triton95

un regard sur le monde

Archive for novembre 2012

Paris romantique,

with one comment


Publicités

Written by Le blog de Jean Trito

29 novembre 2012 at 22:09

suivi de chantier, Laennec, suite

leave a comment »


J’ai déjà consacré un post à ce chantier, dont voici des nouvelles.

Written by Le blog de Jean Trito

29 novembre 2012 at 21:59

Publié dans Non classé

De quelques vieux films en noir et blanc

leave a comment »


 

 

J’ai au fil d’achats stocké quelques vieux films dans ma vidéothèque, que je me passe dès que j’en ai le loisir. J’ai récemment revu ces deux films, et j’en ai été ébloui. Pourtant, l’image est loin de celle que nous diffusent les grands écrans aujourd’hui, mais j’ai l’impression que l’on ne pourrait plus voir des acteurs jouer ainsi, aussi près de l’émotion, et de sa rétention, comme on dit que l’on est au bord des larmes.

Il y a une manière de filmer qui permet de regarder le paysage italien avec Ingrid Bergman et George Sanders, et chacune de ces images en noir et blanc d’une italie perdue, résonne en nous comme dans l’âme des personnages.

Rebecca est le conte gothique d’une jeune femme qui se laisse impressionner par une morte dont la présence est partout, obsédante, avec quelque chose de « hunting », comme si le palais était hanté. Les personnages nous paraissent d’autant plus sombres, qu’ils semblent parfois appartenir à la maison, comme une sorte de « chûte de la maison usher », ou « les innocents » de Jack Clayton.

Ces films ont été des chefs d’oeuvre en leur temps, mais si les nouvelles générations parviennent à aller au-delà de la répulsion pour le noir et blanc, elles se rendront compte qu’ils le sont toujours, même en les comparant aux films qui sortent, ils ont une dimension supplémentaire. C’est la différence entre un conte, une histoire qui nous parait simple, mais qui passe le temps et conserve toute sa force, alors que la poussière s’est déposée abondamment sur certaines oeuvres qui ont été à la pointe de la sophistication de leur temps.

Written by Le blog de Jean Trito

26 novembre 2012 at 21:52

elle a fait hec

leave a comment »


 

Ce livre ne coûte que 3 euros. Il est donc facile à lire dans les transports et a l’avantage d’interpeller les voyageurs, de les intriguer. Florence Noiville fait le constat, trente ans après avoir quitté HEC, qu’elle n’y a rien appris, parce que les cours étaient un décalque, mais en moins critique encore, de ce qui se faisait dans les écoles de commerce américaines. Les élèves en sortent avec un énorme manque en matière d’humanités. Certes, on apprend à oser (tiens elle ne cite pas le bon mot d’Audiard), mais à un point tel qu’elle se demande si ce type de formation n’a pas contribué à la grave crise financière, en rendant tout le monde aveugle.

Je ne sais si cette crise est liée à cette formation, il me semble que l’on a vu les mentalités évoluer dès le début des années 80, en jetant aux orties les anciennes mentalités, les valeurs prudentielles, une plus grande égalité. Je me souviens de certaines revues comme « actuel » qui portaient au pinacle les pires dérives, les pires inconsciences de leur temps, et qui ont, tout comme hec, contribué à formater les esprits. En formation à la gestion où je me trouvais en ce temps, je m’étonnais de la marque de ces études sur les esprits, de ce formatage, mais que l’on prenait peut-être avec plus de recul que les générations suivantes. Il me semblait qu’en l’espace de quelques années, tout ce en quoi on avait espéré, avait disparu.

Written by Le blog de Jean Trito

26 novembre 2012 at 21:29

Publié dans économie, éducation

Tagged with ,

Toutes ces fêtes ..commerciales

leave a comment »


Certains ont dénoncé, comme Philippe Muray, les grandes fêtes collectives, l’ambiance festive, l’agitation qui remplace le devoir.

