triton95

un regard sur le monde

Posts Tagged ‘Georges Mothron

Argenteuil, le premier discours de Georges Mothron

leave a comment »


P1010137

Au sortir d’un conseil municipal exceptionnel du dimanche matin, qui avait pour ordre du jour la baisse des indemnités des élus, Georges Mothron, nouveau maire d’Argenteuil, a prononcé un discours devait le mail des enfants d’Izieu. Il n’était pas possible de s’approcher, et j’ai pris une photo très lointaine.

C’est une photo aux antipodes de celles que l’on montrer usuellement de nos édiles : le maire est de dos, sans focalisation sur lui, et l’on voit la foule. Je suis arrivé trop tard pour me glisser dans la foule, et pouvoir écouter le discours, mais j’ai pris cette image à la volée, espérant que ce sera une forme de symbolique d’une nouvelle municipalité.

Je me rends aussi compte à quel point les affiches des commerces sont envahissantes, apportent-elles une touche d’humour, ou de modestie, de banalité à cette scène ?

Publicités

Written by Le blog de Jean Trito

6 avril 2014 at 13:34

Publié dans argenteuil

Tagged with ,

Qui est responsable de la situation financière de la ville d’Argenteuil ?

with 3 comments


Depuis que j’habite Argenteuil, le débat sur l’origine de la dette de la ville, et de l’augmentation des impôts est un serpent de mer que tout le monde se renvoie, et qui est maintes fois utilisé dans les tracts électoraux. J’ai lu cet article avant les élections de 2008, et il relativise bien les choses.

« sur le site du modem, on trouvait avant les élections municipales cet article, qui confirme que la hausse des impôts était inéluctable avant l’arrivée de Doucet, ce que le chef de cabinet de M Mothron reconnaissait. Mon intervention ne se moque donc de personne, simplement je n’ai pas de fil à la patte, et je peux ainsi faire la part des choses.

« J’évoque alors les risques de financement du budget d’investissement que j’ai pu observer à la lecture du Compte Administratif 2006.
Selon moi, le Compte Administratif fait apparaître des marges de manœuvres dégagées sur le budget de fonctionnement, marges menacées à terme par une croissance annuelle de 2 % (et 4,4 % pour les charges de personnel) des dépenses de fonctionnement, ces marges sont utilisées plus massivement chaque année (8 millions transférés en 2005, 15 millions transférés en 2006) pour sauvegarder, de plus en plus difficilement, l’équilibre du budget d’investissement.
On sent poindre une hausse d’impôts devenant de plus en plus inéluctable, alors que nos taux d’imposition se situent déjà à des niveaux records (pratiquement le double de la moyenne de la région).
Je fais part à Jean de Saint Sernin de ma préoccupation. Sa réponse est la suivante : « si cela ne tenait qu’à moi, les taux d’imposition augmenteraient chaque année du montant de l’inflation » (ce qui les placerait aujourd’hui autour de 22 %).
Il me répond également que les investissements ont été assumés sans que la dette ne bouge. Je lui rappelle que cette dette se situait à 183 millions d’Euros en 2001 (Georges Mothron déclarait ce chiffre en octobre 2001 et rappelait qu’Argenteuil était la troisième ville la plus endettée de France dans sa catégorie), et se situe aujourd’hui à un peu plus de 200 millions d’Euros. « Oui, bon, elle a peu bougé, à quelques millions près » me répond Jean de Saint Sernin (sic). Il me rappelle « qu’Argenteuil est une ville pauvre, et que peu de ménages payent des impôts » (environ la moitié)
Je lui rappelle de mon côté que le taux de la taxe d’assainissement, lui, est en augmentation régulière année après année, qu’Argenteuil a besoin d’entreprises, mais que le produit de la taxe professionnelle est attribué à la CAAB (Communauté d’Agglomération Argenteuil Bezons), et que dans le compte administratif de la ville, seuls sont visibles de petits ajustements entre la CAAB et la ville. « c’est le même bassin d’emplois » argumente Jean de Saint Sernin. » »

