triton95

un regard sur le monde

Posts Tagged ‘télévision

L’écran de proximité

with 2 comments


Autrefois, la télé était au fond du salon, on se levait rarement pour toucher aux réglages, parce qu’il s’agissait essentiellement de l’allumer et de l’éteindre, il n’y avait qu’une seule chaîne, sans pub, et les boutons fixés à l’appareil suffisaient amplement. On gardait ses distances avec sa lucarne d’appartement en quelque sorte.

Puis, d’autres chaînes sont apparues, et la pub envahissante. La télécommande, conçue à l’origine pour les handicapés, a permis à l’usager de se rapprocher de son écran par l’intermédiaire des infrarouges, et de ne plus avoir à effectuer cette tache exténuante, que de se lever pour zigzaguer entre ses multiples chaînes, et essayer d’éviter la pub.

La grande révolution de l’ordinateur individuel a consisté à rapprocher encore l’écran de nos yeux, puisqu’il fallait être à portée de clavier.

Aujourd’hui, c’est l’écran qui s’est encore rapproché de nous, puisqu’il tient dans la main, et que nous ne levons plus les yeux de nos portables, il faut voir ce qu’est devenu la ville, avec ces gens qui ne voient plus rien d’autre, dans les transports, dans les rues.

Quelle sera la prochaine étape ? une projection directe sur notre rétine, mais ensuite l’on considérera que cette intermédiation n’est pas assez parfaite, et il sera relié directement au nerf optique pour raccourcir le circuit nerveux, et pourquoi pas directement dans notre cerveau, comme une prothèse qui générera directement les idées ?

 

 

 

 

Publicités

Written by Le blog de Jean Trito

24 juin 2017 at 06:15

Publié dans réflexions

Tagged with ,

Pourriels et merdiciels

with 4 comments


Je raconte souvent l’anecdote suivante, lorsque j’étais enfant, il n’y avait à la télévision que deux minutes de publicité par jour, le reste était constitué par des films et des émissions, quand le vide de la mire ne remplissait pas l’écran de longues journées, et les soirées se terminaient tôt, il y avait encore une indication de fin des programmes dans les journaux des programmes télé. Aujourd’hui, c’est l’inverse.

Il semble que la règle qui régit tout media, c’est que les débuts présentent de vrais programmes, puis la pub, les émissions stupides que l’on fait bourdonner, finissent par occuper tout l’espace disponible. Qui a encore le temps d’attendre 21h pour voir un film, et le voir coupé plusieurs fois par la pub ? Cela, en tout cas, échappe à mon entendement, et je me suis rendu compte qu’au fil du temps, j’en étais venu à ne même plus allumer la télévision.

On peut donc tirer ce grand principe lié à l’introduction de toute technologie, au début, on dispose d’un nouveau type d’informations ou de biens culturels, puis la graisse envahit tous les tuyaux, et le flux vital devient un filet de plus en plus réduit.

Je constate la même chose avec internet et les autres outils afférents. La messagerie est envahie par les spams, les pourriels, et je vois apparaitre de plus de merdiciels qui n’ont aucun intérêt et bombarde mon écran de signalisation de risques divers et de dysfonctionnements qui sont bien sur imaginaires. Certains moteurs de recherche sont de véritables calamités, qui renvoient de manière privilégiée sur des sites où il faut envoyer un SMS qui sera facturé, sans que cela soit annoncé à l’avance, pour accéder à des sites gratuits.

Abondance de pourriels et de merdiciels semble devenir la règle sur le net. Le net est une culture de la gratuité, et des gens investissent dans le net sans saisir cette culture, alors qu’il n’y existe pas de demande pour beaucoup des services payants proposés. Du coup, c’est un déversement de choses inutiles qui se profile, dont personne n’a besoin, et qui sont de véritables parasites du media. La pub finit notamment par recouvrir les écrans de youtube, et l’on doit subir des clips de pub aussi longs que les clips musicaux, à moins que les deux ne soient que des pubs.

Written by Le blog de Jean Trito

28 décembre 2013 at 04:10

Publié dans internet

Tagged with , ,

L’individualisme du spectacle

with one comment


Autour de nous, nous ne voyons plus de familles rassemblées devant la télévision pour assister à un évènement sportif, un débat politique, un show. Ces grands partages nationaux appartiennent au passé, plus aucun évènement audiovisuel ne rassemble devant lui. Les gens choisissent leur chaine, chacun des enfants a son micro, sa tablette, et jouit de son spectacle à lui, sans communauté. Dans les transports, les gens ne se regardent plus, chacun est devenu plus transparent que jamais, devant tous ces regards accaparés par les smartphone. Chacun sa voie, chacun son écran. Le spectacle est devenu individuel.

