triton95

un regard sur le monde

Archive for the ‘europe’ Category

Une dirigeance de l’Europe sans déontologie

with one comment


barroso 14 07 2016

Après le Brexit, la trahison. Corinne Lepage a écrit : « Durant son deuxième mandat, Monsieur Barroso n’a cessé de soutenir une position soi-disant dictée par la concurrence mais qui en réalité défavorisait systématiquement la constitution de grands groupes européens capables de s’opposer aux multinationales américaines et de prendre des positions systématiquement favorables, au moins dans le domaine de la santé environnement, aux Américains. « 

Written by Le blog de Jean Trito

14 juillet 2016 at 06:34

Bilangues ou blingbling

with one comment


Le slogan génial de cette rentrée « le gouvernement a confondu les classes bilangues et les classes blingbling, et il a supprimé les premières ». On va l’entendre dans toutes les manifestations cet automne.

Written by Le blog de Jean Trito

1 septembre 2015 at 08:17

Langues régionales

with 2 comments


La France a signé une charte des langues régionales, impulsée par l’Europe, alors que cette même Europe n’envoie plus que ses directives aux pays membres en anglais, comme si les langues nationales n’avaient plus de statut. Ce qui s’affiche comme promotion culturelle, est une promotion de l’effacement des états.

Written by Le blog de Jean Trito

14 juin 2015 at 04:22

Publié dans europe, service public

Tagged with ,

Ce qui pèse sur nous

with 5 comments


Le french bashing, que certains journaux complaisants relaient, est une attaque organisée contre ce qui reste d’un contre-modèle au modèle dominant, le modèle français, tissé de puissantes solidarités publiques. D’où l’impuissance de Hollande, qui ne peut jouer qu’en défense, pour essayer de sauver des acquis sociaux et la protection d’un peuple, à qui d’autres font payer le coût social de la mondialisation. Cette offensive idéologique, organisée, multiformes : est-ce que cet économiste qui a peu écrit en français et issu de l’école de Toulouse, école puissamment impliquée dans ce combat idéologique, n’a pas été récompensé du prix de la banque de Suède, pour ouvrir un contre-feu à la diffusion des oeuvres de l’autre économiste français, Thomas Piketty ?

La sortie du système social est si difficile par la démocratie, que seule l’installation du contre-modèle au niveau européen, hors de portée du vote, a permis de l’imposer aux peuples. N’est-il pas significatif, et posant des interrogations, que le dirigeant d’un pays qui a organisé l’évasion fiscale, et aidé ainsi des grandes entreprises à devenir des embusquées du combat actuel, soit aujourd’hui à la tête de la commission ? Ce n’est pas un hasard, pas une contradiction, mais le résultat parfait du système mis en place. N’avions-nous pas d’autre dirigeant à proposer aux jeunesses européennes ?

L’imposition du néo-libéralisme en Europe nécessite de détricoter les dispositifs sociaux, et même les nations, puisque l’on parle d’une « Europe des régions », ce qui viserait à rendre impossibles les solidarités larges actuelles, et les remplacer par des zones de richesse économique différente libérée du poids des solidarités territoriales.

De même, en matière de retraite, on prône un dispositif par capitalisation, véritable ligne Maginot, comme si l’on avait jamais vu une société fonctionner correctement avec une vieille génération vivant derrière un tel rempart, coupée du monde réel, dans une rente perpétuelle.Aux Etats-unis, pays chantre de la retraite par capitalisation, on voit ainsi des nonagénaires travailler encore à leur âge, en raison de l’insuffisance de leurs pensions, belle preuve s’il en fallait de l’inanité du système.

Written by Le blog de Jean Trito

16 novembre 2014 at 07:26

L’euro vaut-il vraiment tripette ?

leave a comment »


Pour m’être promené dans les pays du nord de l’Europe, hors de la zone euro, ma première surprise a été de constater à quel point l’euro pouvait y être méprisé. Ainsi, on voyait des affichettes avec le prix en monnaie locale, et la traduction en euros = dollars alors qu’un euro vaut 1,35 $. Quand on paie en euros, le taux de change est prohibitif, dans des pays où la vie est déjà hors de pris. Ainsi, le moindre boulanger vous demandera 25% de frais de change. C’est un détail, mais aussi un indice significatif de ce qui va mal en Europe, cette unité factice, qui ne résiste pas dès qu’il est question de sujets bien terre-à-terre.

Written by Le blog de Jean Trito

29 septembre 2013 at 08:18

Publié dans économie, europe

Tagged with , , , ,

Du voyage

with 2 comments


Je n’ai plus beaucoup voyagé depuis des années, et j’ai passé récemment une semaine en mer Baltique à bord d’un gros bateau de la compagnie Costa. Je ne savais même pas qu’il existait autant de gros bateaux en service. 272 mètres de long, 36 de large et 62 mètres de haut, avec seulement 8 mètres de tirant d’eau, ce qui explique le retournement du Costa concordia qui a tant frappé les spectateurs de la télévision.

Longtemps je n’ai voyagé que par Nouvelles frontières, sac au dos, en prenant les transports locaux, trains, bateaux côtiers, et je me sentais immergé dans un pays où je croisais les habitants.

Du tourisme industriel, à l’organisation d’horloge, je ne connaissais que Disneyland.

Une croisière est une métaphore du monde mondialisé : les italiens y sont aux commandes, les philippins remplissent les taches de service, et la nuit on croise des indiens qui nettoient le pont pendant que les autres dorment.

Les passagers sont pour la plupart de vieux blancs, les travailleurs sont de jeunes gens de couleur.

J’ai un peu fui tout le bling-bling des ponts inférieurs, les machines à sous, les tables de poker, les spectacles entre classique et variété, et les amuseurs. Seul sur le pont, je retrouvai tout le grandiose de la mer, « infusé d’astres et lactescent », la remontée du fjord de Stockholm dans le soleil levant, le départ de Warnemûnde précis et difficile pour un aussi gros bâtiment, environné de toutes les lumières de la ville.

C’était aussi la première fois que je posais un pied dans l’est de l’Europe. Le premier regard à Talinn en Estonie m’a convaincu qu’il n’y avait plus de différences, à voir les voitures. Les discours des guides étaient révélateurs, en Estonie, on évoquait l’occupation russe, un musée y est d’ailleurs consacré, et on parlait de luttes d’indépendance. En Russie, on était plus balancé, parce que l’on évoquait l’expulsion des pauvres des grandes villes, comme à Paris.

Il y avait une grande différence entre les visites libres, et celles encadrées, comme en Russie et Estonie, car on ne quittait pas une sorte de bulle qui passait du car au musée, au magasin de souvenirs, et à l’église où sont enterrés les Romanov, seule novation de cette visite, sans doute, depuis la chute du mur.
La brassage avec les foules locales me manquait, et je respirais presque de me promener à Rohstock, sur des avenues libres et dans des rues piétonnes.

Written by Le blog de Jean Trito

7 septembre 2013 at 21:47

Publié dans baltique, bateaux, estonie, europe, marine, russie, suède, voyages

Tagged with

Argenteuil valorise la langue allemande

leave a comment »


SAMSUNG

Tiens, je note cette initiative, affichée sur les murs et les vitrines d’Argenteuil, qui vise à valoriser la langue allemande, une langue qui nous pose tellement de problèmes, et une nation avec laquelle rien n’est simple, compte tenu du passé.

Written by Le blog de Jean Trito

25 mars 2013 at 20:12

Publié dans argenteuil, enseignement, europe

Tagged with ,