triton95

un regard sur le monde

Posts Tagged ‘logement

après le mariage pour tous, le logement pour tous ?

with one comment


sovab08022013

Ce qu’il y a d’indécent dans cette occupation totale du paysage médiatique par un sujet qui reste marginal, même s’il faut pour cela bouleverser juridiquement quelques piliers anthropologiques de notre société, c’est que l’on ne parle plus du tout des autres injustices. Il est vrai que l’on peut calculer une infinité de courbes d’inégalités pour une société donnée, les choix politiques consistant à désigner ceux que l’on veut traiter, et taire ceux que l’on ne réglera pas.

La question de l’accès au logement pour tous sera l’objet du combat d’un autre siècle sans doute, surtout quand la Halde, dans le souci (?) de différencier discrimination et différence, inscrit cette discrimination lourde dans la case du traitement différencié de la différence.

Written by Le blog de Jean Trito

8 février 2013 at 21:31

ce que nous apprennent les manifs pour et contre mariage gay

with 2 comments


Vraiment ces défilés pour ou contre sont impressionnants. J’avais montré en quoi cette question pouvait être problématique dans sa mise en pratique, mais j’étais en deça de la réalité.

Jamais une question aussi marginale, concernant aussi peu de gens, et sans vraie demande sociale n’a mobilisé autant de monde dans les rues. Les précédentes grandes manifestations, la retraite, l’école privée concernaient des questions génériques. Je suis ébahi par la surface médiatique occupée par ce sujet. C’est à croire qu’il a été organisé pour que l’on ne traite plus des sujets d’importance, comme le chômage ou le logement, qui ont une toute autre ampleur.

C’est une leçon politique, en montrant la disproportion jamais atteinte jusqu’ici, entre la faiblesse du sujet et la surface médiatique.

C’est peut-être rassurant, il reste donc des possibilités de mobiliser sur des questions qui pourraient prendre encore plus d’ampleur. Par exemple, est-il normal que l’on ne puisse acheter qu’en se soumettant à un questionnaire de santé inquisitorial, dans lequel la moitié des français mentent ? je vois beaucoup de couples qui me disent : je ne peux acheter parce que mon conjoint ne remplit pas les conditions pour le questionnaire. Cet exemple du mariage gay ne devrait-elle pas nous inciter à agir, on aurait la manifestation pour l’application de la promesse de cet homme, qui pourrait réunir un million de personnes, et la manifestation contre qui montrerait par contre le ridicule de cette dernière position.

Written by Le blog de Jean Trito

13 janvier 2013 at 22:40

Publié dans politique

Tagged with , ,

un discours hallucinogène

with 2 comments


Il faut quand même le voir pour le croire, à 57 ans, après 5 ans de présidence, Sarkozy vient de découvrir la crise immobilière. Ce serait comique s’il ne fallait en pleurer, et prendre ainsi conscience, comme en un flash, de l’écart qui a séparé le pouvoir de la réalité. Quand on annonce des mesures que l’on ne prendra pas, on n’est plus en situation de pouvoir, mais de campagne électorale. Aurait-il fait ces annonces en début de mandat que j’aurais pu y voir une preuve de courage, de volonté de s’attaquer aux problèmes. A ce stade, l’on s’interroge, n’a-t-il pas enterré les vrais problèmes, pratiqué comme ces maires de grande ville qui se sont endettés à bas taux d’intérêt durant leur mandat, pour laisser des coûts financiers galopants à leur successeur ? A-t-il joué volontairement une politique à courte vue, pour dissimuler les problèmes sous le tapis du futur ? C’est possible, le discours en devient psychédélique et hallucinatoire.

Une preuve de son inculture et de sa méconnaissance de la France, peut-être liée au fait que ses parents étaient des émigrés, et qu’il lui manque une partie de la mémoire du pays, ce que l’on a tant reproché à Eva Joly, c’est cette idée saugrenue d’inviter Angela Merkel en soutien. Obama oui, mais l’Allemagne intervenant dans la présidentielle française est une énorme faute politique. Il ne faut pas imaginer que, parce que l’histoire est ancienne, les braises en sont éteintes. Verrait-t-on le président algérien, dont le fond de commerce est la guerre d’indépendance, se faire soutenir ostensiblement par Paris ?

Il y a toujours un complexe allemand en France, et qu’il n’en ait pas la culture est sidérant. Que la France se rapproche de l’Allemagne est une évidence, depuis De Gaulle, mais l’Allemagne ne peut intervenir dans la politique intérieure, et soutenir des candidats.

Sarkozy souhaite inviter Angela Merkel à la soutenir dans ses meetings

Written by Le blog de Jean Trito

31 janvier 2012 at 07:06

La surprise Hollande

with one comment


C’est une formidable surprise que ce meeting du Bourget, où Hollande a enfin existé, à un point tel que l’UMP est restée sans réaction. On semble sorti du silence, des hésitations, des cafouillages sur le quotient familial. Il a mis en avant un thème important, celui du logement, en envisageant d’en augmenter le financement par une augmentation du plafond du livret d’épargne, ce qui a même mis en transe les lecteurs du Figaro.