Il est bien difficile de s’y retrouver : la droite a endetté la ville, en s’engageant sur des emprunts à effet retardé. Le successeur ne peut passer son mandat à réduire la dette du précédent, sans prendre d’initiatives. Il aurait eu à la fois l’effet négatif des augmentations d’impôts inéluctables et héritées, et l’absence de projet et n’aurait rien laissé dans son bilan. Il a donc préféré lancer des constructions, et un peu d’endettement plutôt qu’une inexistence de toute façon coûteuse pour les classes sociales sur lesquelles s’appuient la fiscalité argenteuillaise. C’est un peu le dilemme, le maire élu hérite des dettes, et personne n’a intérêt à réduire son action politique à la réduire pour redonner des marges à un successeur, sans pouvoir apposer sa marque sur la ville. Doucet a critiqué le figuier blanc comme un éléphant blanc, mais il en a construit aussi pour rester dans l’histoire et disposer d’un bilan. Les candidats bénéficient de leurs projets, leurs successeurs de leurs dettes. Pauvre Mothron qui n’a pu inaugurer le figuier blanc, comme Giscard avec le TGV.

Argenteuil est une ville clivée, une sorte d’Italie du nord des collines pavillonnaires face au sud du val des HLM, où la moitié de la ville paie pour l’autre moitié, et seuls les payeurs sont vraiment participatifs aux élections. L’ancien maire avait même organisé une sorte de « révolte fiscale », qu’il estime son meilleur argument, même s’il ne pouvait changer radicalement de politique autrement que dans les discours, et si d’une certaine manière, la preuve de sa prudence sociale réside dans cette preuve a contrario qu’il n’y a pas eu d’émeutes en 2005 dans la ville. C’est à mettre paradoxalement à son crédit.

Comme la gare de Perpignan pour Salvador Dali, Argenteuil est un peu notre centre du monde, un laboratoire social extraordinaire, plus intéressant à étudier qu’une ville morne et surannée de la banlieue aisée.

Written by Le blog de Jean Trito

18 avril 2012 at 04:14

Argenteuil, peut-on rire de la politique locale ?

with 3 comments


Je parcours depuis des années les articles locaux, les journaux municipaux, j’assiste à quelques interventions, je lis les blogs de politique municipale, je m’intéresse et me passionne pour des projets et des luttes très locales, dans une ville que la plupart des français sont incapables de situer sur une carte de France. Pourtant, cette vie politique locale, ses valeurs, ses affrontements, n’est-elle pas tout aussi passionnante que la politique politicienne à la télévision ?

Par ailleurs, je suis presque seul sur ce domaine, bien que j’ai vu quelques bonnes caricatures, mais trop marquées et à sens unique sur un tract de Xavier Péricat, je crois. J’ai assemblé quelques idées, et ce que je sais du passé moyen-âgeux de la ville, au sens très large, pour imaginer ces quelques crobards réalisés de très bon matin, en une demie-heure, après avoir laissé mon imagination défiler.

Je ne suis pas certain que cela me permette de sortir un livre que j’irai dédicacer, comme les grands, au presse-papier, la librairie principale de la ville, mais j’espère au moins vous amuser, même si ces dessins parlent d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître.

Le maire d’Argenteuil condamné en justice pour une promesse électorale non tenue ?

leave a comment »


Je n’ai pas réussi à trouver le texte et les arguments du jugement, mais il semble bien que la mairie d’Argenteuil a été condamnée parce que l’on a considéré que la promesse électorale de recruter Franck Laroze valait promesse d’embauche. Je ne sais si mon analyse est juste, mais c’est la première fois que je vois un homme politique condamné sur la base d’une promesse électorale.

N’y-a-t-il par des conclusions à en tirer concernant certaines autres promesses électorales ?

PS : Franck Laroze a déposé le jugement sur son site, lequel me semble moins caricatural que le reportage video et les propos qui y sont tenus par les politiques. Je n’analyse pas la promesse d’embauche comme une promesse électorale, comme il l’est dit dans la video, mais bien comme une vraie promesse d’embauche prise par une autorité administrative compétente, et matérialisée par un courriel assez précis sur ces conditions. Il y a donc là encore une distance entre le rapport journalistique, et le fait réel. Il s’agit d’un acte administratif, non d’une promesse électorale pour laquelle aucun tribunal ne serait compétent, et qui juridiquement n’existe pas.

