triton95

un regard sur le monde

Archive for août 2018

Ancien wikipediste

with one comment


J’ai contribué à Wikipedia pour un certain nombre d’articles, voici une dizaine d’années, et puis j’ai arrêté.

J’avais vite constaté que l’encyclopédie était plus riche de footballeurs que d’écrivains, et qu’il fallait créer des articles concernant le monde de la culture. Au bout de quelques années, je me suis heurte aux administrateurs, après qu’ils ont fait disparaître certains de mes articles concernant des penseurs qui « manquaient de notoriété . N’était ce pas un aveu de désintérêt de leur part pour la culture ? Ne fallait-il pas au contraire faciliter les articles sur les auteurs émergent ? Je me souviens d’avoir créé des articles pour des prix Goncourt :étaient-ils si négligeables ? J’ai vite renoncé à ces efforts vains, et arrêté de créer des articles. Toute activité qui permet un peu de créativité à ses débuts, se transforme assez rapidement en système de gestion très normé, qui étouffe les conditions de son émergence.

 

Written by Le blog de Jean Trito

25 août 2018 at 09:43

Publié dans écriture, internet, wikipedia

Tango funèbre

leave a comment »


Je me suis inscrit sur un groupe consacré à Jacques Brel, et je l’ai presque aussitôt regretté. Je pensais trouver des gens de tous âges inspirés par ses chansons, pour lesquels elles étaient encore vivantes, et décrivaient, malgré le temps, la vie telle qu’elle était. J’ai en fait trouvé un musée, plein de reliques, de vieilles choses desséchées, de squelettes en quelque sorte. Je ne vois pas de commentaires qui expliqueraient en quoi ses chansons sont encore vivantes, inspirantes, à la limite y trouver des gens qui le continueraient, en réinterprétant ses œuvres. Je pensais y trouver des interprétations, à la guitare, a cappella, mais rien de tout cela. Comment transformer ce qui est vivant en nous, qui appartient à ceux qui le chantent encore, en quelque chose qui ressemble à un cimetière aux fleurs décolorés, un tango funèbre.

Written by Le blog de Jean Trito

24 août 2018 at 22:38

Publié dans Jacques Brel

Téléphone voleur

leave a comment »


Avoir mon âge permet de comparer deux époques. J’ai connu un temps où n’existait que l’écran de la television, mais avec un temps d’émission court, et déjà elle était vue comme un abrutis sèment par certains. Il y avait aussi le poste de radio, que l’on trimbalait avec un volume exagéré lors des pique-niques. Une vraie nuisance sonore,  comment a-t-on pu le supporter ?

Dans les années 80, on a vu arriver l’informatique pour des motifs professionnels, qui n’a pas réduit le travail, car elle a tout au contraire permis de le complexifier, de réduire le nombre des exécutants, d’obtenir grâce à des systèmes d’information élaborés des synthèses et des simulations rapides, et d’élaborer des dispositifs de pouvoir plus concentrés. Transparence et complexification des organisations sont allé de pair. Il y a une meilleure connaissance des données, mais n’avons nous pas perdu une sorte de science humaine, appuyée sur une mémoire longue, qui a été remplacée par une virtuosité technique qui tourne un peu à vide ?

J’ai aspiré à ce changement qui a aussi délivré le travail de tâches fastidieuses pour les remplacer par une plus grande capacité d’analyse, plys stimulante, il yaeu aussi une progression intellectuelle pour l’employé.

Je me souviens des files d’attente du samedi matin devant le magasin Surcouf du 12ème arrondissement, caverne d’Ali Baba de la modernité de l’époque. On pensait être au début d’une ère nouvelle, mais peut-être pas plus que pour l’électronique dans les années 50.

Cette « révolution » à débouché sur un monde où les relations humaines sont médiatisées par la technique, je me demande si l’échange de services est supérieur, car la fiabilisation était obtenue autrefois par la connaissance personnelle ou celle d’un réseau.

L’informatique à cassé certaines rentes, certaines corporations, permis des échanges de services et de vente plus souples.

Elle a donné les moyens de se relier plus rapidement, en permanence, en compensation d’un éloignement des familles, d’un éclatement, par lequel il edt plus difficile de partager une présence physique. Le réseau a plus d’importance, le quartier en a moins. Nous sommes moins tributaires d’une implantation territoriale où nous n’avons pas de racines, liée aux mouvements professionnels. Grâce aux systèmes de communication, nous amortissons le choc du déracinement, en quelque sorte. Nous avons moins besoin de nous assimiler.

Cette indépendance de l’environnement nous donne l’impression de traverser une société où les gens sont ailleurs, ce que nous avons perdu, c’est le regard des autres.

 

 

Science humaine

leave a comment »


Qu’est ce que l’économie dans le fond ? De solides préjugés sociaux ensevelis sous des montagnes mathématiques  C’est une science humaine qui s’est crue physique sociale.

Written by Le blog de Jean Trito

18 août 2018 at 08:01