triton95

un regard sur le monde

Posts Tagged ‘wikipedia

Les absents du web

with one comment


Les médias évoquent beaucoup le « droit à l’oubli » sur le web. Pourtant, et paradoxalement, de nombreux noms sont absents de google. Alice Kaplan expliquait que l’on ne pouvait plus retrouver trace des gens modestes quelques décennies après la guerre, ils avaient disparu et aucune archive ne subsistait d’eux. Et bien, à l’inverse de bien des articles journalistiques j’effectue le même constat que cette historienne.

Parfois, et par curiosité, je recherche un nom du passé, pour savoir ce qu’il est devenu. Dans le meilleur des cas, je retrouve des éléments de biographie sur copaindavant, une photo sur facebook, ou sur un quelconque réseau, mais cela va difficilement au-delà. En fait, peu de gens sont cités dans un article, ou laissent une trace un peu personnelle. Et encore, il s’agit souvent de gens exerçant des professions intellectuelles, ou ayant des fonctions électives.

Pour beaucoup d’autres, et notamment des manuels, il est impossible de retrouver la moindre allusion à leur nom sur google, plus encore s’ils habitent le monde rural. Le réseau a une capacité de souvenir, mais aussi d’oubli considérable. Je me souviens que j’avais recherché quels hommes politiques avaient soutenu l’intervention américaine en Irak, et je n’ai plus retrouvé que le nom de Pierre Lelouche, de l’intervention de Gérard Collomb, qui m’avait paru si incompréhensible, rien ne demeurait.

Il n’est donc pas possible de faire une étude historique à partir d’Internet, il possède une mauvaise capacité de conservation. Le buzz chasse le sujet de fond, l’évènement significatif. Wikipedia est symptomatique qui semble privilégier les footballeurs de 2ème division sur les intellectuels. J’ai du parfois introduire certains sujets, trouver un peu de documentation, parce qu’ils sombraient dans l’oubli justement, et que je redoutais que le web n’en retienne rien. Youtube par exemple survalorise le médiatique, est envahi par les annonces immobilières, mais l’on trouve peu de reportages de vrais amateurs qui souhaitent valoriser un lieu, un évènement ignoré et qui passerait inaperçu. Nous ne pouvons laisser des preuves, laissons des traces.

Parfois je reçois un message, pourriez-vous filmer telle rue, dans laquelle je suis passé, pour la confronter à mes souvenirs, voir si elle a changé, j’y ai vécu des choses importantes pour moi, et je ne suis pas en mesure de la revoir. Je me sens un peu dans le rôle d’Atget, qui photographia les rues du vieux Paris, aujourd’hui disparu, et produisit ainsi des documents irremplaçables. Si un jour j’écris enfin, mais il est bien tard dans ma vie pour cela, un roman, peut-être de fantastique ou de science-fiction, j’y placerai peut-être un nouveau type d’archéologue, chargé de « creuser » dans les couches anciennes du web, pour en ressortir des vestiges nécessaires à la compréhension de notre temps.

Written by Le blog de Jean Trito

21 avril 2012 at 07:38

le classement wikio et ses biais

leave a comment »


Le classement wikio a le mérite d’exister, mais on ne sait vraiment ce qu’il classe. Il n’est pas certains que les blogs les plus intéressants soient en tête de son classement d’ailleurs. L’avantage de ce classement toutefois, c’est qu’il apporte une visibilité. Je ne sais quel est l’algorithme utilisé, mais il semble que la citation par les membres les mieux classés soit fondamentale, de sorte que l’on constate, en tête de ce classement, des renvois constants entre les blogs qui y sont présents.

Ceux qui sont en tête ne renvoient qu’à des blogs de rang équivalent et vice-versa, renforçant par l’auto-référence un système fondé sur la référence, un peu comme dans les milieux littéraires, on pratique le renvoi d’ascenseur. C’est même devenu un modèle surdéterminé par le renvoi réciproque, à un point tel que c’en est une sorte de démonstration mathématique. Les liens créés entre les blogs de tête sont les plus rentables en termes d’audience et de classement, à un point tel que les blogs de tête paraissent toujours citer les mêmes noms, sans la faute de gout d’un blog inconnu et inclassé.

Je pense un peu à wikipedia où des administrateurs psychorigides appliquent à la lettre, et au-delà de la lettre, un règlement qui fonde leur pouvoir et leur importance. Sans ce pouvoir ils ne seraient rien, il devient donc de plus en plus important pour eux de l’appliquer pour étendre leur emprise sur wikipedia, quitte à ce que l’encyclopédie en ligne perde peu à peu ses plumes, mais ce qui devient moins important au fil du temps, puisqu’elle est déjà saturée. Il ne s’agit plus d’aller au-delà, mais d’occuper cet espace, de la manière la plus autoritaire possible. Si wikio est en vraie grandeur une expérience de monopolisation libérale, wikipedia a quelque chose d’un système stalinien sous cloche.

