triton95

un regard sur le monde

Archive for the ‘réflexions’ Category

un droit d’hauteur qui vous salue bien bas

leave a comment »


Youtube censure ensuite les bandes sons qu’il nous a proposés, dans une sorte de schizophrénie, où, l’aide à la réalisation de videos ignore ce que fera la partie censure du logiciel. On peut aussi se poser des questions sur cette folie du droit d’auteur, qui va jusqu’à protéger la trombine du quidam qui peut figurer sur une video d’actualité, posant un problème de témoignage, car, comment relater notre époque avec toutes ces interdictions, comment montrer simpolement ce qu’était une rue de nos villes. Autrefois, comme le dit le poète, « au passant qui chante on reprends sa chanson », mais aujourd’hui on peut à peine chanter sans risquer un procès, le moindre quidam semble avoir un droit d’hauteur qui se transforme souvent en droit de bassesse, en action judiciaire destinée à gagner du fric.

Publicités

Written by Le blog de Jean Trito

13 février 2018 at 20:59

Publié dans réflexions

Ces sites qui nous perdent

with 2 comments


Les sites que l’on utilise pour un service pratique sont de plus en plus difficiles à utiliser, car ils mettent de moins en moins en avant les quelques fonctionnalités simples que l’on vient chercher, lesquelles sont de plus en plus cachées et de moins en moins intuitives, mais vous dirigent vers des « conseils » qui visent à placer les produits de l’entreprise. Ainsi, la commodité apportée par le net finit par vous faire regretter le temps ou vous alliez voir un simple employé qui répondait directement à vos questions simples. L’automatisation vous embarque dans une sorte de labyrinthe commercial dans lequel vous avez du mal à retrouver votre chemin.

Written by Le blog de Jean Trito

8 février 2018 at 20:42

20 ans et tous ses ans

with 2 comments


C’est Brel qui avait raison, quand il disait qu’à vingt ans un homme a vu passer tous ses rêves, et qu’il sait qui il est. Je me rends compte que l’on aspirait parfois à vieillir, mais que l’on ne progresse pas, même si l’on a appris des choses que l’on ne savait pas, et que l’on maitrise des techniques dont on ignorait tout,  ce ne sont que des techniques.

Est-ce que l’on a gagné compense ce que l’on a perdu, oui, sans doute, on a gagné en confort, on n’a plus à connaître toutes ces épreuves initiatiques de notre temps, l’école, le recrutement, le permis de conduire. Mais on a perdu ce rêve que l’on pouvait apporter du nouveau, de l’imagination, de la créativité, ce ne sont plus des valeurs aussi prisées qu’au temps où le monde était plus jeune.

Ce n’est pas nous qui avons changé, mais le regard que l’on porte sur nous, et le regard extérieur est plus important que notre propre jugement, et plus déterminant pour l’avenir. On ne peut plus changer le reste du monde, nous sommes assignés à un âge donné.

 

 

Written by Le blog de Jean Trito

20 janvier 2018 at 19:37

Publié dans réflexions

A u bout de mon âge

leave a comment »


En d’autres temps, j’aurais peut-être été le dernier à me souvenir du monde d’avant, car la génération précédente aurait déjà disparu. C’est une certaine chance, que de conserver encore une génération qui maintient un lien avec un monde d’hier, qui sans cela, serait complétement englouti, et que je ne pourrais plus évoquer avec quiconque.

La mémoire est collective, disait Hallbwachs, car on ne peut se souvenir tout seul, c’est une chose partagée. Je pense à ce qu’aurait été ma vie à une époque antérieure, où je n’aurais plus pu partager, évoquer à nouveau, réinterpréter, des souvenirs anciens.

Written by Le blog de Jean Trito

20 janvier 2018 at 04:30

Publié dans réflexions

du téléphone portable

with one comment


Le téléphone portable détruit-il la société, comme le suggèrent les actionnaires d’Apple ?
Il nous confine dans des bulles plus étroites, où le niveau des échanges s’est considérablement abaissé, jusqu’à l’insignifiance standardisée. Il rend peut-être plus vivable la vie dans des villes où nous ne vivons plus, parce que si la société est plus mélangée, elle partage moins de choses communes. J’entends beaucoup de gens au bout de leur âge se plaindre de ne plus se reconnaître dans leur environnement quotidien, au changement lié à l’âge, s’est ajouté le changement des populations, de sorte qu’aucun repère rassurant n’existe plus pour eux.
Nous votons là où nous dormons, internet nous permet d’être ailleurs en permanence, c’est une forme de dystopie, que d’être ainsi constamment absents au monde.

Written by Le blog de Jean Trito

13 janvier 2018 at 21:27

Publié dans réflexions, sociologie

Assurances

with 2 comments


Le jour où l’on aura privatisé les assurances sociales, on pourra se féliciter de leur efficacité pour effectuer les prélèvements mensuels sur les comptes, mais obtenir ses remboursements et faire valoir ses droits deviendra un travail à plein temps.

Written by Le blog de Jean Trito

1 décembre 2017 at 20:22

Publié dans aides sociales, réflexions

L’écran de proximité

with 2 comments


Autrefois, la télé était au fond du salon, on se levait rarement pour toucher aux réglages, parce qu’il s’agissait essentiellement de l’allumer et de l’éteindre, il n’y avait qu’une seule chaîne, sans pub, et les boutons fixés à l’appareil suffisaient amplement. On gardait ses distances avec sa lucarne d’appartement en quelque sorte.

Puis, d’autres chaînes sont apparues, et la pub envahissante. La télécommande, conçue à l’origine pour les handicapés, a permis à l’usager de se rapprocher de son écran par l’intermédiaire des infrarouges, et de ne plus avoir à effectuer cette tache exténuante, que de se lever pour zigzaguer entre ses multiples chaînes, et essayer d’éviter la pub.

La grande révolution de l’ordinateur individuel a consisté à rapprocher encore l’écran de nos yeux, puisqu’il fallait être à portée de clavier.

Aujourd’hui, c’est l’écran qui s’est encore rapproché de nous, puisqu’il tient dans la main, et que nous ne levons plus les yeux de nos portables, il faut voir ce qu’est devenu la ville, avec ces gens qui ne voient plus rien d’autre, dans les transports, dans les rues.

Quelle sera la prochaine étape ? une projection directe sur notre rétine, mais ensuite l’on considérera que cette intermédiation n’est pas assez parfaite, et il sera relié directement au nerf optique pour raccourcir le circuit nerveux, et pourquoi pas directement dans notre cerveau, comme une prothèse qui générera directement les idées ?

 

 

 

 

Written by Le blog de Jean Trito

24 juin 2017 at 06:15

Publié dans réflexions

Tagged with ,