triton95

un regard sur le monde

Posts Tagged ‘facebook

Le smartphone, et perte d’écriture

leave a comment »


il m’est arrivé plusieurs fois d’utiliser le smartphone pour écrire laborieusement, sur de petites touches, un long article. Je ne me suis rendu compte qu’après coup, que de l’article ne demeurait que le titre, et que le texte avait disparu. Nos textes sont précieux, une grande partie des contributions du net sont des reprises de sites façonnées pour cela, avec des articles racoleurs, de videos de chats. Il est peu de gens pour entreprendre de vrais articles, de vraies réflexions, même si elles trahissent la modestie de leurs moyens, et les diffuser sur le net. La plupart des textes sont issus de professionnels de l’écriture, l’amateur, le vrai, est rare. Il est donc d’autant plus rageant de constater cette perte, qu’un texte prend du temps, que c’est un travail d’accumulation lente, et que le goutte à goutte de la créativité accélère parfois son débit, nécessitant d’utiliser ce qui est à portée, pour ne pas le perdre.
La smartphone est donc un outil peu fiable, qui me fait penser que je devrais peut-être revenir au carnet, malgré son côté archaïque, et peu discret : autant on peut écrire sur smartphone sans que cela attire l’attention, autant voir quelqu’un prendre un crayon et écrire pousse à s’interroger sur ce qu’il écrit. L’écriture est présumée dangereuse.
Pourtant, autant l’écriture est rare, précieuse, pourtant, elle attire moins de lecteurs qu’une belle photo, un calembour banal, comme en distillent certains site préformatés pour remplir facebook, parfois en proposition spontanée. C’est donc un travail difficile et ingrat, de création, mais pour lequel le smartphone a bien peu de respect.

Publicités

Written by Le blog de Jean Trito

4 juin 2017 at 10:47

Publié dans écriture, blog

Tagged with ,

La richesse de la bourse

leave a comment »


Google et facebook représentent la moitié de la capitalisation boursière, et ce sont des entreprises qui ne produisent aucun contenu : n’est-ce pas un constat inquiétant, mais juste de ce qu’est la richesse boursière ?

Written by Le blog de Jean Trito

20 février 2015 at 06:48

Publié dans économie, facebook, réflexions

Tagged with , ,

face de book publicitaire

with 5 comments


Facebook me fait de plus en plus penser à un opticien qui vous vendrait des lunettes peu chères, mais que vous devriez porter en permanence avec des étiquette publicitaires de taille croissante collées dessus, à la fois pour vous imprégner de leur message et pour que vous lui serviez d’homme-sandwich pour l’extérieur, mais cette gratuité finirait par devenir une charge avec de moins en moins de vision utile pour vous.

Written by Le blog de Jean Trito

10 avril 2014 at 06:39

Publié dans publicité, réflexions, sociologie

Tagged with

Que de temps passé sur l’écran

with 3 comments


Que de temps passé sur écran, car après 15 ans de net, je me rends compte combien ma vie a changé. Je me lève et je consulte l’actualité, mes sites « marqués », puis je consulte facebook, ma messagerie, et cela plusieurs fois par jour. Je ne regarde plus la télé, le vois youtube, ses films, ses clips, et les émissions sur les chaines de télé. Voici 15 ans j’habitais Paris, et je bougeais davantage, j’étais même hostile au métro, et voyageais à pied. Je me demande souvent si j’apprends des choses, si je ne navigue pas dans le dérisoire, et le bourdonnement de ces anecdotes qui envahissent tout le media.

Le net ne concerne pas que les jeunes, mais toutes les générations : est-ce un bien ou une perte, la perte de rencontres humaines, mais qui, peut-être ne sont pas une perte, parce qu’elles ne se font pas, et que c’est plutôt un vide qui disparait qu’une chose vraiment importante.

A Paris, on trouve des gens qui ne pourraient vivre ailleurs, et la difficulté est lorsque l’on quitte cette ville, de vraiment constater que soi aussi, on ne pouvait vivre ailleurs.

Est-ce vivre d’ailleurs, ? on voit tous ces gens poursuivre un métier alimentaire pour vivre vraiment le soir, dans un autre monde, celui des bistrots, du cinéma, des musées, un monde flottant, d’où tout extirpation donnera l’impression de couler.

Le net est fascinant au sens que l’on ne peut plus le quitter, parce qu’il n’y a plus rien ailleurs. La net est l’instrument idéal d’un gouvernement qui devra occuper une jeunesse à laquelle il ne pourra rien proposer, un peu comme la télé fonctionne en permanence chez les retraités. L’humanité électronique a remplacé l’humanité, mais c’est un autrui idéal et moins fatigant, où tout est positif et renouvelé.

 

 

 

Written by Le blog de Jean Trito

24 novembre 2013 at 11:03

Publié dans Non classé

Tagged with , , , , , ,

internet et trop de bourdonnement

with 6 comments


je me suis abonné à facebook, et je me rends compte combien il devient publicitaire, envahi de choses sans intérêt, qui rapportent ce que font les membres, à quel jeu ils jouent. Le « bourdonnement » serait une valeur du net, mais il finit par ne rester que le bruit, et pas assez de création, de réflexion. Sur beaucoup de blogs, de profils facebook, on a dans le meilleur des cas un langage sms, beaucoup de reprises de ce qui est déjà sur le net, une amplification du bourdonnement, mais peu de réflexion personnelle. L’espace de création devient un espace de la répétition. Il y a une telle différence entre ce que permet l’instrument, et ce que l’on en fait au final.

