triton95

un regard sur le monde

Archive for the ‘logement’ Category

Argenteuil, une nouvelle municipalité, espérons que……

with 2 comments


Au bout d’un scrutin aux enjeux éminemment locaux, une liste de droite modérée a été élue.

Espérons qu’elle montre au moins autant de dynamisme que la précédente dans la rénovation de la ville, car nous ne pouvons nous permettre de descendre la pente, car déjà, les prix immobiliers sont purement virtuels, et les transactions n’existent plus qui pourraient leur donner une existence réelle.

Espérons que le seul enjeu ne sera pas la réduction des impôts au prix de l’abandon de l’entretien de la vie urbaine et culturelle.

Espérons que ce vote ne reflète pas la seule préoccupation des quartiers pavillonnaires, concrétisant ainsi le rêve d’une sécession qui les libérerait du poids des charges sociales liées à l ‘urbanité, et qu’ils pourraient ainsi consacrer à la seule culture de leur jardin derrière la maison, sans se sentir liés aux habitants d’une ville pauvre.

Espérons qu’il permette de conduire un destin commun, et non de dégraisser des frais liés à une zone pavillonnaire.

S’il n’est sans doute plus possible d’augmenter le parc des hlm, et qu’il n’est sans doute plus possible de maintenir les loyers au même prix, du moins que l’on travaille à une amélioration de la vie ici, et que l’on ait un objectif.

Paris serait vide à 20%, de nombreuses communes de droite ont empêché l’arrivée de nouveaux habitants de peur d’une perte d’homogénéité ethnique, et ont empêché l’édification de nouveaux immeubles, aggravant encore une crise du logement, laquelle contribue également à détériorer les transports en obligeant les gens à habiter de plus en plus loin de leur travail. Les drôles de dames qui se sont battues pour Paris n’ont jamais cité ces millions de parisiens, qui doivent chaque soir prendre de longs temps de transport pour simplement aller dormir. Nous sommes ainsi des millions de parisiens qui n’existent dans aucun discours politique, des êtres de néant qui marchent comme des robots le long des quais, dans un mouvement pendulaire, entre le petit Paris et le grand Paris.

On comprend qu’à diriger de telles villes, figées dans leur enfermement, Eric Raoult soit devenu un fou du sms, se prenant pour Strauss-Kahn, comme autrefois, sans doûte, en d’autres temps, on se prenait pour Rocco Sifredi.

Espérons que nous échappions à une division de la ville en deux communes l’une formée de pauvres au financement impossible, l’autre de zones de maisons d’une solitude écrasante et sans autre lien culturel que de rares barbecues.

Publicités

Written by Le blog de Jean Trito

1 avril 2014 at 20:49

la taxation du logement, une catastrophe annoncée pour Hollande

with 3 comments


Le CAE (cae-note009 a produit un rapport sur la taxation du logement, qui a été très bizarrement bien repris par les journaux.

On comprend tout de suite qu’il s’agit d’un ballon d’essai bien promu, avant peut-être une annonce politique. L’idée est géniale, si vous n’avez pas de revenu, nous pouvons vous en inventer un, et après nous le taxerons.

Ce que propose Patrick Artus (qui travaille dans une banque comme économiste), c’est de considérer que les propriétaires bénéficient d’un « revenu implicite », puisqu’ils ne paient pas de loyer, et de taxer ce revenu ad hoc. Les propriétaires sont dénoncés comme immobilisés et improductifs, et le but est de subventionner plutôt « les gens qui prennent des risques ».

On se demande parfois pourquoi la république paie si cher des gens qui vont apporter d’aussi mauvais conseils. Quelle catastrophe serait pour le pouvoir socialiste l’application d’une telle mesure.

C’est au minimum un suicide politique pour Hollande, car il faut bien comprendre que la majorité des propriétaires se sont saignés pour acheter, en se privant de beaucoup de choses. Ils ont travaillé plus, et ont souvent du accepter d’habiter loin de leur lieu de travail pour pouvoir acheter. Ils ont, en région parisienne, vu passer devant eux des bénéficiaires de hlm qui, bien souvent, leur sont passés devant parce qu’ils avaient la bonne carte politique, et ont bénéficié d’une véritable rente de situation, et d’une vie facilitée par leurs moindres temps de transport. La taxe enfants, liée à la baisse du quotient familial risque également de les toucher de plein fouet.