Written by Le blog de Jean Trito

31 mars 2013 at 11:41

Du temps où l’on ne zappait pas

leave a comment »


Regardez bien les jeunes, voici le programme qui a bercé mon enfance. A l’époque nous n’avions qu’une chaine en noir et blanc, dont les programmes n’occupaient qu’une partie de la journée, et les temps d’attente étaient remplis par cette image fixe, du temps de l’ortf. La publicité ne durait que 2 minutes par jour, et combien de temps avons-nous passé devant cette image fixe, en attendant un rare programme pour enfants. Pensez-y !

Written by Le blog de Jean Trito

20 août 2011 at 09:56

Prisonniers d’Internet et des écrans

with 3 comments


J’ai connu un monde sans écran ou presque, mis à part la télévision familiale, mais que l’on ne regardait qu’en soirée commune en famille justement, avec quelques voisins. C’était un spectacle parcimonieux, disponible seulement quelques heures par jour, avec des mires interminables, qu’il fallait contempler avec patience en attendant une émission.

J’ai vécu mes premières années à Paris sans télé, parce que la ville me semblait plus intéressante à parcourir que la station fixe devant un écran, dont l’arrivée de Berlusconi avec la 5 a été un choc terrible, abdication devant une médiocrité hallucinante.

Les forums internet ne correspondaient à aucun besoin puisque l’on pouvait discuter devant une bière, ou en marchant. Un peu de sport, de la lecture, la magie du cinéma de quartier, « le grand pavois », aujourd’hui disparu du XVème arrondissement, les voyages à la dure chez « nouvelles frontières » (les images abêtissantes des animations au Club Med me collaient le cafard).

Bien sur, j’ai eu un micro professionnel dès 1986, mais il était relativement limité, et ne fonctionnait pas à temps plein comme aujourd’hui. 1999 est le grand tournant, je me suis rendu compte, malgré les limitations d’une connexion encore coûteuse, que l’on pouvait passer ses soirées sur le net. Bientôt, le net est devenu ma source d’informations, et a remplacé les journaux sans remplacer la lecture des livres, et je refuse le e-book, car peu pratique, et je me sentirais mal dans une maison sans livres. Je m’étonne parfois d’aller chez les gens et de ne pas y trouver de livres, c’est comme une étrange absence, un vide dont on se demande s’il ne peut aussi concerner la réflexion. Aujourd’hui, les jeunes sont en permanence devant des écrans, de jeux video, ou écran plat de télévision. Le temps passé est considérable, on se demande si les gens se parlent encore, est-ce qu’Internet est plus satisfaisant qu’une conversation de vive voix. Les gens sont isolés, voient moins de monde, la mobilité professionnelle est passée par là, nous sommes plus loin de nos bases, et avec le temps on ne peut cultiver d’amitiés qui ne se nouent plus entre des gens sans vraie culture commune, et trop avancés dans la vie pour cela. De jour en jour, et j’y contribue moi aussi, toute relation est médiatisée par des écrans, des machines. J’ai déjà évoqué les caisses automatiques destinées à remplacer les caissières, sur lesquelles même les grandes surfaces ont du reculer, les distributeurs divers, lents et dysfonctionnels qui remplacent les employés, le remplacement des agents par des répondeurs.

Je comprends la difficulté des personnes âgées, dont l’isolement est important, et qui se retrouvent de plus en plus face à des machines, comme dans un cauchemar SF des années 60 ou 70. Il devient difficile de régler un problème sans interlocuteur humain, et nous nous retrouvons esseulés face à des processus. Oui, ce temps pris sur la parole, cette déshumanisation du monde est le trait frappant de l’évolution de ces 15 dernières années.