Written by Le blog de Jean Trito

8 octobre 2011 at 18:50

supprimer des informations sur Wikipedia est un délit

leave a comment »


Supprimer des informations touchant un concurrent sur wikipedia est passible d’une amende de 25 000 €. Ainsi en a jugé un tribunal pour l’action d’Hi-media de suppression des références à Rentabiliweb. Il existe de nombreuses manipulations sur cette encyclopédie en ligne, et même pour des données factuelles. Certaines fiches de personnalités sont lissées, nettoyées de tout ce qui dérange. A l’inverse, certains, pas assez attentifs à leur image sur le net, subissent des attaques mal parées. J’ai tout de suite noté que l’on avait sous-estimé Wikipedia comme instrument, et qu’il fallait le surveiller avec vigilance. On peut y trouver de l’excellent travail, mais il ne faut pas en négliger l’aspect « communication ».

Written by Le blog de Jean Trito

10 juillet 2011 at 10:28

Publié dans internet, wikipedia

Tagged with , ,

Wikipedia, des correcteurs perdus dans l’écume du present

with 3 comments


Le nombre de contributeurs à wikipedia a fortement diminué. J’ai déjà signalé ici d’étranges corrections sur wikipedia. Je me rends compte que quelques administrateurs passent leur temps à effacer les articles que les contributeurs ont mis longtemps à rédiger. Le critère essentiel est celui de la notoriété, critère qui ne renvoie qu’à lui-même, et à ce que le correcteur croit y voir. J’avais créé un article pour William Castano, sculpteur dont l’oeuvre orne une place d’Argenteui, afin que l’on puisse retrouver des informations sur l’artiste, un jour lointain ou quelqu’un cherchera ce type de renseignement. Nos villes sont pleines de choses qu’il faut voir, découvrir, avant de chercher à en savoir plus. Mon but était que cette trace existe, répondant en cela à un but encyclopédique. J’ai essayé de répondre aux nerds qui effacent mes articles, cela devient épuisant que de voir tout travail nié, et j’en viendrai bientôt à ne plus écrire que sur wordpress, où du moins je suis libre. Mon « effaceur » se définit comme de centre droit, peut-être a-t-il été choqué par cette statue rappelant l’esclavage, place du chevalier Saint-Georges, je veux bien que cette commémoration soit contestée, on peut bien sur penser que l’esclavage n’est pas une question centrale de l’histoire de la France, mais fallait-il pour autant la néantiser ? Certains effacements ne sont-ils pas profondément politiques sur wikipedia ? J’ai aussi découvert (Cf Frédéric Martel, mainstream) que dans les 150 millions de promotion commerciale de certains films américains, on budgétait aussi la rédaction de la fiche wikipedia du blockbuster.

« la réalisation de statues officielles n’est-elle pas un critère suffisant ? Nos rues sont parsemées de statues, dont il est bien utile de pouvoir trouver l’auteur, la signification, car internet est branché vers ce qui est médiatique, mais oublie ce travail de fond de garder la trace d’œuvres destinées à passer le temps. Castano, vaut bien tous nos chanteurs insignifiants, et autres footballeurs de troisième division pourtant bien présents sur wikipedia. A partir du moment où il a réalisé un monument public qui passe le temps, sa « notoriété » est évidente puisqu’elle durera, et qu’un jour quelqu’un cherchera des renseignements. Vous êtes jeunes, je suis vieux, et je suis sensible à ces œuvres qui seront là bien longtemps après nous. Il y a une difficulté dans la définition de la notoriété. On peut avoir des artistes intéressants, mais dont le net, bien récent, ne parle pas, et sur lesquels les lecteurs chercheront des renseignements, ce qui me parait coller avec la fonction d’encyclopédie de wikipedia, qui ne peut être trop branchée sur l’actualité non plus. Par exemple, je me suis rendu compte que wikipedia avait ignoré une grande quantité d’écrivains, parfois majeurs, lorsque j’ai commencé à créer des posts. Il ne faudrait pas que wikipedia ne soit constitué que de culture nerd, et que rien n’existe en dehors du miroir que le net se tend à lui-même. Si la notoriété est ce dont parle le net, et non ce qui a peut-être une profondeur du temps, alors là je suis mal parti pour rédiger des posts. Je comprends que les contributeurs disparaissent, pourquoi chercher à apporter de l’érudition si l’on doit rester dans l’écume du présent ?  »

Written by Le blog de Jean Trito

18 juin 2011 at 09:26

Antoine Rohal, un artiste oublié

with 5 comments


J’ai éprouvé beaucoup de difficultés pour trouver quelques informations sur Antoine Rohal, non qu’il soit oublié des connaisseurs, mais le net relate peu de choses sur lui. C’est un peu le point aveugle du net, les vieux livres, les artistes anciens sont peu connus des nouvelles générations qui les évoquent peu. Je me suis rendu compte, après l’avoir découvert lors d’une de mes pérégrinations dans Argenteuil, que ce sculpteur n’était même pas cité par wikipedia, et que sa fiche restait à créer avec les maigres éléments ramassés sur le net. J’espère que quelque Ayatollah administrateur ne viendra pas contester cette création, on est parfois surpris par l’énergie que les administrateurs mettent à détruire, Torquemadas électroniques, à rectifier un point de détail, et par le peu d’apport que connaissent par la suite beaucoup d’articles par rapport au premier jet initial.