Je suis frappé au contraire par le grand nombre de « fêtes » dont le seul but est commercial. Noël a été laïcisé, et surtout comme défamiliarisé pour la concentrer sur l’acte de consommation effréné. Dès septembre, les magasins remplissent leurs rayons de jouets. Acheter à l’avance permet de vendre autant qu’avant durant le dernier mois, car on prolonge sur d’autres personnes l’acte de vente, et les enfants ont, parfois, entre-temps, changé d’avis sur ce à quoi la pub les avait conditionnés. On étend la fête aux amis, cela devient une sorte de nouvel an bis, ou anticipé, une occasion de dépenser. On a multiplié les « fêtes » au cours de l’année, où, bien entendu, il ne suffit pas de se souvenir de la personne brusquement mise en valeur,mais bien entendu d’offrir des choses dont les revues se chargent de rappeler l’existence. De la fête des grand-mères, à la toute nouvelle fête des femmes enceintes, rien ne doit être humain, mais tout doit être commercialement rentable, et l’on invente des listes pour chacune de ces occasions, dont les médias appellent brusquement à l’existence.

On transforme parfois un ancien lieu de dépannage en lieu de fête. La gare Saint-Lazare permettait autrefois quelques achats utiles de dernière heure, que l’on pouvait rattraper en passant. Après 10 ans de travaux, on a réussi à en faire une bonbonnière, pleine de tentations, de choses pour « offrir mais dont la vraie utilité parait problématique. La gare est devenue une sorte de temple de tous les objets nécessaires à ces fêtes que les médias, et l’extension sans fin du domaine du commerce nous inventent tous les jours.

Written by Le blog de Jean Trito

26 novembre 2012 at 20:45

Publié dans sociologie

Tagged with ,

L’économie moderne préfère t-elle l’assistance ?

leave a comment »


Est-ce que l’économie moderne peut occuper tout le monde, et si le chômage était vraiment une calamité, et pour tout le monde, n’en serait-on pas venu à bout ?

Le chômage élevé permet de maintenir une pression à la baisse sur les salaires, et l’on semble agiter encore plus cet argument, d’autant qu’un certain lobbying semble couronné de succès. Ce que l’on demande à nos citoyens, c’est de consommer, on est prêt à les financer pour cela. Même dans une ville considérée comme pauvre, on a l’impression que les poubelles regorgent de choses dont on ne veut plus. On ne demande plus aux gens de travailler, mais d’être consommateurs, du moins de cette consommation de choses futiles que l’on importe par bateaux entiers.

Je m’étonne du nombre d’objets qui tombent en panne rapidement, il semble que la durée soit une question de hasard, on tire parfois un objet manufacturé qui dure plus, mais bien souvent, c’est à peine la durée de garantie.

Il faut bien des gens pour consommer ces dizaines de chaines de télé disponibles, ces multiples sites internet, ces heures de téléphone portable. Il semble que l’on est là, sur terre pour pratiquer toutes ces activités ludiques, toutes ces séries où le vide est accéléré par le rythme des changements de plan.

Aucune de ces activités n’exige d’efforts, ni n’apprend quoi que ce soit, ni n’est porteuse d’une éventuelle revendication que celle de consommer davantage. C’est un monde où l’essentiel manque, mais où le vide remplit tout le reste.

Written by Le blog de Jean Trito

26 novembre 2012 at 20:33

du conseil

with 7 comments


Je repense souvent aux conseils que l’on peut recevoir dans la vie, et je m’interroge souvent sur la capacité des gens à donner des conseils, souvent calamiteux. En repensant à ce texte rédigé en 2011, je pense que j’aurais pu le résumer en une phrase : dans les conseils donnés aux autres, on est principiel, théorique, sans prise en compte des conséquences, quand on agit pour soi, on est pragmatique. C’est cette différence d’attitude, qui fait que souvent, une grande part des conseils reçus sont calamiteux.

Written by Le blog de Jean Trito

25 novembre 2012 at 06:21

Publié dans sociologie