triton95

un regard sur le monde

Posts Tagged ‘proust

Littératures et siècles

leave a comment »


La littérature a épousé son siècle, à moins que ce ne soit l’inverse§.

Montaigne, au XVIème siècle, le temps des découvertes, de la première mondialisation, de l’ouverture au monde, du brassage des constats et des idées, en passant du coq à l’âne. Montaigne est le premier blogueur, qui semble avoir écrit en utilisant google, agrémentant ses réflexions d’exemples invraisemblables, de moeurs étranges de tribus lointaines.

Le XVIIème et le XVIIIème siècle, et leur littérature de cour, leurs interrogations théoriques, de cabinet, traduisent un monde fermé et farriné. Les épistoliers sont rois, c’est une littérature facebook.

Le XIXème siècle brasse des sociétés entières, de la cave au grenier, et s’intéresse à toutes les classes sociales dans d’immenses fresques qu’aucun contomporain ne pourrait réaliser. C’est l’époque de la littérature totale, qui tient de la place de nos livres, nos journaux, notre cinéma, et l’ensemble d’Internet.

Le XXème siècle, avec deux géants, Proust et son monde fermé, mais plus ironique que celui du XVII et XVIII, et Céline et tous les drames du XXème siècle, la guerre, le monde moderne, la banlieue, et ce sentiment d’être seul dans un siècle de furie.

La fin du XXème siècle, avec Houellebecq, et l’homme devenu seul et isolé, désabusé des libérations qui l’ont aliéné.

Que sera la littérature du XXIème siècle ?

Un retour à un Montaigne foisonnant, représenté par une sorte d’hypertexte, dont seront absents les grands leaders littéraires, qu’Internet ne permettra plus de faire émerger à titre individuel, parce que tout le monde sera lié à tout le monde ? la littérature sera collective ou ne sera pas, seule peut-être les voix intimes et chuchotées pourront encore se faire entendre dans ce fracas. Il se peut aussi que la littérature réaliste du XXIème siècle reprenne ce que la science-fiction et les visionnaires des siècles précédents ont pressenti, que ce qui était le genre, devienne majeur.

Publicités

Written by Le blog de Jean Trito

31 mars 2013 at 08:45

Quels objectifs politiques pour Argenteuil ?

leave a comment »


Quels seront les prochains enjeux électoraux pour les élections municipales à Argenteuil ? Autant, à une certaine époque, on a pu orienter les objectifs vers des populations pauvres, et encore certains objectifs culturels ont pu être atteints malgré tout, autant aujourd’hui il est devenu nécessaire de centrer le travail politique sur les classes moyennes, les seules à voter, les seules dont on puisse espérer un retour sur investissement.

L’idée d’ouvrir le droit de vote aux étrangers est une question de principe, généreuse, peut-être provocatrice, mais sans intérêt ni impact pratique. Elle ne se traduirait pas par un supplément de démocratie, puisque de toute façon, le taux de votation des classes populaires est très faible, décourageant dorénavant les initiatives prises en leur faveur, puisqu’elles seraient sans rentabilité sur un plan électoral.

Les thèmes maniés par la gauche ont rejoint ceux de l’anvienne municipalité de Georges Mothron, car la bataille va se dérouler au centre, avec les classes moyennes en ligne de mire.

Il est devenu nécessaire d’attirer des classes moyennes éduquées, de rendre plus attractif le centre-ville, et l’on demande à la mairie des commerces plus hautes de gamme, ce qui est difficile, car elle ne dispose pas de beaucoup d’instruments publics pour les inciter à s’installer.

La population demande des commerces bas-de-gamme, dont on freine l’installation alors que leur modèle économique est viable et correspond à la demande solvable, et cette population compte peu en termes électoraux. Le commerce haut de gamme est très demandé par les électeurs actifs, mais il faut pratiquement une intervention, un protectionnisme public pour qu’il puisse s’installer, en espérant qu’à l’instar de l’oeuvre littéraire, qui crée sa propre postérité selon Proust, il génère lui-même sa clientèle et convainc ses futurs clients de venir s’installer à Argenteuil.

Depuis la perte de la ville pour les communistes, la gauche comme la droite vont puiser leurs voix dans les classes moyennes, le reste semble avoir disparu dans l’abstentionnisme, sauf en cas de mobilisation émotionnelle forte, comme Ségolène Royal face à Nicolas Sarkozy.

Il y a deux populations qui coexistent, l’une plutôt tournée vers l’Islam, dont elle espère qu’il va jouer le rôle anciennement dévolu à la gauche, et une autre population qui pratique fortement le séparatisme, et attend seulement de disposer d’un centre-ville un peu plus haut de gamme. Pour elle, la première population bénéficie du budget municipal, qu’elle finance. Vu de la mairie, seule l’augmentation de la deuxième population permettra d’augmenter les ressources sans augmenter le taux de taxation de l’assiette, et c’est vraiment l’électorat à séduire pour pouvoir continuer.

Les classes moyennes existent individuellement, et collectivement, grâce à des groupes de pression localisés. Les plus pauvres ont l’Islam comme expression collective, seule organisation à leur portée qui puisse porter des objectifs collectifs.

Les différentes municipalités ont développé les fêtes collectives, ce qui est vraiment le seul liant.

Written by Le blog de Jean Trito

26 novembre 2011 at 15:34