triton95

un regard sur le monde

Posts Tagged ‘medias

Ce que la presse répète en boucle

with one comment


Il semble y avoir quelques points de passage obligés pour la presse, liés sans doute soit à la nécessité de retenir les annonceurs, soit de plaire aux groupes financiers qui la possèdent. L’un, c’est le tabou de l’immobilier, quelque soit la période, c’est toujours « le bon moment pour acheter », l’autre c’est que le ministre des finances est intouchable, quoiqu’il dise. Il est toujours compétent, travailleur, a la confiance des milieux financiers, et il s’agit de porter au pinacle toutes ses interventions visant à s’attaquer au système social, et d’en prôner une privatisation en faveur d’intérêts privés.

Publicités

Written by Le blog de Jean Trito

6 février 2016 at 12:49

le monde des blogs

with 2 comments


Un blog connait les mêmes difficultés que tout travail de création, l’inspiration vient goutte à goutte, et s’épuise vite, il faut rester attentif aux choses infimes, ce sont les plus grandes inspiratrices. On parcourt aussi les autres blogs, mais l’on se rend compte que le travail de création, de recherche, n’est pas si répandu, que l’on est soit dans l’intime, mais qui n’est pas compréhensible, soit dans la reprise, ce qui contribue au bourdonnement.

Je me souviens d’un ancien énarque, qui disait ne pas croire au « génie méconnu », que tout ce qui était bon était reconnu, et que tout était ainsi pour le mieux dans le meilleur des mondes.; Je ne sais pas s’il avait raison, et je ne le saurai jamais. Je trouve des bons blogs, qui valent de bons articles de journaux, je ne sais s’il faut parler de génie, mais leurs auteurs ne roulent pas sur l’or. Peut-on dire par ailleurs que tout ce qui est reconnu est bon ? Il y a parfois un tel travail de « communication » orchestré, que des arguments s’imposent plus par leur fréquence que par leur bien-fondé.

Les titulaires des anciens medias ont un regard contempteur sur le monde des blogs, dont ils considèrent qu’ils n’ont pas de légitimité. Mais peut-on considérer que le monde de l’édition est capable de faire émerger des talents, ou est-ce que, comme ce monde le reconnait à demi-mots, il y a un part d’aléa, et l’immensité de ce qui est refusé, est à peu près au même niveau que ce qui est édité, les contingences faisant le reste ?

Est-ce que cet énarque avait raison, est-ce que tout ce qui était à venir est advenu ?Est-ce que les mailles du système de reconnaissance sont assez fines ?

Je connais certains des blogueurs que je suis, certains ont eu une scolarité en dents de scie, des qualités leur ont été reconnues, mais ils ne disposaient ni des codes de la société, ni des réseaux. On me signale le cas d’intellectuels médiocres qui ont accès au « milieu » médiatique, parce que bien pourvus en relations sociales.D’autres sont des sortes d’ouvriers philosophes, auxquels le net donne un accès à la diffusion, une diffusion qui va au-delà des cafés, et des cercles d’amis.Je me dis qu’ils doivent consacrer un temps considérable à leurs articles, à se documenter, à aller chercher d’autres faits que ceux que les medias mettent en avant. Imaginer un autre monde que celui des économistes, pour qui la matière est complexe, mais les conclusions simplistes, et très marquées socialement, puisqu’il suffit de travailler plus longtemps et de gagner moins.

Le blog est-il révélateur d’une misère de l’édition, d’un contraste important entre les capacités d’écriture acquises par l’ensemble d’une population, et son accès à la parole ? le rapport des deux grandeurs n’a jamais été aussi important depuis que l’humanité existe.

Nous sommes dans le post-journalisme, ou les gens se distraient et s’informent à travers des productions artisanales, en petite série.

On constate sans doute le même écart entre les amateurs de musique, et la possibilité réelle de faire un spectacle, d’être connu, mais on peut se faire un petit public via youtube, et donner rendez-vous à ses fans.

Je ne sais donc s’il reste des artistes, des productions méconnues ou non, ou si tout ce qui méritait de l’audience en obtient, ou si tout cela est sans rime ni raison, mais avec le blog on a donné un espace nouveau, qui reste à exploiter encore.

