triton95

un regard sur le monde

Charlie hebdo, faut pas charrier

with 3 comments


L’attentat contre les locaux de Charlie-hebdo a permis au journal de se poser en martyr, et de défendre la liberté d’expression, sans se poser de questions sur ce contenu. Est-ce que Charlie-hebdo est vraiment l’héritier des dessinateurs libertaires des années 70 ? ceux-ci secouaient une société qui ne reconnaissait pas qu’elle avait déjà beaucoup évolué, et dont le discours sur elle-même était déjà en décalage avec sa réalité. Elle pouvait supporter ce regard accru des dessinateurs sur l’absurdité de certains de ses modes de fonctionnement, il exprimaient une forme de progressisme. L’un de ces anciens, d’ailleurs, Siné a quitté le journal. A entendre la tonalité apportée par Val, je me demande si plutôt qu’une caricature, les textes sur l’Islam ne traduisent pas au fond un très grand mépris et une prise de position non avouée.

où s’arrête la caricature, où commence la haine ? Est-ce que Charlie pose des questions pertinentes, ou est-ce qu’il n’est pas devenu un décalque de la caricature des années 30, comme celle-ci ?

N’est-il pas en train de traiter le musulman, comme certains ont caricaturé le juif dans les années 30 ? ne participe-t-il pas d’un même dérapage ?

J’ai grandi dans les années 70, dans une société athée, ou à la rigueur Jésus passait pour un gauchiste. La messe ressemblait à celle que décrit le film, « la vie est un long fleuve tranquille », avec des curés, barbus, chevelus, comme Maxime Le Forestier à son époque, et s’accompagnaient à la guitare comme lui. Les filles et les garçons se sentaient égaux, la pub n’avait pas envahi la télé, on se gaussait de la situation aux USA où l’on osait couper un film pour y insérer une pub, comme d’un sacrilège, et comme d’un pays un peu décadent pour cette raison.On imaginait un futur cool, égalitaire (le néo-libéralisme n’existait pas, et personne n’aurait imaginé qu’il soit l’avenir du monde), avec des techniques qui libéraient des taches fastidieuses. La religion était quasiment un souvenir, une antiquité.

Je ne pense pas que les français de souche aient profondément évolué par rapport à ce temps, et ils ont été surpris sans doute par un retour du religieux, ou plutôt sa métamorphose en un substitut du marxisme, une manière d’affirmer son identité pour les pauvres. Qui aurait imaginé un jour que nos enfants se fassent reprocher de manger du cochon à la cantine, dans la France du XXIème siècle, n’aurait-ce pas été complètement incongru ?

Bien sur la religion musulmane n’accepte pas l’égalité hommes-femmes, mais c’est plutôt une question de culture que de religion, laquelle ne semble rien demander de particulier à ce sujet, et de toute façon, l’interprétation aurait pu suivre l’évolution des temps. Nous devons accepter une nouvelle donne, dont nous espérons qu’elle pourra se dissoudre dans l’identité européenne, s’assouplir, et se rapprocher des relations plutôt formelles que nous avons avec la religion catholique, qui marque les grands évènements, et correspond davantage à une culture partagée, qu’à une croyance fondamentale pour la plupart des gens.

Cette nouvelle donne nécessite que nous acceptions de nous décentrer, d’accepter ce qui nous échappe, et aussi de la respecter, à condition de faire respecter ce qui est notre identité, et sur lequel on ne peut transiger. Il n’est pas possible notamment que le porc puisse être banni de nos cantines scolaires, faire admettre notre culture, est le préalable pour que nous soyons nous-mêmes capables de respect. Mais une fois cela admis, est-il possible de se moquer comme le fait Charlie-hebdo, et ce avec une arrière pensée, qui est une position sur le conflit israelo-palestinien, position respectable, mais qui ne peut s’avancer ainsi masquée sous le voile de la caricature.

Val a dénigré certains livres qui montraient combien les militaires avaient manipulé les islamistes en Algérie, et ce qu’il raconte est donc au moins sujet à caution. Charlie-hebdo dissimule sa position par une défense de la liberté et de l’expression, sans accepter d’être relativisé, comme si la caricature valait vérité. Elle peut grossir le trait, montrer l’écart entre le discours et la réalité, mais elle ne suffit à elle seule à se substituer à l’analyse/

En gros, Charlie nous a présenté des caricatures dignes des années 30, en faisant passer tout cela pour de la liberté d’expression, et du courage. La réalité me semble bien plus nuancée.

Publicités

Written by Le blog de Jean Trito

5 novembre 2011 à 19:59

3 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Oui, tout a fait d’accord pour dire que Charlie Hebdo ne peut pas se cacher derrière la liberté d’action pour justifier la caricature. C’est d’autant plus inquiétant que les partisants du journal utilisent cette « liberté d’expression » pour attiser les haines… Dommage que l’on utilise ce symbole comme une arme.

    Le JdM

    6 novembre 2011 at 18:33

    • je pensais être le seul à développer cette argumentation, mais je me rends compte que je ne suis pas agressé par les défenseurs de Charlie, au contraire, mes interlocuteurs restent très nuancés.C’est peut-être bien rassurants.

      Le blog de Jean Trito

      6 novembre 2011 at 19:33

  2. […] été un peu dubitatif devant la ligne de Charlie Hebdo, impulsée par Val, dont je me suis demandé si elle ne finissait […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :