triton95

un regard sur le monde

Posts Tagged ‘israel

La religion déculturée

with 6 comments


Les livres de Olivier Roy ont constitué un apport important sur les phénomènes religieux, et notamment l’Islam. Dans ce livre, il affiche une ambition plus vaste, celle d’analyser les religions de notre temps, grâce à son immense érudition, et les concepts qu’il a forgés dans le cours de ses réflexions, comme un nouveau Max Weber. Ce qui est central, c’est le rapport entre religion et culture. La religion traditionnelle est liée à la culture, aux moeurs, qu’elle imprègne, elle fait partie de la vie quotidienne, en marquant les évènements de l’existence. Ce qui est nouveau avec l’islamisme, et les protestantismes américains, c’est la rupture totale entre une culture et une religion. Les nouveaux adeptes embrassent une « religion pure », hors-sol, inculturelle. Le problème surgit rapidement, c’est qu’une religion déculturée ne peut faire société, car la foi ne peut souder les hommes, en dehors de liens symboliques et sociaux. Les adeptes doivent faire constamment preuve ostentatoire de leur foi, sous peine d’être rejetés, ce qui rend toute société construite ainsi impossible.

L’auteur a une connaissance immense du sujet. Il évoque le rapport entre langue sacrée, parfois langue de la prophétie (coran, ancien testament), et de ce fait figée et ossifiée. Du coup, la langue profane peut se développer en rupture, et permettre l’invention d’une littérature. L’église catholique a été un cas particulier au moyen-âge, la langue sacrée, le latin n’était pas la langue de la bible, mais on ne souhaitait pas de traduction profane, en raison des risques d’hérésie et de réformation. Le yiddish a pu se développer en Europe centrale, à côté de l’hébreu. Par contre, sa vaste littérature a disparu avec l’adoption de l’hébreu par Israel, et le génocide du XXème siècle.

La religion peut être ethnique, ainsi de l’orthodoxie, autocéphale, et dont les centres se sont multipliés avec l’éclatement de l’URSS (union des républiques socialistes soviétiques). Il appelle notre attention sur des éléments très méconnus, comme la conversion des femmes au christianisme dans les pays arabes, qui leur ouvre l’espoir d’échapper à l’islamisme. Un syncrétisme ne l’est qu’au début, par la suite il devient une religion à part entière, comme le christianisme synthèse entre judaîsme et messianisme.

Il n’oppose pas les religions entre elles, et constate que les pentecôtistes et les islamistes présentent les mêmes traits d’une religion déculturée.

Ce livre est en tout cas un très grand livre, riche de leçons et bien éloigné des lieux communs usuels sur « l’intégrisme ».

Written by Le blog de Jean Trito

5 février 2012 at 15:01

Charlie hebdo, faut pas charrier

with 3 comments


L’attentat contre les locaux de Charlie-hebdo a permis au journal de se poser en martyr, et de défendre la liberté d’expression, sans se poser de questions sur ce contenu. Est-ce que Charlie-hebdo est vraiment l’héritier des dessinateurs libertaires des années 70 ? ceux-ci secouaient une société qui ne reconnaissait pas qu’elle avait déjà beaucoup évolué, et dont le discours sur elle-même était déjà en décalage avec sa réalité. Elle pouvait supporter ce regard accru des dessinateurs sur l’absurdité de certains de ses modes de fonctionnement, il exprimaient une forme de progressisme. L’un de ces anciens, d’ailleurs, Siné a quitté le journal. A entendre la tonalité apportée par Val, je me demande si plutôt qu’une caricature, les textes sur l’Islam ne traduisent pas au fond un très grand mépris et une prise de position non avouée.

où s’arrête la caricature, où commence la haine ? Est-ce que Charlie pose des questions pertinentes, ou est-ce qu’il n’est pas devenu un décalque de la caricature des années 30, comme celle-ci ?

N’est-il pas en train de traiter le musulman, comme certains ont caricaturé le juif dans les années 30 ? ne participe-t-il pas d’un même dérapage ?

J’ai grandi dans les années 70, dans une société athée, ou à la rigueur Jésus passait pour un gauchiste. La messe ressemblait à celle que décrit le film, « la vie est un long fleuve tranquille », avec des curés, barbus, chevelus, comme Maxime Le Forestier à son époque, et s’accompagnaient à la guitare comme lui. Les filles et les garçons se sentaient égaux, la pub n’avait pas envahi la télé, on se gaussait de la situation aux USA où l’on osait couper un film pour y insérer une pub, comme d’un sacrilège, et comme d’un pays un peu décadent pour cette raison.On imaginait un futur cool, égalitaire (le néo-libéralisme n’existait pas, et personne n’aurait imaginé qu’il soit l’avenir du monde), avec des techniques qui libéraient des taches fastidieuses. La religion était quasiment un souvenir, une antiquité.