Written by Le blog de Jean Trito

9 juin 2013 at 13:10

Publié dans Non classé

Tagged with ,

Monde des medias

leave a comment »


Le politique courtise la presse, parce qu’il sait que rien n’existe en dehors de ce que la presse et les medias montrent, mais ce monde montré par les medias, existe-t-il vraiment ?

Written by Le blog de Jean Trito

1 mai 2013 at 09:49

Publié dans Non classé

Tagged with , ,

Faux économiste pour de vrai ou l’inverse ?

leave a comment »


Un faux économiste a dupé les medias pendant un an au Portugal, après sa sortie de prison. Il avait obtenu une tribune à la télévision, où il critiquait la politique d’austérité.

Je crois que là réside son erreur, il aurait prôné la réduction du salaire minimal, il aurait pu officier des décennies. La question que pose son intervention, est comment différencier un vrai économiste d’un faux ? et la réponse est que c’est impossible, car nos économistes médiatiques sont des bateleurs au service de certains intérêts, on se demande parfois quelles études existent vraiment derrière leur discours.

Ce qu’il y a de dérangeant dans cette affaire, c’est qu’elle nous montre que, d’une certaine manière, tous les économistes médiatiques sont des escrocs.

Written by Le blog de Jean Trito

25 janvier 2013 at 20:35

Le blog permet d’écrire sans fil à la patte

with 3 comments


Quelle est la part de ce qui est écrit qui ne s’avance masqué ? une bonne part des campagnes médiatiques ne sont pas spontanées, mais correspondent à une stratégie, visent à un objectif non annoncé, non mis en avant, et cachent soigneusement leurs financeurs, leurs lobbyistes. Le maitre mot de la communication est le voile, le masque, une campagne de communication est un pion dans un jeu, non le jeu lui-même, un leurre en quelque sorte.

L’actualité du livre « les intellocrates » pourtant vieux de 25 ans demeure. Il démontait tout un système de renvoi d’ascenseur, je parle de votre livre pour que vous parliez du mien, et chacun ne parle que des livres du cénacle, des valeurs du cercle, et l’on n’en sort pas. Comme une sorte de boa constrictor, les « clubs », les « réseaux » finissent par étouffer toute pensée dissidente, toute valeur hors de leur milieu, et l’on a l’impression que toute la production littéraire, intellectuelle, du moins celle qui se vend et dont on parle, ne provient que d’un tout petit milieu.

Ce système de monopolisation de l’oeuvre se retrouve même dans un dispositif aussi « amateur » que le blog. Si l’on consulte le wikio, on se rend compte que ce qui est pris en compte, c’est la quantité de liens d’un blog avec les blogs classée en tête du wikio, de sorte que certains blogs finissent par ressembler à une collection de liens bien classés, et mis en évidence. Le lien renforce le lien, et le classement. On constate ainsi un hommage surprenant à un intellectuel médiatique qui s’est ridiculisé par ailleurs, et quelque jours plus tard, le blogueur voit un de ses articles édités dans un journal proche de ce penseur. La modèle décrit par les intellocrates fonctionne donc aujourd’hui de la même manière.

Il est donc important, grâce au net, de faire jouer notre petite musique, celle que personne ne pourra jouer, quitte à être en dehors des sentiers battus. Nos lieux, notre mémoire, nos pensées ont tout autant de valeur que ce qui est distillé par ailleurs, mais bénéficie simplement d’un meilleur système de renvoi d’ascenseur.

Certaines informations de très grande valeur et de très grande importance sont présentes dans les journaux, mais sans mise en valeur, une lecture attentive permet ainsi de repérer ces joyaux, qui peuvent surgir dans la presse de n’importe quelle tendance. Ainsi, l’annonce par Olivier Sarkozy de la chute de l’euro est apparue dans « atlantico », un simple pure player, la preuve des pressions américaines sur les gouvernements européens, et en creux sur les français, dans le Figaro. Je n’ai pas réussi à retrouver ces informations ailleurs. Je me souviens que l’acquisition par la Corée du sud de 75% des terres malgaches n’avait fait l’objet d’un article que dans le seul nouvel observateur.

