sont en train de reculer sur ce point, mais ils mis longtemps à comprendre. C’est fou, comme il est difficile de se déprendre d’une pression sociale, qui nous incite à faire un peu n’importe quoi, dès lors que le commerce met le prix fort pour nous conditionner.

Renoncer à une « coutume » qui ne satisfait personne, est peut-être une manière intelligente de voir la vie, sachant le taux de mécontentement manifeste qui procurent ces cadeaux mal adaptés, parce qu’impossible à bien calibrer, sauf à être au plus prêt des désirs intimes de chacun, mais que la plupart des gens ont bien les moyens de réaliser eux-mêmes.

 

 

 

 

Publicités

Written by Le blog de Jean Trito

27 décembre 2016 at 07:40

Publié dans Noël, publicité, réflexions

no country for old blogs

leave a comment »


Internet se verrouille, les journaux retirent leurs billes, et présentent de plus en plus d’articles tronqués, ce qu’ils ont hésité à faire, parce qu’un journal est aujourd’hui bien davantage le moyen pour des groupes de faire passer leur vision du monde, et mettre en ligne des pubs.

La participation est moins souhaitée, certains journaux ont fermé l’accès aux commentaires, expliquant que trop de commentaires sont déplaisants, et que le travail de filtrage est coûteux.

Je constate aussi qu’il devient plus difficile de mettre un lien en ligne, pour un partage avec le net, comme si la place était si chère qu’elle devait aussi être valorisée. Le net n’est pas ce marché pur et parfait, où chacun aurait ses chances de faire connaître son message, ses textes, ses images. Cette diffusion est très limitée, et le devient tout autant que dans l’édition ordinaire.

Je suis frappé par la diffusion facile du bas de gamme, il suffit de regarder Facebook, pour voir à quel point un media puissant est envahi de banalités, d’arguments à deux balles, et de resucées de resucées qui tournent en boucle.

Les medias classiques ont senti le danger, et le système est verrouillé, visant tout autant à assurer la promotion de certains que l’étouffement d’autres.

Written by Le blog de Jean Trito

18 septembre 2016 at 05:26

Windows10

with 2 comments


Je viens de télécharger windows 10, pour sortir enfin de windows 8 et ses écrans infernaux. Si le bon sens a fini par restaurer le bouton démarrer, il semble que d’autres fonctions soient bien moins accessibles, comme le panneau de configuration, où l’on a bien du mal à retrouver les arrières-plans, mis à part ceux que proposent windows. Le but de ces logiciels est de promener devant nos yeux des propositions publicitaires, des liens commerciaux, des images windows à la place des nôtres, un peu ce qu’est la gare Saint-Lazare, où il s’agit davantage de promener le chaland captif devant des marques, que de l’aider à rentrer dans sa lointaine banlieue avec des achats utiles.

Written by Le blog de Jean Trito

8 août 2015 at 15:29

Publié dans publicité

SAV

with 2 comments


Acheté une cuisinière dans une sorte de magasin d’usine, à presque moitié prix. Au bout de quelques jours, seuls la moitié des plaques fonctionne encore. Contacté le magasin, puis le service après-vente, qui nous pose un lapin. On se renseigne, en fait ce type d’article est stocké dans les magasins depuis au moins deux ans. Demi-tarif, demi-fonctionnement. Il a passé sa période d’obsolescence programmée dans des entrepôts, et en sort déjà usé.

Written by Le blog de Jean Trito

3 avril 2015 at 20:47

Publié dans publicité

Tagged with

Faut-il interdire la pub ?

with one comment


J’ai appelé ce matin une société privée, pour faire réparer une installation collective déficiente, et j’ai eu la surprise d’apprendre que non seulement l’appel était payant, mais que je devais écouter un message publicitaire à la gloire de l’entreprise avant la réponse….qui ne vint pas, car l’on me conseilla de rappeler plus tard.

On sait déjà que la capitalisation boursière est pleine de vide, mais est-ce qu’une partie de notre activité économique est également pleine du vide de la pub. Que nous resterait-il si l’on enlevait la pub d’ailleurs, quelle économie résiduelle découvrirait-on, comme ces fins ruisselets qui occupent le fond des lacs de barrage d’EDF que l’on vide ?

Je me demande si l’on ne devrait pas interdire la pub, elle occupe l’essentiel de notre espace médiatique, à tel point que la télé est devenue irregardable, que l’on n’aura plus rien sur internet que des pubs, à un point tel que l’on finira pas se passer de notre irremplaçable media, comme l’on a cessé d’écouter la ratio à plein volume sur la plage, et à jouer du yoyo dans la rue. On y gagnerait en sérénité, en revendications sans cesse alimentées par cette machine à frustrations toujours renouvelée, et l’on se consacrerait peut-être à des choses plus utiles. Nos cerveaux s’en porteraient surement mieux, on n’aurait plus besoin d’ouvrir les magasins le dimanche pour vendre des fioritures.