Je ne pense pas que les français de souche aient profondément évolué par rapport à ce temps, et ils ont été surpris sans doute par un retour du religieux, ou plutôt sa métamorphose en un substitut du marxisme, une manière d’affirmer son identité pour les pauvres. Qui aurait imaginé un jour que nos enfants se fassent reprocher de manger du cochon à la cantine, dans la France du XXIème siècle, n’aurait-ce pas été complètement incongru ?

Bien sur la religion musulmane n’accepte pas l’égalité hommes-femmes, mais c’est plutôt une question de culture que de religion, laquelle ne semble rien demander de particulier à ce sujet, et de toute façon, l’interprétation aurait pu suivre l’évolution des temps. Nous devons accepter une nouvelle donne, dont nous espérons qu’elle pourra se dissoudre dans l’identité européenne, s’assouplir, et se rapprocher des relations plutôt formelles que nous avons avec la religion catholique, qui marque les grands évènements, et correspond davantage à une culture partagée, qu’à une croyance fondamentale pour la plupart des gens.

Cette nouvelle donne nécessite que nous acceptions de nous décentrer, d’accepter ce qui nous échappe, et aussi de la respecter, à condition de faire respecter ce qui est notre identité, et sur lequel on ne peut transiger. Il n’est pas possible notamment que le porc puisse être banni de nos cantines scolaires, faire admettre notre culture, est le préalable pour que nous soyons nous-mêmes capables de respect. Mais une fois cela admis, est-il possible de se moquer comme le fait Charlie-hebdo, et ce avec une arrière pensée, qui est une position sur le conflit israelo-palestinien, position respectable, mais qui ne peut s’avancer ainsi masquée sous le voile de la caricature.

Val a dénigré certains livres qui montraient combien les militaires avaient manipulé les islamistes en Algérie, et ce qu’il raconte est donc au moins sujet à caution. Charlie-hebdo dissimule sa position par une défense de la liberté et de l’expression, sans accepter d’être relativisé, comme si la caricature valait vérité. Elle peut grossir le trait, montrer l’écart entre le discours et la réalité, mais elle ne suffit à elle seule à se substituer à l’analyse/

En gros, Charlie nous a présenté des caricatures dignes des années 30, en faisant passer tout cela pour de la liberté d’expression, et du courage. La réalité me semble bien plus nuancée.

Written by Le blog de Jean Trito

5 novembre 2011 at 19:59

Mais quel est le statut des palestiniens ?

with 5 comments


Par suite d’une remarque anodine, concernant un courrier professionnel, qui évoquait un ressortissant palestinien, nous nous sommes demandé, mais quel est le statut des palestiniens ? à cette question simple, personne d’entre nous n’a été capable de répondre, et cette question revenait lancinante et sans réponse. En effet, en droit international, on a les citoyens de différents pays, avec une nationalité. Mais quelle est celle des palestiniens : sont-ils apatrides, israéliens, mais non, cela ne concerne que 700 000 arabes palestiniens, mais pas les autres.

Quel est donc le statut des gens qui habitent Gaza, la Cisjordanie ? sont-ils vraiment apatrides, je ne crois pas, mais sans statut clair à ma connaissance. Ils dépendent d’Israël, mais sans en avoir la nationalité, ni en être citoyens, comme autrefois les habitants des bantoustans, mais ceux-ci étaient sud-africains. Il suffit de poser cette simple question, pour comprendre l’enjeu de leur demande à l’ONU pour ce vendredi. Sont-ils des indigènes, des untermenschen, ou absolument rien en droit international. Ne pas exister, n’avoir aucun statut explicite, je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de peuples dans cette situation dans le monde, même les roms sont roumains ou européens. La vacuité qui se révèle à cette simple question appelle un comblement. Un peuple ne peut vivre ainsi dans un non-droit.

Written by Le blog de Jean Trito

20 septembre 2011 at 22:29

Le bûcher des vanités de Dominique Strauss-Kahn

with one comment


Est-ce un complot, même les journaux qui ont dénoncé d’autres théories du complot s’y mettent maintenant?
Hélas, non, il parait que des cas comme cela il y en a eu des paquets en France, de nombreux témoignages existent. J’imagine les titres auxquels on a échappé « Strauss-Kahn tombe pour une femme de chambre » ou « la gauche rencontre le peuple ». Il se peut aussi que les américains aient voulu le faire tomber, parce qu’ils souhaitent qu’il quitte le FMI pour le remplacer par un américain. Par ailleurs, il n’est pas sur qu’Obama souhaite avoir un pro-israélien à la tête de la France, il est très probable qu’il devra faire pression sur les israéliens dans les prochains mois, pour régler le conflit, surtout après avoir éliminé Ben Laden.

