triton95

un regard sur le monde

Archive for the ‘réflexions’ Category

Fausses polémiques

leave a comment »


Le seul moyen d’apparaitre en relief dans des medias qui pronent un certain politiquement correct, c’est d’y faire de la provocation, en enfreignant certaines règles de bienseance. Pour bien être scandaleux, il faut bien connaitre et les enfreindre dans une sorte d’hommage du vice à la vertu. Alors, quelqu’un s’indignera à son tour des propos tenus, donnant ainsi une certification de scandale, et appelant à la protestation, la petition, pour entretenir le bourdonnement et la montée en épingle de laccrochage verbal. Rien de politiquement important ne sera remis mus en cause, et les medias vont occulter tout autre sujet. Le schéma rst le suivant, quelqu’un s’indigne d’un propss calibré pour indigner, puis un autre va s’indigner de l’indignation elle-même.

Written by Le blog de Jean Trito

24 septembre 2018 at 21:47

Audience inattendue

with 5 comments


L’avantage du blog sur smartphone, cest que l’on peut écrire n’importe où, n’importe quand et plus spontanément.
Je m’étonne de l’audience que m’attribue wordpress 400 lecteurs, dont une partie importante aux États-Unis.
Il est possible que ce blog ait atteint une telle taille avec sa variété de thèmes abordés, que les moteurs de recherche le traitent comme une encyclopedie, ou un dictionnaire philosophique. La taille, l’ancienneté deviendraient des références même sur un net recent. Sur un media donné, on ne possède de liberté et de créativité qu’au début, ensuite un système social finit toujours par filtrer les gens autorisés à s’exprimer en fonction d’un diplôme, d’une ligne idéologique.
Sans séléction organisée, le nouveau media est d’abord décrié en raison de son illégitimité, du manque de pedigree de ses intervenants.
A la fin, on a quelque chose de prestigieux, mais sclérosé.
Nous sommes encore au début de quelque chose de nouveau, mais qui pourrait évoluer dans deux sens opposés, la Pravda et l’insignifiance.

Written by Le blog de Jean Trito

16 septembre 2018 at 08:49

Publié dans internet, politique, réflexions

Assignation

with one comment


Prétendre qu’enseigner leur langue d’origine aux enfants d’emigrés est une chance, en leur permettant de garder le lien avec le pays de leurs parents, a quelque chose dune forfaiture, cest une manière de leur proposer une intégration minorée, de leur signifier quelque part qu’ils ont vocation à y retourner, cest les laisser davantage sous l’influence de gouvernements étrangers, et cest peut-être plus le fruit dune condescendance que d’une générosité.

Written by Le blog de Jean Trito

8 septembre 2018 at 21:56

Téléphone voleur

leave a comment »


Avoir mon âge permet de comparer deux époques. J’ai connu un temps où n’existait que l’écran de la television, mais avec un temps d’émission court, et déjà elle était vue comme un abrutis sèment par certains. Il y avait aussi le poste de radio, que l’on trimbalait avec un volume exagéré lors des pique-niques. Une vraie nuisance sonore,  comment a-t-on pu le supporter ?

Dans les années 80, on a vu arriver l’informatique pour des motifs professionnels, qui n’a pas réduit le travail, car elle a tout au contraire permis de le complexifier, de réduire le nombre des exécutants, d’obtenir grâce à des systèmes d’information élaborés des synthèses et des simulations rapides, et d’élaborer des dispositifs de pouvoir plus concentrés. Transparence et complexification des organisations sont allé de pair. Il y a une meilleure connaissance des données, mais n’avons nous pas perdu une sorte de science humaine, appuyée sur une mémoire longue, qui a été remplacée par une virtuosité technique qui tourne un peu à vide ?

J’ai aspiré à ce changement qui a aussi délivré le travail de tâches fastidieuses pour les remplacer par une plus grande capacité d’analyse, plys stimulante, il yaeu aussi une progression intellectuelle pour l’employé.

Je me souviens des files d’attente du samedi matin devant le magasin Surcouf du 12ème arrondissement, caverne d’Ali Baba de la modernité de l’époque. On pensait être au début d’une ère nouvelle, mais peut-être pas plus que pour l’électronique dans les années 50.

Cette « révolution » à débouché sur un monde où les relations humaines sont médiatisées par la technique, je me demande si l’échange de services est supérieur, car la fiabilisation était obtenue autrefois par la connaissance personnelle ou celle d’un réseau.

L’informatique à cassé certaines rentes, certaines corporations, permis des échanges de services et de vente plus souples.

Elle a donné les moyens de se relier plus rapidement, en permanence, en compensation d’un éloignement des familles, d’un éclatement, par lequel il edt plus difficile de partager une présence physique. Le réseau a plus d’importance, le quartier en a moins. Nous sommes moins tributaires d’une implantation territoriale où nous n’avons pas de racines, liée aux mouvements professionnels. Grâce aux systèmes de communication, nous amortissons le choc du déracinement, en quelque sorte. Nous avons moins besoin de nous assimiler.

Cette indépendance de l’environnement nous donne l’impression de traverser une société où les gens sont ailleurs, ce que nous avons perdu, c’est le regard des autres.

 

 

Le souvenir de soi

with 3 comments


Nous ne vivons pas toute notre vie dans le moment présent, nous vivons aussi, lorsque les jours s’avèrent moins cléments, dans le souvenir de soi, de ce que nous avons été, de ce que nous avons perdu, et le souvenir vient parfois recouvrir le présent. Mais nous vivons aussi dans le souvenir de ce que nous aurions pu être, des possibles qui se sont présentés à nous, de ce qu’aurait pu être le destin, et ce souvenir de soi dans une autre histoire, est parfois ce qui finit par remplacer le présent, et nous longeons notre vie sans mettre les pieds dans nos pas.

Written by Le blog de Jean Trito

13 mai 2018 at 17:15

Publié dans réflexions

Atlantisme

with one comment


Un an après l’élection présidentielle, on comprend mieux aux fruits ce qu’était l’arbre, Tout part de la campagne de presse contre Fillon, est ce la seule vertu publique qui la inspirée où une part du programme du candidat qui a déclenché des forces profondes contre lui ?
Quand on essaie de comprendre, on ne voit qu’un seul thème du candidat qui le demarquait sérieusement, sa volonté de se rapprocher de la Russie,
On le perçoit mieux aujourd’hui â travers certains événements comme la visite à Trump, la réaction devant l’affaire de l’agent double que les russes auraient tenté d’éliminer, l’intervention en Syrie.
Fillon a été éliminé pour sa vision stratégique sur l’Europe, le risque de basculement qu’il présentait.
C’est Macron, qui se trouvait du bon côté de la plaque tectonique qui la emporté.

entre deux pertes de mémoires

with one comment


J’atteindrai bientôt l’âge où la mémoire devient moins collective, parce que l’on est coincé entre les alzheimers de sa génération, et l’alzheimer des générations plus jeunes qui n’ont pas la mémoire du temps dont on parle, parce qu’elles n’étaient pas nées.

Written by Le blog de Jean Trito

14 avril 2018 at 11:51

Publié dans réflexions