Les primaires, une bonne idée ?

leave a comment »


C’est la réflexion du maire d’Argenteuil sur une video qui m’a mis la puce à l’oreille. Il faisait le constat que les votants aux primaires ne venaient pas des quartiers populaires, mais des classes moyennes, et qu’il y avait même croisé des militants d’autres partis, qu’il n’a pas cités, dont la femme du député UMP, Georges Mothron.

Les primaires, ne l’oublions pas, constituent la grande idée du think tank Terra Nova, qui avait conseillé à la gauche de couper les ponts avec le peuple. Aujourd’hui, nous avons le résultat d’un scrutin qui n’a pas été effectué par les militants du parti socialiste. Les think tank sont souvent des émanations de groupes financiers, destinés à faire en sorte que tout change à l’intérieur du système sans que l’on change de système, plus des groupes de pression que des laboratoires d’idées. Même Sarkozy semble ébahi de la léthargie du PS qui ne s’éveille que par Montebourg, et Aubry, et de se retrouver avec seule adversaire Marine Le Pen, qui a récupéré beaucoup de thèmes de gauche. MAis peut-être, un 21 avril répété était-il son objectif ? Le capitaine de pédalo donne l’impression de diriger un vaisseau-fantôme, où Strauss-kahn vient même le hanter.

François Hollande nous donne l’impression d’être le nain dormeur bourré de lexomil.

Quels objectifs politiques pour Argenteuil ?

leave a comment »


Quels seront les prochains enjeux électoraux pour les élections municipales à Argenteuil ? Autant, à une certaine époque, on a pu orienter les objectifs vers des populations pauvres, et encore certains objectifs culturels ont pu être atteints malgré tout, autant aujourd’hui il est devenu nécessaire de centrer le travail politique sur les classes moyennes, les seules à voter, les seules dont on puisse espérer un retour sur investissement.

L’idée d’ouvrir le droit de vote aux étrangers est une question de principe, généreuse, peut-être provocatrice, mais sans intérêt ni impact pratique. Elle ne se traduirait pas par un supplément de démocratie, puisque de toute façon, le taux de votation des classes populaires est très faible, décourageant dorénavant les initiatives prises en leur faveur, puisqu’elles seraient sans rentabilité sur un plan électoral.

Les thèmes maniés par la gauche ont rejoint ceux de l’anvienne municipalité de Georges Mothron, car la bataille va se dérouler au centre, avec les classes moyennes en ligne de mire.

Il est devenu nécessaire d’attirer des classes moyennes éduquées, de rendre plus attractif le centre-ville, et l’on demande à la mairie des commerces plus hautes de gamme, ce qui est difficile, car elle ne dispose pas de beaucoup d’instruments publics pour les inciter à s’installer.

La population demande des commerces bas-de-gamme, dont on freine l’installation alors que leur modèle économique est viable et correspond à la demande solvable, et cette population compte peu en termes électoraux. Le commerce haut de gamme est très demandé par les électeurs actifs, mais il faut pratiquement une intervention, un protectionnisme public pour qu’il puisse s’installer, en espérant qu’à l’instar de l’oeuvre littéraire, qui crée sa propre postérité selon Proust, il génère lui-même sa clientèle et convainc ses futurs clients de venir s’installer à Argenteuil.

Depuis la perte de la ville pour les communistes, la gauche comme la droite vont puiser leurs voix dans les classes moyennes, le reste semble avoir disparu dans l’abstentionnisme, sauf en cas de mobilisation émotionnelle forte, comme Ségolène Royal face à Nicolas Sarkozy.

Il y a deux populations qui coexistent, l’une plutôt tournée vers l’Islam, dont elle espère qu’il va jouer le rôle anciennement dévolu à la gauche, et une autre population qui pratique fortement le séparatisme, et attend seulement de disposer d’un centre-ville un peu plus haut de gamme. Pour elle, la première population bénéficie du budget municipal, qu’elle finance. Vu de la mairie, seule l’augmentation de la deuxième population permettra d’augmenter les ressources sans augmenter le taux de taxation de l’assiette, et c’est vraiment l’électorat à séduire pour pouvoir continuer.