Des informations extrêmement importantes, et qui expliquent le fonctionnement réel du monde ne sont pas diffusées largement, le net préfère amplifier certains buzz insignifiants jusqu’à la saturation, occupant beaucoup de monde dans un pur travail de caisse de résonance.

Le net est une chance immense si vous savez l’utiliser pour mettre un peu de corrosion dans le système, pour creuser les questions que personne ne voit, pour aller au-delà de ce que clame la foule. Je me souviens que la phrase la plus fréquente des anciens à propos des journaux dans ma jeunesse, était que l’on n’évoquait jamais telle question sociale ou politique, on attirait la lumière sur une question annexe, mais jamais sur une vérité qui n’allait pas dans le sens de l’idéologie, et du prêt-à-penser des mache-media. Bien que non instruits, ces anciens remarquaient la part de forfaiture des communications diverses. Bien sur, les guignols nous ont appris à décoder la presse, il est d’autres émissions auxquelles on a mis fin (arrêt sur image) qui ont essayé de le pratiquer, mais cette fonction appartient à quelques marginaux, comme wikileaks, sans quoi, nous vivrions encore sous le manteau d’illusions des communications diverses.

les jeunes sont-ils nuls ?

leave a comment »


Je ne me souviens plus de quoi s’étonnaient les parents d’autrefois, aujourd’hui, c’est du temps perdu sur internet, sur les ds, les play-stations, le streaming, et nos multiples chaines de télévision. Un monde artificiel, digne de notre éternel présent sans avenir.

Les adultes se souviennent de leurs préoccupations, de leurs interrogations intellectuelles, et s’étonnent que cette génération se perde dans le divertissement, et soit très « people », là où nous nous moquions des chanteurs à paillettes que nous proposait la télévision des années 70. Aujourd’hui, c’est presque la revanche posthume de Maritie et Gilbert Carpentier.

Les enfants ne lisent rien, déplore-t-on autour de moi. Dans les classes moyennes, il semble que les enfants ont tout, que l’on ne sait plus même quoi leur proposer comme nouveau jouet. C’est comme une profondeur qui aurait disparu des nouvelles générations.

Written by Le blog de Jean Trito

19 novembre 2011 at 15:06

La France de Marine

with 3 comments


Pour continuer mon classement par décennie, je dirais qu’après les années 70, les années 80 superficielles et tapageuses durent depuis trente ans. Autant les années 70 vantaient l’authenticité, autant ce qui a suivi fut d’artifice. Aujourd’hui avec ce sondage donnant Marine Le Pen en tête quelque soit le candidat présent en face, on atteint le fond, notre bucher des vanités. Différentes analyses nous expliquent soit qu’il faut absolument présenter D Strauss-Kahn, soit que le candidat restant pourra gagner sans programme. On dit que le FN n’a pas de programme social et économique, mais où est celui des autres candidats ? Ceux qui s’imaginent que le report de voix sur le « candidat démocrate » sera automatique, pourrait avoir des réveils douloureux. Les thèmes de gauche, anti-européens, protectionnistes, de protection du marché du travail ont été récupérés, sans que personne n’y prenne garde, par le FN. Elle a su couper les liens avec le passé, la guerre, et jouer l’alliance avec Israel afin de ne pas être diabolisée par les medias aussi facilement que son père à chaque dérapage. Elle a ainsi rompu avec Alain Soral, qui avait choisi l’autre camp. Elle ne fera pas d’allusion antisémite, puisque son cheval de bataille sera l’islam, ce débat qu’on a voulu lui servir sur un plateau, mais qu’elle ne prendra peut-être pas. L’anti islam actuel qui rappelle furieusement l’antisémitisme des années 30, il occupe la même fonction, sans que personne ne fasse le rapprochement. Je crois que l’on pourrait juxtaposer les deux discours par-dessus l’abîme du temps, et l’on serait surpris des similitudes. Elle ne dérapera pas, mais elle en entrainera beaucoup sur une pente bien glissante, et une France que l’on n’aurait pas imaginé, quand dans les années 70 on réclamait la simplicité et la vérité, que l’on était critiques, et exigeants.

Written by Le blog de Jean Trito

8 mars 2011 at 23:05