On comprend que les banques fassent du lobbying pour inciter les gens à acheter plus d’actions, et à contester des propriétaires qui ne sont plus rentables une fois l’emprunt remboursé. Par ailleurs, ces gens qui ont réalisé le seul vrai investissement utile pour leur retraite, ne sont plus ligotés par les emprunts, ce qui est vu comme immoral, même si des retraités doivent reprendre un emploi pour payer des charges et des impôts locaux en explosion.

Je propose beaucoup mieux, que l’on ne joue pas petit bras, et que l’on nationalise le logement, pour le redistribuer en fonction de la taille de famille et de l’adresse du travail : on permettra ainsi à la France de retrouver la compétitivité que le prix du logement lui ôte, et on rationalisera ainsi les transports dans nos grandes villes.

Written by Le blog de Jean Trito

12 septembre 2013 at 19:56

du quotient familial

with 3 comments


Je ne sais quel sera l’impact du nouveau plafonnement du quotient familial, a voir les plafonds, on se dit que peu de gens seront touchés, mais en réalité le choc sera fort sur ces familles. Pour la plupart, ce sont des classes moyennes qui paient déjà fort cher l’adresse de leur logement (ils paient donc le mètre carré deux ou trois fois plus cher qu’à Argenteuil et sont endettés pour des années d’une charge d’emprunt trop lourde, qui réduit toutes leurs marges), paient 1500 € par enfant pour l’école privée, ce qui est le coût de la séparation d’avec les autres. A cela il faut ajouter les cours privés, et l’on se rend ainsi compte, sans que cela ait été perçu, que les enfants des classes moyennes coutent fort cher.

Je connais des célibataires qui déplorent que l’on accorde une remise fiscale pour l’élevage des enfants, comme si, dans un système de répartition, on ne dépendait pas des jeunes pour espérer le paiement futur de nos retraites, et si l’on pouvait raisonner ainsi, sans voir plus loin que le bout de son nez.

Une famille avec 5 enfants paiera 4 000 €, ce qui est loin d’être neutre. On voit des familles catholiques payer fort cher leur adresse à Versailles, et pour qui ce sera un coup de grâce, si je puis dire.

Pourtant, personne ne défend le retrait de cette mesure, conscient de la situation des finances publiques, mais il faut aussi voir que ces classes paient tout plus cher que les autres, pour avoir la même chose à une bonne adresse.

Written by Le blog de Jean Trito

4 juin 2013 at 21:00

Scellier, Robien, une ruine

leave a comment »


j’ai souvent été démarché de manière très agressive pour « investir dans de l’immobilier locatif, qui se paie tout seul, et permet de réduire ses impôts ». Ce livre explique comment l’Etat a subventionné, plutôt que des hlm plus utiles, des constructions dans des zones où il n’existait aucune demande locative, et en vendant à des épargnants éloignés géographiquement, une belle affaire dans le sud, ou à la montagne. Il montre l’incroyable chaine des responsabilités du notaire, du banquier, du promoteur, qui ont abouti à cette catastrophe.

C_Robien-ScellierRuines_4857

Written by Le blog de Jean Trito

15 mai 2013 at 20:36

Faut-il nationaliser tout le logement en France ?

leave a comment »


C’est Cécile Duflot qui a raison, bien qu’une campagne de presse calomnieuse la présente comme une foldingue, sans chercher à comprendre ce qu’elle nous dit. Nous avons atteint une limite en matière de logement, il y a eu une démagogie du pavillon qui occupe beaucoup d’espace, ne crée pas de lien social, à part la maigre culture du barbecue, et nous oblige à habiter des lieux vides, où personne ne semble venir de quelque part. Il faut concentrer, densifier la ville, tout en préservant des espaces naturels, des lieux de convivialité. Nos transports ont atteint leurs limites, et l’on a surtout l’impression que plus personne n’est capable de gérer une telle situation. J’ai le sentiment avilissant d’être une bête à cornes que l’on pousse dans un train du matin, bien souvent annoncé et annulé, et que je partage mes microbes avec les autres, mufle contre mufle.