Je m’étonne que l’on n’ait pas prêté plus d’attention à cette question, qui est centrale dans la société française. Il suffit de lire le blog de Sebmusset, qui a traité ce sujet en long, en large et en travers. On nous a sorti une étude aussi vraie que les seins de chez PIP sur le temps de travail comparé entre l’Allemagne et la France, en oubliant qu’en Allemagne les femmes ne travaillent pas, qu’il ne nait plus d’enfants, et que le logement y est en conséquence bon marché, réduisant ainsi nos temps de transport astronomiques en région parisienne. La France est dynamique, plus que ses voisins. Encore faut-il se donner les moyens d’accompagner le mouvement, et ne pas fonctionner comme un pays de vieux rentiers que nous ne pouvons être.

Hollande a rassuré. Ce sont encore les chiffres qui parlent le mieux de l’oeuvre accomplie par Sarkozy, une dette de 600 milliards liée en grande partie à une série de décisions démagogiques sur la fiscalité, une réduction peut-être à contretemps de l’effectif enseignant, compensée par le développement d’un enseignement par classe sociale qui permet d’échapper aux dégâts pour certains. Le financement de l’école aurait été ainsi transféré vers les familles qui pouvaient en assumer la charge. Le poids de la finance, véritable lierre étendu sur le pays, les intérêts particuliers subventionnés de manière irresponsable, ont discrédité cette politique dans l’opinion.

je lisais un article sur la protection sociale. La sécurité sociale a 3% de frais de gestion, les mutuelles 20%, et les assurances privées 35%. Que l’on ne nous tienne plus un discours absurde sur l’efficience de la privatisation.

Hollande est donc la bonne surprise, capable de remettre le pays debout, traiter les vraies questions, que déjà il aborde, sans jouer au sergent recruteur. J’ai même cru comprendre qu’il souhaitait engager des poursuites contre certaines pratiques condamnables développées ces dernières années. Le père de Sarkozy vendait des lessives, dont Bonux et son fameux cadeau, dont nous attendions tant enfant, et qui était souvent bien décevant. Il y a quelque chose de Bonux en Sarkozy.

Written by Le blog de Jean Trito

25 janvier 2012 at 22:27

Le biopouvoir des banques

with one comment


Enzo Traverso, l’historien, utilise le concept de biopouvoir, développé par Michel Foucault, pour désigner un pouvoir de la société, qui au contraire du pouvoir politique, s’exerce sur nous en tant qu’animal, plutôt qu’homme. C »est un pouvoir qui s’adresse au biologique. Ce que Sarkozy dénonce dans cette video, extraite du débat avec Ségolène Royal de 2007, mais sans y avoir beaucoup remédié, c’est la possibilité pour les banques de sélectionner biologiquement les emprunteurs. La Halde qui est pourtant allé chercher des poux dans les manuels scolaires a validé cette sélection qu’elle n’a pas considéré comme une discrimination, dès lors que des intérêts et un calcul financier rationnel était en jeu. Ce qui n’est pas à son honneur.

Written by Le blog de Jean Trito

25 janvier 2012 at 22:10

Améliorer Argenteuil

leave a comment »


Quand je lis les commentaires sur la ville, ils sont effrayants : impôts trop élevés, racaille et insécurité, salafistes, pas de lieu pour sortir, commerces ethniques, crottes de chien sur les trottoirs, niveau scolaire très faible, etc.

J’ai failli insérer une video qui aurait montré différentes vues de la ville avec une déjection canine en premier plan, mais je me suis désisté quand j’ai appris que l’on allait mettre l’accent sur la propreté, et améliorer cette situation. Des poubelles ont été installées, et on a essayé de faire de la prévention, mais le naturel semble revenir au grand galop. Il semble que certains se demandent si ce n’est pas la population qui doit changer, et si l’ancien maire de droite piquait des colères en voyant les clochards installés devant la gare pour accueillir le visiteur, jusqu’à cette erreur du malodore qui l’a rendu célèbre, la mairie rose-écolo voit rouge devant l’invasion anarchique des voitures, et souhaite que les habitants marchent davantage à pied. La question se pose de la même manière pour les différentes municipalités, comment attirer des classes moyennes pour faire remonter le niveau social, développer des activités, devenir attractive. La réalité est résistante, elle finit par ressurgir.

Si la droite prétendait accueillir plus de cadres, la gauche semble vouloir attirer des bobos, mais est-ce vraiment différent ? il s’agit à tout prix, et contre l’évidence du pouvoir d’achat local, de créer des activités et des lieux de sortie, mais sans cet espoir, que resterait-il ? Doit-on se résigner, dans son propre pays, à vivre comme à l’étranger, en orient, dans une ville garantie Halal ? n’y a-t-il pas un malaise, même si le cœur d’une ville change plus vite que le cœur d’un mortel, de se rendre progressivement que l’on devient un étranger chez soi. C’est tout le sentiment qui ressort de cette tentative, peut-être désespérée d’une certaine Reconquista culturelle, de dessiner une nouvelle ville autour d’un centre moyenâgeux, ce palimpseste de son évolution. Personne ne pense que l’on peut obtenir plus des habitants, mais on peut diluer le poids de certains groupes. De même, la voiture ne peut plus dominer nos villes, le piéton doit reprendre ses droits, nous ne pouvons passer nos vies devant la télévision, l’abrutissement télévisuel a atteint ses limites, il faut que des lieux existent où vivre autour d’un simple verre, des lieux agréables à parcourir, des lieux qui marquent notre âme, que l’on puisse être d’ici sans que ce soit un repoussoir, un lieu de relégation.

