triton95

un regard sur le monde

Archive for the ‘réflexions’ Category

Action contre inaction

leave a comment »


Des mesures vont être prises, qui aboutiront à taxer davantage le patrimoine immobilier, considéré comme stérile, et cause d’une spéculation qui gène la mobilité géographique des chercheurs d’emplois, au profit d’un allègement de la taxation de la possession d’actions, alors même que ces actions censées financer les entreprises, ne le font qu’incidemment à leur création, mais servent surtout à alimenter à la hausse un marché devenu fou.

Written by Le blog de Jean Trito

27 mai 2017 at 13:44

Pilule rouge ou pilule bleue

leave a comment »


Prendre la pilule rouge ou la pilule bleue, tel est le choix : il n’existe pas de possibilité de s’abstenir ou de prendre la pilule blanche, nous devons faire un choix, quitte à se battre ensuite contre ce que ce choix implique, car comme le souligne Ronsanvallon dans un de ses livres, la démocratie ne se borne pas à l’élection, la légitimité doit se conquérir tous les jours, l’opinion a le droit de s’exprimer au cours du quinquennat qui vient, de protester de se battre, l’élection ne nous lie pas pas les mains. Mais il faut essayer de faire le moins mauvais choix, il n’y a pas d’autre pilule disponible.

Written by Le blog de Jean Trito

5 mai 2017 at 19:42

écranopathie

with 3 comments


Partout où je vais, transports, cafés, restaurants, je croise des gens penchés sur leurs écrans, qui ne se voient plus les uns les autres, est ce qu’il ne s’agirait pas d’une maladie qui se prendrait pour une technologie ?

Written by Le blog de Jean Trito

25 mars 2017 at 18:35

Novpolitique

leave a comment »


Je me suis amusé de ce sondage du « point » qui demandait à ses lecteurs qui serait le meilleur président, et il n’y avait que deux cases à cocher au choix : Fillon ou Macron. La manipulation se tient même dans les détails, il s’agit de réduire le champ du possible comme dans la novlangue d Orwell où la réduction du nombre de mots réduit le champ de la pensée.

Written by Le blog de Jean Trito

18 mars 2017 at 11:18

Sous-littérature de genre

leave a comment »


On a autrefois traité la littérature de science-fiction, ou le polar, de « littérature de genre », une manière de dire qu’elle était commandée par quelques points de passage obligés, au contraire de la vraie littérature, qui, elle pouvait échapper à ces contraintes.

Avec le temps, on se demande si ce n’est pas le contraire qui s’est produit, et si, finalement, la science-fiction n’a pas été plus à même de traiter les questions de notre temps, par sa capacité à anticiper une évolution technique et sociale qui s’est produite rapidement. Tandis que la plupart des romans se cantonnaient à la jeunesse du narrateur, avec le risque d’être profondément décalé par rapport à l’époque,  celle-ci a pris des risques et s’est projetée en avant, explorant le temps qui était devant nous, plutôt que le passé.

C’est une juste revanche ainsi, que certains des plus grands chefs d’œuvre littéraires appartiennent à ce genre, qui a rempli à fond sa mission de littérature d’imagination, justement parce qu’elle n’a pas été bornée par les contraintes matérielles de son époque.

 

 

Written by Le blog de Jean Trito

25 février 2017 at 21:31

Mediacrons

leave a comment »


Quel intérêt les medias ont-ils a dénigrer Hamon, qui a eu le mérite de lancer un thème gorzien, en employant des qualificatifs, alors qu’au minimum ils devraient faire preuve d’une plus grande neutralité ?
C’est comme s’ils étaient plus engagés que des militants, comme si cette élection avait plus d’importance pour eux que pour les chômeurs.

Written by Le blog de Jean Trito

29 janvier 2017 at 22:24

La grande contradiction de la repentance

with one comment


Notée par Jean-Claude Michea dans son dernier livre : Christine Taubira peut à la fois expliquer que nous sommes un peuple métissé, que nous sommes tous métissés, qu’il n’y a plus de français de souche en nous, mais que nous devons faire repentance en tant que français au titre des crimes du passé, comme s’il n’y avait aucune rupture entre le passé et nous, ou comme si nous étions tous les descendants des gens concernés de l’époque. Ces deux arguments s’excluent mutuellement, et il est amusant que l’essayiste noté ce qui serait sinon passé inaperçu. Mais après tout, c’est aussi une manière d’expliquer que l’on doit aussi se sentir coupable d’actes que l’on n’a pas commis.

Written by Le blog de Jean Trito

12 janvier 2017 at 07:24