triton95

un regard sur le monde

Posts Tagged ‘vote des étrangers

un an de perdu pour tous

leave a comment »


Au bout d’un an on fait le bilan d’étape, et l’on se rend compte qu’on l’a passé sur la mariage pour tous, un sujet marginal, pour lequel 75 % des français étaient indifférents, avec un affrontement de plus en plus médiatisé des extrêmes. Sans doute un truc de communicant : montez en épingle un sujet de second ordre, qui ne touchera aucun intérêt économique, pour ne pas répondre à ces trois questions lancinantes qui sont le travail, le logement et les transports. Un tel sujet, qui recueillait un consensus de 90 % des français, dès lors que l’on ne touchait pas à leurs droits fondamentaux, que l’on ne bouleversait pas les règles de filiation dans une surenchère absurde et alors que la société était mure pour l’accepter, ce sujet aurait dû nous occuper trois jours, car son vote était acquis. Même Sarkozy l’avait envisagé, de même que le vote des étrangers, ce qui aurait coupé l’herbe sous le pied de la gauche, qui n’aurait plus eu de projet, mais peut-être a-t-il redouté l’impact sur les plus de 67 ans qui constituaient l’essentiel de son électorat.

Written by Le blog de Jean Trito

19 avril 2013 at 23:48

Deux propositions de Hollande qui ne feront pas consensus, le vote des étrangers (1)

with 2 comments


Il est deux propositions du programme de François Hollande, qui sont issues de la gauche moderne, mais qui peuvent être l’objet d’un intense débat polémique. Leur fondement semble issu du rapport de Terra Nova qui préconisait d’abandonner le peuple, et de s’appuyer sur les étrangers et la classe moyenne supérieure. Ainsi le candidat socialiste propose le vote local des étrangers, et le mariage homosexuel.

Le vote des étrangers est-il une bonne idée ? l’idée peut sembler généreuse qui consiste à élargir la base électorale, et à donner une voix à ceux qui n’existent pas en tant que citoyens. Mais quel est donc l’intérêt d’une naturalisation, puisque la nationalité ainsi acquise n’entrainerait pas de progrès en matière de citoyenneté ? par ailleurs, cela pourrait désinciter à effectuer le saut d’une demande de naturalisation, puisque l’on pourrait ainsi peser sur les choix locaux, sans engagement profond dans le pays où l’on vit. On imagine aussi toutes les manipulations possibles d’intérêts étrangers sur leurs ressortissants. La vraie mauvaise raison est pratique : on constate que les classes populaires ne vont pas voter, ne faut-il pas faire un effort de ce côté-ci plutôt que de côté là ? n’y a t-il pas un problème dans cet absentéisme, et l’ajouté d’étrangers sans réciprocité avec leur pays d’origine, n’est-il pas un cadeau empoisonné ? que penserait-on de mesures qui ne passeraient que par un vote étranger ? c’est le type même de l’idée qui semble défendre un principe, mais aboutit plutôt à le détruire, celui du suffrage universel. Il existe pourtant des domaines, professionnels, notamment, où la nationalité n’est pas exigée. On peut donc aussi se poser la question en matière de gestion locale, mais la gestion locale n’intègre-t-elle pas également des aspects nationaux et culturels propres ?

Il est possible que l’on ne soit que dans le domaine des principes sans incidence réelle avec cette proposition?. Pense-t-on vraiment que ce vote contribuerait à intégrer les habitants, s’il leur permettait de faire abstraction plus longtemps de la nationalité ? je ne fais qu’ouvrir ce débat, mes lecteurs ont peut-être d’autres idées, d’autres réflexions à apporter.

Written by Le blog de Jean Trito

29 janvier 2012 at 08:13

Quels objectifs politiques pour Argenteuil ?

leave a comment »


Quels seront les prochains enjeux électoraux pour les élections municipales à Argenteuil ? Autant, à une certaine époque, on a pu orienter les objectifs vers des populations pauvres, et encore certains objectifs culturels ont pu être atteints malgré tout, autant aujourd’hui il est devenu nécessaire de centrer le travail politique sur les classes moyennes, les seules à voter, les seules dont on puisse espérer un retour sur investissement.

L’idée d’ouvrir le droit de vote aux étrangers est une question de principe, généreuse, peut-être provocatrice, mais sans intérêt ni impact pratique. Elle ne se traduirait pas par un supplément de démocratie, puisque de toute façon, le taux de votation des classes populaires est très faible, décourageant dorénavant les initiatives prises en leur faveur, puisqu’elles seraient sans rentabilité sur un plan électoral.

Les thèmes maniés par la gauche ont rejoint ceux de l’anvienne municipalité de Georges Mothron, car la bataille va se dérouler au centre, avec les classes moyennes en ligne de mire.

Il est devenu nécessaire d’attirer des classes moyennes éduquées, de rendre plus attractif le centre-ville, et l’on demande à la mairie des commerces plus hautes de gamme, ce qui est difficile, car elle ne dispose pas de beaucoup d’instruments publics pour les inciter à s’installer.

La population demande des commerces bas-de-gamme, dont on freine l’installation alors que leur modèle économique est viable et correspond à la demande solvable, et cette population compte peu en termes électoraux. Le commerce haut de gamme est très demandé par les électeurs actifs, mais il faut pratiquement une intervention, un protectionnisme public pour qu’il puisse s’installer, en espérant qu’à l’instar de l’oeuvre littéraire, qui crée sa propre postérité selon Proust, il génère lui-même sa clientèle et convainc ses futurs clients de venir s’installer à Argenteuil.

Depuis la perte de la ville pour les communistes, la gauche comme la droite vont puiser leurs voix dans les classes moyennes, le reste semble avoir disparu dans l’abstentionnisme, sauf en cas de mobilisation émotionnelle forte, comme Ségolène Royal face à Nicolas Sarkozy.

Il y a deux populations qui coexistent, l’une plutôt tournée vers l’Islam, dont elle espère qu’il va jouer le rôle anciennement dévolu à la gauche, et une autre population qui pratique fortement le séparatisme, et attend seulement de disposer d’un centre-ville un peu plus haut de gamme. Pour elle, la première population bénéficie du budget municipal, qu’elle finance. Vu de la mairie, seule l’augmentation de la deuxième population permettra d’augmenter les ressources sans augmenter le taux de taxation de l’assiette, et c’est vraiment l’électorat à séduire pour pouvoir continuer.

Les classes moyennes existent individuellement, et collectivement, grâce à des groupes de pression localisés. Les plus pauvres ont l’Islam comme expression collective, seule organisation à leur portée qui puisse porter des objectifs collectifs.

Les différentes municipalités ont développé les fêtes collectives, ce qui est vraiment le seul liant.

Written by Le blog de Jean Trito

26 novembre 2011 at 15:34