Les classes moyennes existent individuellement, et collectivement, grâce à des groupes de pression localisés. Les plus pauvres ont l’Islam comme expression collective, seule organisation à leur portée qui puisse porter des objectifs collectifs.

Les différentes municipalités ont développé les fêtes collectives, ce qui est vraiment le seul liant.

Written by Le blog de Jean Trito

26 novembre 2011 at 15:34

Le grand projet de la ville d’Argenteuil pour son coeur historique

leave a comment »


La mairie organise de loin en loin une visite guidée présentant ses projets. On se rend compte qu’il serait dommage de consacrer du temps à s’informer sur le reste du monde et ne pas savoir ce qui se trame à sa porte. J’ai donc visité l’exposition consacrée aux trésors archéologiques trouvés lors des fouilles de l’abbaye qui abrita jadis Héloïse.

La ville veut remplacer un parking situé rue Laugier (un ancien graveur qui laissa son nom) en une résidence écologique. Il y eut les inévitables qui sont intervenus pour s’inquiéter de leur voiture, où la garer, comment rouler dans ces rues étroites. On leur fit comprendre bien vite que la voiture urbaine avait fait long feu, et que l’on ne pouvait plus réserver autant d’espace public et à profusion à la voiture individuelle. C’est courageux de répondre ainsi, je connais trop de mecs qui ne parlent que de leur voiture, qui est au centre de leur vie manifestement.

Pour le coeur historique, autour de la basilique où la devise républicaine s’affiche au-dessus des statues d’Abélard et Héloïse, il est prévu de refaire le parvis, l’éclairage, de virer le parking qui jure avec le site et d’améliorer l’éclairage.

L’abbaye devrait être enfin accessible au public, une passerelle permettra de surplomber le jardin, la chapelle Saint-Jean sera mise en valeur et le coin fortement piétonisé, la circulation réduite, ce qui est contradictoire avec l’affluence liée au marché, à moins que l’on préserve le coin. La voiture n’est pas en odeur de sainteté, il s’agit d’en réduire la prégnance, elle ne correspond plus au souhait de réhumaniser, d’embellir nos centres-villes. La voiture et la ville de l’avenir, plus agréable, sont incompatibles. Il y a d’une part le poids des thèmes écologiques, et d’autre part la prise de conscience d’une génération pour qui elle représente de plus en plus une nuisance, et une casse des relations sociales, comme la télévision.

La ville va donc mettre en valeur ce qui est irremplaçable, le patrimoine, les racines urbaines. C’est aussi ma conception des choses, il est important de pouvoir se promener dans sa ville, d’y conserver des espaces de beauté, et de détente, des endroits où l’on peut s’arrêter, lire, regarder.

Près de la cave dimière, un restaurant de cuisine française va ouvrir, afin de permettre aux gens « d’aller au restaurant après le spectacle », sauf que le cinéma, le figuier blanc, est quasiment vide. Il affiche plutôt du cinéma d’auteur, et ne propose pas de séance à 22 heures. On entend les commerçants alentour dénoncer l’ouverture d’une boutique qui ne sera pas halal, et se demandent qui donc pourra bien aller y manger.

Il ne faudrait pas que tous ces travaux aboutissent à une ville potemkine, loin de ses habitants, conforme à un idéal de population un peu bobo, mais qui ne viendrait pas l’habiter au final. J’ai lu les objectifs du maire, il souhaite recueillir et attirer des familles chassées de Paris, par le prix de l’immobilier, mais des classes moyennes, qui pourraient tirer la ville vers le haut, et apporter des demandes en termes culturels. Autour de moi j’entendais les gens se plaindre des kebabs, et autres magasins de bas de gamme. Il y a aussi que la ville manque du pouvoir d’achat qui permettrait aux commerces d’un meilleur niveau de devenir rentables. C’est un peu la version de gauche du slogan de l’ancien maire, Georges Mothron, « A Argenteuil, il faut un métissage mais par le haut ».

Aujourd’hui, j’ai aussi admiré le salon du modélisme, que de patience ont ces amateurs pour reconstituer ces bateaux, ces scènes de chantier, ou des machines agricoles à vapeur anciennes.