triton95

un regard sur le monde

Posts Tagged ‘front national

Pas de « jawalerie » aujourd’hui

with one comment


jawal fn06122015

J’ai ressorti mon stylo-plume pour vous prévenir, pas de « jawalerie » aujourd’hui !

Written by Le blog de Jean Trito

6 décembre 2015 at 08:43

Vers la fin de la parenthèse Sarkozy ?

leave a comment »


Sarkozy sera-t-il plus seul dans une semaine, que Strauss-Kahn aujourd’hui ? Allons-nous fermer cette parenthèse, cette dérive effrayante de fin de mandat, où le leader semble pédaler à perdre haleine vers l’abîme ? Même les réformes de l’Etat, que l’on pourrait mettre à son crédit, semblent avoir apporté plus de confusion et de coûts induits que d’apports. A un point tel, que cet article essaie de défendre Sarkozy sur la réforme de l’Etat, en attribuant les réformes administratives ..à la nouvelle gauche. Aujourd’hui, on peut se demander si la RGPP (revue générale des politiques publiques), qui a abouti à supprimer un certain nombre de services, et à les regrouper, en touchant en priorité le monde rural, où le service public, en habitat clairsemé, est par définition moins rentable, n’y a pas dopé le vote du front national.

Ce « courage » salué dans de nombreux journaux économiques n’est-il pas apparu comme le coup du mépris envers ces territoire, que le « casse-toi- pauvre-con » du salon de l’agriculture a conforté. Le vote front national est aussi un vote anti-établissement, il est indépendant de la population émigrée : Argenteuil n’a pas dépassé 15% de vote pour le front national, et des zones éloignées des grandes métropoles ont massivement voté pour lui.

Les banlieues sont moins coupées du monde, mieux desservies, mieux pourvues en services publics, alors que le pavillon est une forme d’enfermement volontaire, une accumulation de difficultés sociales et économiques, un lieu fermé de drames secrets.

Written by Le blog de Jean Trito

1 mai 2012 at 08:57

L’extrême-droite des débuts en France (1971)

leave a comment »


Ce document est peu connu, il nous montre l’extrême-droite (Ordre nouveau) à en 1971 lors d’un meeting. Il y a une interview de François Duprat, assassiné en 1978, de façon assez mystérieuse. Une biographie va sortir sur sa vie, mais malgré le temps passé, les archives n’ont pas été ouvertes le concernant. Son discours est un peu étrange, il ressemble plus à celui de Marine Le Pen qu’à celui de son père, avec déjà une critique de l’économie anti-oligarchie.

Après la dissolution d’ordre nouveau en 1973, est créé le front national.

Written by Le blog de Jean Trito

28 mars 2011 at 22:48

La France de Marine

with 3 comments


Pour continuer mon classement par décennie, je dirais qu’après les années 70, les années 80 superficielles et tapageuses durent depuis trente ans. Autant les années 70 vantaient l’authenticité, autant ce qui a suivi fut d’artifice. Aujourd’hui avec ce sondage donnant Marine Le Pen en tête quelque soit le candidat présent en face, on atteint le fond, notre bucher des vanités. Différentes analyses nous expliquent soit qu’il faut absolument présenter D Strauss-Kahn, soit que le candidat restant pourra gagner sans programme. On dit que le FN n’a pas de programme social et économique, mais où est celui des autres candidats ? Ceux qui s’imaginent que le report de voix sur le « candidat démocrate » sera automatique, pourrait avoir des réveils douloureux. Les thèmes de gauche, anti-européens, protectionnistes, de protection du marché du travail ont été récupérés, sans que personne n’y prenne garde, par le FN. Elle a su couper les liens avec le passé, la guerre, et jouer l’alliance avec Israel afin de ne pas être diabolisée par les medias aussi facilement que son père à chaque dérapage. Elle a ainsi rompu avec Alain Soral, qui avait choisi l’autre camp. Elle ne fera pas d’allusion antisémite, puisque son cheval de bataille sera l’islam, ce débat qu’on a voulu lui servir sur un plateau, mais qu’elle ne prendra peut-être pas. L’anti islam actuel qui rappelle furieusement l’antisémitisme des années 30, il occupe la même fonction, sans que personne ne fasse le rapprochement. Je crois que l’on pourrait juxtaposer les deux discours par-dessus l’abîme du temps, et l’on serait surpris des similitudes. Elle ne dérapera pas, mais elle en entrainera beaucoup sur une pente bien glissante, et une France que l’on n’aurait pas imaginé, quand dans les années 70 on réclamait la simplicité et la vérité, que l’on était critiques, et exigeants.

Written by Le blog de Jean Trito

8 mars 2011 at 23:05

La position du front national

leave a comment »


Le front national est un parti qui, marginal dans les années 70, est devenu un épouvantail utilisé par Mitterand contre la droite, et qui finit par anéantir la gauche en avril 2002, ce dont elle ne s’est jamais remise.

Le fond de commerce initial, celui de la nation, une vieille notion éculée et démodée, le remet actuellement dans le sens de l’histoire.

Je me souviens d’un débat avec Malek Boutih, où Le Pen est resté scotché, presque émerveillé et surpris par le discours de ce jeune homme. A la fois il reprenait une partie de son discours, mais en le dépoussiérant de ses côtés xénophobes. Ce soir là, le front a retrouvé une nouvelle jeunesse. Je m’étonnais parfois de discuter avec des maghrébins et des africains pour qui Le Pen n’était qu’un nationaliste, dont il possédait des exemplaires bien pires chez eux, et qu’ils étaient moins critiques que les bien-pensants de chez nous.

Dans la mondialisation, la nation est perçue comme le dernier rempart contre les assauts du néolibéralisme, le démantèlement des systèmes sociaux, la concurrence des travailleurs par la moins-disance salariale. Pour ces raisons, même un fossile comme le front parait rajeuni et protecteur, notamment dans les milieux populaires. On passe d’un pouvoir fort à un autre pouvoir fort, sans passer par la gauche bourgeoise. D’une certaine manière, après avoir mangé la droite sur sa droite et même obligé Sarkozy à dépasser par des actes ce qui était verbal et parodique, il pourrait bien menacer la gauche, notamment si elle présentait « le candidat du FMI » aux élections présidentielles. Il a même pu se permettre de venir à Argenteuil sur le lieu mythique de la dalle, ayant perçu que même dans les milieux défavorisés, son discours, une fois réajusté, pouvait passer. On retrouve cet étonnement lié à cette divine surprise, comme le soir du débat avec Malek Boutih, et le vieux tribun maurassien devint le tribun de la plèbe.

Le poids de la mondialisation, et d’une bureaucratie destinée à l’imposer aux peuples, dont malheureusement l’union européenne, lui ont procuré une étonnante source de jouvence.

Written by Le blog de Jean Trito

29 octobre 2010 at 09:18