Written by Le blog de Jean Trito

26 mai 2013 at 11:20

Publié dans Non classé

Tagged with , , , ,

Comment instaurer plus de dialogue fécond sur wordpress ?

with 11 comments


La force de WordPress est dans la qualité de sa présentation. Typepad offre une interface un peu indigente, à qui ne souhaite pas prendre un abonnement payant. La faiblesse de WordPress tient à son manque de liens, à l’absence de commentaires sous les articles, et à l’incapacité d’y développer une communauté de discussion féconde, et qui permettrait de dialoguer, comme Typepad. On peut créer une simili-communauté en déclarant que l’on veut suivre un blog, on peut ensuite visualiser l’ensemble des articles nouveaux par ordre de parution en cliquant sur le W en icône en haut à gauche. Ainsi, on peut voir défiler tout ce que l’on suit. La difficulté est de repérer les blogs, et les articles parus. Le seul outil à disposition est dans « tableau de bord », en cliquant sur « latest », on découvre les dix derniers articles parus sur l’ensemble de wordpress, ce qui est plutôt limité. On peut aussi découvrir des articles portant sur un thème cher, en le recherchant dans chercher.

Une des difficultés est que WordPress change souvent d’aspect, passe de l’anglais au français, sans que l’on en comprenne la logique. Il faudrait pouvoir développer un moyen de visualiser les derniers articles sur une plus longue période. Je n’ai pas exploré WordPress, mais peut-être existe-t-il des forums, ou des lieux où échanger.

Vox et typepad ont créé de véritables communautés, où les gens ont pu se connaître comme dans un bistrot partagé. WordPress n’a rien réussi de tel. Pourtant, n’est-ce pas la phase suivante d’une plateforme de blog, que de permettre d’aller au-delà des articles. WordPress est comme une sorte de musée peu visité, un peu statique, où les visiteurs passent sans paroles.

Written by Le blog de Jean Trito

29 janvier 2012 at 09:28

Publié dans blog, perdu dans wordpress

Tagged with , ,

Est-ce que notre jeunesse aurait été transformée par le net ?

leave a comment »


Il est parfois intéressant et captivant de se retourner vers le passé et d’imaginer ce qu’il aurait pu devenir si tel ou tel évènement s’était produit, à la manière d’historiens américains qui examinent d’autres passés possibles, comme si l’histoire pouvait devenir expérimentale.
On est dans un monde d’une connectivité impressionnante, où l’on peut ne perdre personne de vue dès lors que l’on dispose de son nom, de son adresse mèl, ou de son téléphone portable. Je m’en rends compte tardivement, c’est un moyen d’entretenir des liens faibles, de conserver un contact avec des gens perdus de vue, mais que l’on retrouve incidemment sur facebook, ou à qui on envoie un mèl à travers un groupe de destinataires, ou avec qui l’on échange brièvement sur copainsdavant, mais là le temps passé est trop important, et la distance souvent trop grande pour qu’il se produire quoi que ce soit.

Cette arrivée de ces technologies sur le tard de ma vie m’a permis de garder ces liens qui auraient été perdus autrement, et ce n’est pas une mince victoire. Lorsque nous sommes arrivés à Paris, toutes les rencontres étaient sans lendemain, on se perdait très vite de vue, il semblait que les gens y soient glissants comme des anguilles, insaisissables. Les technologies actuelles nous auraient permis de constituer plus rapidement un réseau, d’échanger des infos, même à travers des liens faibles, et de poursuivre les contacts.

Notre génération a souffert d’un anonymat et d’une invisibilité dont la génération actuelle ne connait que l’envers, par les traces qu’elle laisse dès l’enfance sur le net, et qui permettent de la suivre pas-à-pas au cours de sa vie. Notre problème était alors inverse, des anti-Rastignac qui ne conquéraient rien, et ne pouvait retenir plus que du sable les relations qu’ils se faisaient.

Sauf si le gouvernement se met à poursuivre les internautes, et pratiquent une censure à outrance, ou que la recherche d’emplois nécessitent une quasi-clandestinité digne de la résistance des romans orwelliens, le net sera au final plutôt une ouverture vers l’autre, et vers la connaissance. Si l’on ne se perd pas dans un net aseptisé qui ressemblerait à TF1, et s’il peut continuer à se développer, si les versions d’hadopi point x n’en réduisent pas l’intérêt pour des raisons commerciales. Comme le dit un artiste, il est moins grave d’être piraté, que de ne pas être diffusé. Pour 99,99 % des créateurs, c’est l’absence de diffusion et de partage le problème, pas le piratage.

Je n’ai jamais lâché le livre, qui arrive en premier dans mon classement, parce qu’il nécessite une méditation profonde, et de se laisser imprégner par les mots, les idées, les constructions. Seul le livre construit l’esprit, dans la lenteur et le travail, non spectaculairement. Tout le reste peut s’y ajouter sans dommage, comme une extension, mais ne peut s’y substituer.

Ainsi je pense que notre jeunesse déracinée dans la grande ville aurait été plus intense et plus vite construite avec le net, que c’est un moyen d’investir la vie plus rapidement, et de bâtir un réseau pour qui débute de rien. Par ailleurs l’accès à des groupes traitant de préoccupations particulières facilite la vie, en apportant des réponses difficiles à trouver autrement. Disposer de plus de données est une chance. Tout cela ne serait-il pas trop virtuel ? peut-être, un peu comme les commandes sur le net butent sur les difficultés de la poste, il faut aussi qu’il y ait du réel derrière, il ne suffit pas de s’associer virtuellement pour que toutes les structures et le travail nécessités par une association existent pour autant. Dans un deuxième temps, on rencontre donc forcément la question humaine, le net ne fait que faciliter la relation, ensuite, tout demeure comme avant.

Written by Le blog de Jean Trito

11 décembre 2011 at 20:23