Pourquoi les uns doivent-ils habiter là et travailler ici, et vice-et-versa ? Devenir propriétaire ne résout aucun problème, c’est s’auto-ligoter pour d’innombrables années, et se priver de toute mobilité, et de tout mouvement. Une partie de l’écart de compétitivité avec l’Allemagne vient de là, de toute cette part du revenu qui doit être consacrée au logement en France. La bonne solution serait de tout nationaliser, et de redistribuer ensuite les logements en fonction du lieu de travail, et de la taille de la famille. Nous ne pourrons continuer encore longtemps à ce que les logements ne soient accessibles qu’en fonction du revenu. On pourra ainsi rationaliser la vie, réduire les temps de transport, faire en sorte que les familles soient à proximité des lieux d’activité, et que ceux qui ne sont plus actifs puissent ne plus encombrer inutilement les espaces disponibles.

On va me dire que l’Europe de l’est l’a déjà mis en place, et que le système s’est effondré, mais le nôtre n’est-il pas en train de s’effondrer, justement ?

Written by Le blog de Jean Trito

13 mars 2013 at 15:27

après le mariage pour tous, le logement pour tous ?

with one comment


sovab08022013

Ce qu’il y a d’indécent dans cette occupation totale du paysage médiatique par un sujet qui reste marginal, même s’il faut pour cela bouleverser juridiquement quelques piliers anthropologiques de notre société, c’est que l’on ne parle plus du tout des autres injustices. Il est vrai que l’on peut calculer une infinité de courbes d’inégalités pour une société donnée, les choix politiques consistant à désigner ceux que l’on veut traiter, et taire ceux que l’on ne réglera pas.

La question de l’accès au logement pour tous sera l’objet du combat d’un autre siècle sans doute, surtout quand la Halde, dans le souci (?) de différencier discrimination et différence, inscrit cette discrimination lourde dans la case du traitement différencié de la différence.

Written by Le blog de Jean Trito

8 février 2013 at 21:31

Cécile Duflot, le débat interdit ?

with 4 comments


Pourquoi ces parlementaires qui n’ont pu voter la rigueur pour eux-mêmes, n’ont-ils eu d’autre argument que la bronca quand Duflot est venu évoquer la question du logement ?

Est-ce parce que le logement est un problème pour la nouvelle génération, plutôt que pour des notables de province, est-ce parce que la pénurie donne une impression de richesse à ceux qui sont propriétaires ?

L’Allemagne peut pratiquer une restriction salariale parce qu’elle est en décroissance démographique, que le logement ne pèse pas autant sur les foyers. Nous sommes dans la situation inverse, où chaque génération est moins bien logée que la précédente, et plus difficilement. Comment le parlement a-t-il pu donner cette image ridicule sur un sujet primordial.

Peut-on rêver d’une autre approche de la construction urbaine ? Il y a aussi la difficulté du vivre ensemble, qui incite les gens à se regrouper et à s’isoler dans des pavillons fort consommateurs d’espace, au détriment d’une ville plus civile et plus collective. Mais peut-être le collectif est-il perçu aujourd’hui comme un enfer, et faut-il se rassembler dans des quartiers homogènes socialement pour vivre bien. Il y a un lien entre la pénurie de logement, le séparatisme social, l’école, et notre société, les premiers sont les ingrédients de la dernière.

Il faut aussi se poser la question des temps de transport, car travailler quelque part sans pouvoir y habiter, et passer autant de temps dans les transports, alourdir son temps de travail d’une dizaine d’heures par semaine ou plus a quelque chose d’irrationnel. Je ne sais si nous pourrons améliorer notre propre gestion, si les pesanteurs sociales ne l’emporteront pas, mais c’est vrai qu’il faut au moins essayer. Le logement n’a pas vocation à devenir un bien spéculatif de substitution aux folies financières, c’est plutôt un droit qu’un bien marchand.

“C’était à Paris, une ville qui était alors si belle que bien des gens ont préféré y être pauvres, plutôt que riches n’importe où ailleurs.”

Written by Le blog de Jean Trito

21 juillet 2012 at 08:41

Publié dans logement, urbanisme

Tagged with , ,