Written by Le blog de Jean Trito

15 mai 2011 at 21:19

Publié dans politique

Tagged with , , , ,

La France de Marine

with 3 comments


Pour continuer mon classement par décennie, je dirais qu’après les années 70, les années 80 superficielles et tapageuses durent depuis trente ans. Autant les années 70 vantaient l’authenticité, autant ce qui a suivi fut d’artifice. Aujourd’hui avec ce sondage donnant Marine Le Pen en tête quelque soit le candidat présent en face, on atteint le fond, notre bucher des vanités. Différentes analyses nous expliquent soit qu’il faut absolument présenter D Strauss-Kahn, soit que le candidat restant pourra gagner sans programme. On dit que le FN n’a pas de programme social et économique, mais où est celui des autres candidats ? Ceux qui s’imaginent que le report de voix sur le « candidat démocrate » sera automatique, pourrait avoir des réveils douloureux. Les thèmes de gauche, anti-européens, protectionnistes, de protection du marché du travail ont été récupérés, sans que personne n’y prenne garde, par le FN. Elle a su couper les liens avec le passé, la guerre, et jouer l’alliance avec Israel afin de ne pas être diabolisée par les medias aussi facilement que son père à chaque dérapage. Elle a ainsi rompu avec Alain Soral, qui avait choisi l’autre camp. Elle ne fera pas d’allusion antisémite, puisque son cheval de bataille sera l’islam, ce débat qu’on a voulu lui servir sur un plateau, mais qu’elle ne prendra peut-être pas. L’anti islam actuel qui rappelle furieusement l’antisémitisme des années 30, il occupe la même fonction, sans que personne ne fasse le rapprochement. Je crois que l’on pourrait juxtaposer les deux discours par-dessus l’abîme du temps, et l’on serait surpris des similitudes. Elle ne dérapera pas, mais elle en entrainera beaucoup sur une pente bien glissante, et une France que l’on n’aurait pas imaginé, quand dans les années 70 on réclamait la simplicité et la vérité, que l’on était critiques, et exigeants.

Written by Le blog de Jean Trito

8 mars 2011 at 23:05

Le jour où Nina Simone a cessé de chanter

leave a comment »


Darina Al Joundi a coécrit cette histoire d’orient, qu’elle a interprété sur scène. Le texte est sorti en livre de poche.

Written by Le blog de Jean Trito

9 décembre 2010 at 21:17

Un candide en terre sainte

leave a comment »


Et c'est bien sur un faux candide qui se pose de vraies questions …Régis Debray parcourt la terre sainte, que le Christ a parcourue sans passeport et sans contraintes, et n'y trouve que frontières, empêchements, murs, à tel point que le plus court chemin d'un point à un autre est souvent le chemin le plus long. J'aime bien son style que j'avais appris à apprécier avec "le pouvoir intellectuel en France", et "vie et mort de l'image". Il compare parfois ce qui a poussé les apôtres à suivre le Christ, à ce qui l'a poussé lui à suivre Che Guevara. Il explique que sans une part d'aveuglement, il n'y a pas d'action, et que la "lucidité" est antinomique de l'action. Il nous montre cet orient compliqué, ces frontières, et nous fait part de ce secret que tout le monde connait, qu'il n'est plus possible de concevoir deux états en Israël, parce qu'il n'y a plus de place dans le pays pour les palestiniens.
"les bases physiques, économiques et humaines d’un État palestinien viable sont en voie de disparition"
"la destruction physique et méthodique des  institutions nationales palestiniennes, des infrastructures et des cadres politiques"
S'il rencontre beaucoup de gens intéressants, il nous explique aussi que le paysage de la terre sainte n'existe que dans notre iconographie et nos tableaux, le Jourdain est un cloaque, et les paysages de la terre sainte sont donc une construction de nos artistes.

Régis Debray est aussi l'auteur d'un rapport sur l’enseignement du fait religieux dans l’École laïque, dont j'extraie ces lignes (Finalement, un rapport administratif produit par un écrivain a une autre allure, que rédigé par un haut-fonctionnaire).
"Car ce que nous nommons, sans doute à tort, inculture chez les jeunes générations est une autre culture, qu'on peut définir comme une culture de l'extension. Elle donne la priorité à l'espace sur le temps, à l’immédiat sur la durée, tirant en cela la meilleure part des nouvelles offres technologiques (sampling et zapping, culte du direct et de l'immédiat, montage instantané et voyages ultra rapides). Élargissement vertigineux des horizons et rétrécissement drastique des chronologies. Contraction planétaire et pulvérisation du calendrier. On se délocalise aussi vite qu’on se “ déshistorise ”."

http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/024000544/0000.pdf

Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

Written by Le blog de Jean Trito

2 janvier 2010 at 07:23