Written by Le blog de Jean Trito

6 août 2011 at 14:00

Une génération qui ne regarde plus la télévision

with one comment


Un fait frappant est que les jeunes générations ne regardent pas la télévision, qu’elle semble de plus en plus réservée aux retraités. Le net est plus ludique, on ne reste pas passif, et puis le message ne passe peut-être plus. Notez que le plus grand succès de 2010 semble être le bouquin « indignez-vous » qui renvoie aux valeurs de ..la résistance, et à la mise en place des systèmes sociaux. Il semble d’ailleurs que les grands succès soient sinon des livres ésotériques comme « Da Vinci Code », Harry Potter », « Twilight », du moins des livres critiques du système social, et notamment du néo-libéralisme. Le vrai créneau d’aujourd’hui, c’est la critique d’un système dominant depuis 1980. Je relis Orwell, K Dick, et je me rends compte combien la science-fiction nous a plus préparés au monde d’aujourd’hui, que les romans classiques. Comme le disait Guy Debord, « Les rêves surréalistes correspondent à l’impuissance bourgeoise, aux nostalgies artistiques, et au refus d’envisager l’emploi libérateur des moyens techniques supérieurs de notre temps. ». Le net est ce qui permet de répondre au discours formaté dont une mince élite est propriétaire, c’est une technique, qui en attendant d’être domptée, permet d’apporter un discours neuf, sans censure préalable. Il faudra du temps au pouvoir pour maitriser complètement cette nouvelle technique, ce qui laisse le temps à qui veut se l’approprier d’un répit de liberté. Les techniques et les mentalités sont liées. En s’intéressant aux anticipations techniques, la SF nous permet de réfléchir à ce que pourrait devenir l’avenir social. C’est un formidable outil de prospective.

Written by Le blog de Jean Trito

1 janvier 2011 at 19:24

le grand changement des mentalités des années 80

leave a comment »


L'évolution des mentalités qui a été la plus saisissante depuis la fin des années 70, ce fut la valorisation, sinon de l'entreprise, du moins du système financier. Je soupçonne qu'il y a bien quelques intérêts bien investis dans les medias qui ont permis ce façonnage des esprits, mais il semble que les mécanismes incompréhensibles et incomplets de la finance aient fascinés ces générations. On a confondu la valorisation boursière, et la vraie production de richesses, lesquelles ne sont pas toujours des richesses bien utiles. Le journal des jeunes gens modernes, « Actuel » valorisait le travail sans fin, la création d'entreprises, la bourse, comme si l'on avait perdu d'une génération à l'autre, ce que les questionnements des années 60/70 sur les finalités de l'économie avaient d'intelligents malgré leurs excès. On a monté en épingle de fausses valeurs, des vautours des affaires qui n'ont jamais géré d'affaires, dont le nom incarnait la réussite, l'air du temps, alors qu'ils n'étaient sans doute, sous leur nom de paille qu'un abri commode pour des capitaux sans visage. Déjà, les études de gestion avaient un côté « bourrage de crâne » dont je m'étonnais que mes camarades de cours ne le perçoivent plus, présenté comme un idéal de vie, où la rationalité du management était forcément épanouissante et censée combler tous les besoins de l'individu, alors qu'il s'agissait en fait de se couler dans un système. Ces années nous auront fait passer de la fin des religions à la religion du système.

Cette ambiance, que l'argent était merveilleux, qu'il fructifiait tout seul, comme si des adultes devaient être aussi naïfs que Pinocchio écoutant le chat et le renard lui expliquer que l'argent planté en terre donnait des fruits encore plus merveilleux. Quand on découvre à la suite de scandales financiers selon quels mécanismes les « Mozart de la finance » ont géré certains fonds, on se demande si les adultes de notre époque ne sont pas des Pinocchio lorsqu'ils sont face à la finance. Je me remémore les discours entendus pendant toutes ces années, sur l'amérique et la facilité à y gagner de l'argent, la promotion sociale facile, quand on sait que rien de tout cela n'a jamais existé.

La télévision a suivi ce mouvement, comme si elle était devenue moins critique, avec des émissions paillettes, des feuilletons américains, la mise en spectacle de la politique, qui a abouti à la quasi-disparition des débats d'idées en duel, soit parce que les idées ont disparu, soit parce que le bilan coûts/avantages d'un duel pour un homme politique est devenu très négatif, les risques étant immenses d'une perte totale de crédibilité, la chance d'un gain infime. Un diplômé du certificat d'études en retraite qualifierait la télévision de stupide, et d'abrutissante, où retrouve-t-on donc l'élévation du niveau d'études actuel dans ces masses acceptant ces programmes ? La distraction procurée par la télévision a quelque chose d'angoissant, un vide de nous mêmes ainsi révélé.

Le veau d'or a fasciné cette génération, comme ce politicien, fondateur d'un mouvement anti raciste, qui risque de tomber pour des détournements utilisés pour acquérir des centaines de milliers d'euros de babioles, du « bling bling » comme l'a astucieusement qualifié un journaliste pour évoquer les goûts bien kitsch du président Sarkozy.

Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

Written by Le blog de Jean Trito

8 février 2009 at 15:58