En ce sens je suis sensible à l’initiative municipale, et la direction donnée, même si sans doute les déceptions sont au bout, et que le poids des impôts locaux qui se répartit sur une minorité de la population, est perçu comme insupportable et inéquitable. L’ancien maire a ainsi réussi à mobilier en organisant une révolte fiscale. Il est vrai qu’il est difficile de quitter la ville, le logement est inabordable, limitant sérieusement les expériences de mobilité.

Reconquérir le centre-ville, c’est aussi pour beaucoup ne plus être confinés sur les hauteurs pavillonnaires des coteaux ou d’Orgemont, et pour les jeunes qui en sont issus, pouvoir disposer de lieux d’épanouissement et de distraction à proximité. Une ville doit permettre de se faire des souvenirs, et demeurer ensuite comme une géographie intime, sans cela nous allons vers une corrosion du caractère, chère à Richard Sennett, d’un monde de mobilités obligatoires, sans aucun enracinement.

Written by Le blog de Jean Trito

17 octobre 2011 at 21:01

Le prix sans limite du logement n’est-il pas une limite mise à l’ampleur de nos vies ?

with one comment


« je n’ai pas demandé à être propriétaire, mais j’ai acheté en banlieue, parce que je ne pouvais plus payer un loyer à Paris ». Ce n’est pas par amour de la propriété que les gens achètent, mais pour s’assurer un logement où qu’il soit. Le logement n’est plus une valeur d’usage, mais un placement, que l’on peut aussi laisser vide pour la plus-value, qu’un éventuel locataire pourrait diminuer en réduisant la liquidité du bien. Une fois que l’on a acheté, on ne bouge plus. L’achat a réduit notre mobilité, et notre capacité de vivre ailleurs, de simplement changer de quartier. Je me rends compte que les relations se font lentement, et par affinités rares, et si elles ne sont pas liées au lieu de vie, elles en dépendent quand même fortement.

Jean Viard disait que l’on « vote là où l’on dort plutôt que là où l’on vit ». Un cadre moyen travaillant à Paris habitait à 20 minutes à pied de son lieu de travail avant les années 80, il en est à une heure et quart en train aujourd’hui. Avec cette transhumance quotidienne, nous avons perdu une unité de vie, un lien lâche entre le lieu de travail et le lieu de vie. Comme le décrit Richard Sennett, dans « le travail sans qualité », c’est que la mobilité professionnelle crée des mutants sans racines, même adventices, car la mobilité forcée vient à bout des liens qui peuvent se créer, et ceux-ci deviennent plus difficiles avec l’avancée en âge. Je crois aussi que les gens mobiles sont ceux qui se sentent le moins bien, qui quelque part, ont des difficultés d’adaptation, qui, ainsi, ont moins à perdre que d’autres. Leur désinvestissement lié à la mobilité est moins important.

Je me rends compte que je soutiens ainsi deux thèses opposées, l’une est que la propriété limite les possibilités, l’autre que la mobilité détruit le caractère. Sont-elles contradictoires ? non, car la propriété fige la vie dans un état de « raison », qui n’était pas forcément celui qui était visé, mais une sorte de choix contraint lié à une rationalité économique, d’un système de logement centrifuge qui nous pousse vers la périphérie de la ville. C’est une sorte de valorisation de cet exil, on accepte d’être propriétaire dans un lieu dont on n’aurait pas voulu être locataire, et on le voit de manière positive. La fluidité du logement nous permettrait de choisir davantage notre lieu de vie, d’en changer tout en restant dans le même monde, et d’accroître la vie. Pouvoir louer facilement rend plus libre par rapport aux problèmes que l’on peut rencontrer dans un quartier, ou une ville, et permet de changer d’horizon.

Pour satisfaire ce besoin de propriété, on a créé ce monstre qu’est le « quartier pavillonnaire », un lieu sans accès, sans commerces et sans vie, qui est présenté comme une promotion sociale. On soigne ses relations professionnelles et d’anciens de la même école, on prête moins d’attention à son voisinage, ce qui montre que le vrai terreau tient davantage à nos lieux de vie, qu’à notre lieu d’habitation.

La grande ville est constituée d’une série de cercles que l’on n’essaie de ne pas franchir, mais que l’instinct de propriété nous permet d’accepter en valorisant le changement de cercle, au-delà de nos aspirations. Nous avons perdu notre place en ville, et habitons des lieux qui ne se définissent plus.

Written by Le blog de Jean Trito

25 septembre 2011 at 11:27