Written by Le blog de Jean Trito

20 février 2015 at 12:25

Publié dans medias, publicité, réflexions

Pourquoi nous ne voulons voir que des films récents

with 3 comments


Dans mon enfance et ma jeunesse, on pouvait voir les films longtemps après leur sortie, car ils quittaient jamais tout à fait l’affiche. Aujourd’hui, le nombre de films qui sortent est trop important pour pouvoir les visionner tous, et ils disparaissent rapidement des affiches. De plus, la plupart des gens ne sont prêts à aller au cinéma que pour voir « le film qui sort », et dont ils viennent de voir la bande-annonce. Voir un film a une fonction sociale, il s’agit de voir le film dont on peut parler, et en profiter pour faire un commentaire un peu pontifiant (en région parisienne uniquement) qui met en valeur., sans que ce commentaire soit aussi coûteux à produire qu’une critique originale d’un gros livre, parce que l’on a lu quelques critiques de la presse écrite et de la télévision que l’on peut ressortir. Le cinéma est ainsi devenu un produit jetable, qui a surtout une fonction sociale, plus que personnelle.

Written by Le blog de Jean Trito

3 janvier 2015 at 13:41

Publié dans cinéma, publicité, réflexions

Tagged with , ,

L’hallucinant système de non-dépannage d’Orange

with 3 comments


Avez-vous lu « l’idéaliste », ce livre de John Grisham, dans lequel on découvre un système de sécurité sociale privée, où un manuel de procédure décrit des cheminements de traitement des dossiers fait pour ne jamais aboutir à un quelconque remboursement, et sans que les employés, maillons de la chaîne s’en rendent compte à leur niveau.

C’est un peu l’expérience que je viens de vivre avec Orange. Mon téléphone ne fonctionnait pas, et j’ai pu prendre contact avec la maintenance, via un chat. J’ai passé une heure et quart avec le technicien, qui, après de nombreux essais, a conclu qu’il fallait changer ma livebox, laquelle présentait un blocage d’origine inconnue. Je pensais que la résolution serait simple : Orange possède un énorme réseau commercial, il me suffisait de passer à l’agence proche de mon domicile, laquelle délivrait des livebox à la pelle chaque jour, aux gens qui viennent signer un contrat.

C’était une grave erreur de ma part, comme de confondre le circuit propre et le circuit sale en matière d’alimentation, lesquels ne doivent jamais se croiser. Le technicien m’a expliqué que je serai informé par un sms, et qu’il me faudrait aller chercher ma livebox de remplacement à l’autre bout de ma ville de banlieue, ce qui, lorsque l’on ne possède pas de voiture, n’est pas si simple. Pourquoi ne pas l’expédier à mon domicile, pourquoi ne pas m’en remettre une à l’agence du centre commercial proche de chez moi ? grand mystère, il semble que les stocks de l’agence ne soient pas destinés à dépanner, mais uniquement à vendre.

Le dimanche à midi, quelqu’un m’a appelé sur mon portable, pour m’informer que l’on allait me demander mon avis sur l’intervention d’orange, qu’il faudrait l’évaluer. J’ai donc reçu un mèl, avec des questions, auxquelles j’ai répondu de manière bienveillante, le technicien m’ayant effectivement bien paru attentif à mon problème. Il m’avait indiqué que, compte tenu de mes ennuis, Orange se devait de faire un geste commercial.

J’ai attendu le sms qui n’est jamais venu. Un coup de fil nous a informés que l’opération (sans doute lourde et exceptionnelle) était annulée.

Voici quelques jours, nouveau sms : on m’informe que ma commande est livrée à une adresse située encore plus loin, au fond de la banlieue, dans une zone industrielle, où, malgré le gps installé dans la voiture, nous ne trouvâmes jamais, comme David Vincent en son temps.

Après cette mésaventure, qu’en conclure : j’écris au pdg d’orange, avec oopie à « 60 millions de consommateurs », et à l’association « anti-arnaques », je me rends à l’agence commerciale, je restitue tout le dispositif, et je vais ailleurs ? , mais quelle garantie supplémentaire aurai-je chez un autre fournisseur, moins soutenu par l’état, et donc l’infrastructure de service après-vente sera encore inférieure ? je me souviens des démarcheurs d’Alice qui m’avaient inscrits sans me demander mon avis, et coupé ma ligne avec France-telecom.

L’organisation de l’entreprise m’interpelle fortement : n’est ce pas, en pire, une sorte d’administration, où les procédures seraient incomplètes, incohérentes, sans aboutissement, et sans sens commun. Ce qui me frappe, c’est ce découplage entre le système commercial, hyperdéveoppé, et l’organisation technique confiée à des gens sans coordination, miséreuse. Je pressens un formidable problème d’organisation, un passionnant problème de gestion, de ceux qui firent la célébrité d’un Michel Crozier. Si quelqu’un a des infos, je suis preneur.

En tout cas, je regrette le temps où les gens des PTT se déplaçaient en cas de panne de téléphone, ce temps semble bien révolu, et l’on semble ne plus avoir aucun souci du client, une fois engagé dans le système.

Written by Le blog de Jean Trito

21 décembre 2014 at 09:03