J’ai eu peu de renseignements pour identifier cet artiste, ce qui est un peu inquiétant pour un net censé faciliter les connaissances marginales, rares, et qui en fait permet peut-être surtout de donner encore de la résonance à ce qui est déjà très médiatisé. Le net permet aussi de cultiver son minuscule jardin après tout.

Certes Argenteuil n’offre pas les trésors de Florence, mais même ce que j’ai pris d’abord pour une œuvre d’art stalinienne, puis pour une œuvre engagée, cette sculpture cachée parce que présente discrètement, m’a permis de réaliser la puissance de son auteur, qui traduit toute sa volonté dans leur puissance solide. J’ai trouvé sur ebay une œuvre de lui à vendre, pour 600 €, une gouache rare, aux couleurs de brique, de bleu et de crème, des toits de Paris. Elle possède la même touche un peu cubiste que ses œuvres en relief.

C’est peut-être dans l’approfondissement, dans la recherche des sources que l’on vit l’art. L’art n’est pas un produit simple et standardisé, c’est le meilleur de la production de l’homme, parce que c’est une recherche fondée sur une sensibilité aiguisée et une intégration d’une histoire très longue. J’ai vu ressurgir en me penchant sur l’histoire de ce sculpteur né en Hongrie en 1905, tout le destin d’une génération antérieure qui a connu deux guerres et des engagements, et puis le rêve peut-être d’un monde meilleur dans lequel nous sommes aujourd’hui. L’art a la dimension du temps long, et de la douleur des hommes, ce que nous geeks avons perdu.

Un timbre a même été édité en 1981 qui reprenait son œuvre d’hommage aux martyrs de Chateaubriant, et à Guy Môquet.

Written by Le blog de Jean Trito

2 juin 2011 at 16:30

Le net vers une normalisation

with 3 comments


Bernard Poulet explique que le modèle économique de l’information ne tient plus, elle est coûteuse à produire, et Internet a permis à la presse d’échanger des euros contre des centimes. Il constate la disparition du recueil de l’information brute, et le remplacement par son commentaire. Il en arrive même à cette conclusion désarmante pour un journaliste de l’expansion : « Puisque le marché ne permet plus la production d’une information de qualité, il faudra peut-être la concevoir à l’avenir comme un service public ».
Une de ses réflexions me frappe : il constate le chaos sur le net, et explique que ce far-west cessera et sera remplacé par un ordre, lorsque les pouvoirs publics s’en donneront les moyens. Est-ce que cela veut dire que nous avons connu un âge d’or de la liberté sur le net, que nous avons pu utiliser tout ce qu’il nous apportait, pu nous exprimer, et qu’ensuite, tout se refermera ? Il est vrai que nous avons connu des découvertes techniques qui sont apparu comme des révélations, avant de sombrer dans le banal et le divertissement. Il est possible aussi qu’en l’absence de vrai contenu, le désintérêt vienne pour le net comme pour le transistor que l’on faisait hurler sur la plage dans les années 60, ce qui serait incongru aujourd’hui. Je crois voir un exemple de ce renfermement dans wikipedia : l’encyclopédie semble de plus en plus envahie par des intégristes de leur fonction, qui annulent et mutilent le travail des autres contributeurs, sans respect, parce qu’ils se voient les vigiles du temple. Il semble même que la rédaction et la correction des articles soient de plus en plus concentrée sur quelques internautes qui semblent y passer tout leur temps. On peut voir aussi que la « neutralité », ou le formalisme sont des cache-sexes pour une lecture politique des évènements. Les contributeurs, qui par leur variété, apportent quelque chose, ont tendance à quitter wikipedia. Il y a comme un phénomène de sectarisme parmi les administrateurs, un aplomb, un ésotérisme des justifications.

Written by Le blog de Jean Trito

25 février 2011 at 06:38

Publié dans internet

Tagged with ,

Michel Houellebecq a-t-il utilisé Wikipedia pour écrire la carte et le territoire ?

leave a comment »


pour moi qui ai contribué à wikipedia, je ne suis pas choqué de voir parfois ce que j’ai pu écrire repris par d’autres : de toute façon, il n’y a aucun droit d’auteur à la clé, et c’est un travail collectif et désintéressé, la participation à la production d’un bien public. Les écrivains se documentent, certains consultent des spécialistes, d’autres font comme moi et utilisent le net. En tant qu’informaticien, il est logique qu’il passe sa vie sur le net dans sa lointaine Irlande. On voit bien que le passage est encyclopédique, certains écrivains citent la présentation du syndicat d’initiative pour ironiser sur un lieu. Dans ce cas, utiliser le ton un peu affecté et encyclopédique de wikipedia crée un effet par rapport à ce que l’on veut écrire, donc un effet forcément littéraire.

Written by Le blog de Jean Trito

26 septembre 2010 at 16:01