triton95

un regard sur le monde

Posts Tagged ‘abbaye

Le retour d’Héloïse à Argenteuil

with 2 comments


Il neigeait sur Argenteuil ce matin, et j’ai découvert ce chantier qui pourrait sembler banal sous les flocons de l’hiver. Il s’agit des premiers travaux d’un grand chantier qui va restituer l’ancienne abbaye d’Héloïse, ses ruines, ses jardins moyenâgeux au grand public. Un bar à vin est même prévu à l’entrée de ce jardin paisible, destiné au recueillement et à la lecture. C’est un haut lieu de cette époque enfin remis à jour, le retour d’Héloïse à Argenteuil en quelque sorte.

SAMSUNG

SAMSUNG

Written by Le blog de Jean Trito

25 février 2013 at 20:57

Pour Jean-Christian Petitfils, la tunique du Christ d’Argenteuil est peut-être authentique

leave a comment »


Jean-christian Petitfils est un historien connu pour ses biographies du grand siècle de Louis XIV, de Louis XIII, d’Henri IV et de Louis XVI. Il vient de quitter sa période de prédilection, pour s’intéresser à la biographie de…. Jésus. Il réintègre les évangiles, et notamment celui de Jean comme des sources utilisables par l’historien. Et surprise, il s’intéresse à différentes reliques, dont la tunique du Christ à Argenteuil, sur laquelle il effectue les remarques suivantes, notant leur très grande cohérence :

« Vous sollicitez aussi un certain nombre de reliques généralement dédaignées par les historiens… La plupart des médias se sont arrêtés à l’analyse au carbone 14 du linceul de Turin, faite en 1988. Or, les conclusions négatives de cette analyse sont aujourd’hui balayées par les derniers travaux scientifiques. On a établi notamment que les taches de sang figurant sur les trois grandes reliques de la Passion pouvaient se superposer : le linceul de Turin, le suaire d’Oviedo (linge qui aurait été mis sur le visage de Jésus aussitôt après sa mort) et la tunique d’Argenteuil, que Jésus aurait portée sur le chemin de croix. Le groupe sanguin est le même, AB : la simple probabilité d’observer le groupe AB sur les trois linges s’établit à 0, 000125, soit une chance sur 8 000 (le groupe sanguin AB représente à peu près 4 % de la population), et je ne parle pas des autres probabilités de concordance du modelé des taches sanguines. Compte tenu de beaucoup d’autres travaux, on peut considérer que l’analyse au carbone 14 n’est pas fiable pour des linges aussi pollués et que ces trois reliques sont authentiques. Ce sont par conséquent des sources très précieuses, en particulier pour le déroulement de la Passion. « 

A la grande librairie, j’ai vu François Busnel le suivre du regard avec inquiétude, lorsqu’il a évoqué ces pièces de vêtement. Alors que les analyses scientifiques ont daté la tunique d’Argenteuil comme étant du VIème siècle, il met donc en doute ces éléments, et met en avant des coïncidences curieuses qui lui font frôler le mystère. Heureusement, il n’est pas allé plus loin dans l’émission, Busnel a eu peur un moment qu’il se suicide intellectuellement, et que cette émission marque la fin de sa considération académique.

Bizarrement, la tunique d’Argenteuil est la plus discrète de toutes les reliques, elle n’est montrée au public que tous les 50 ans, pour la dernière fois en 1984. On l’a retrouvé dans les murs de l’abbaye dont Héloïse fut une religieuse, la fille de Charlemagne abbesse, peut-être dans une crypte dont on ignorait l’existence, qui ne figurait sur aucun plan, et que l’on redécouvrit lors de fouilles.

Cette discrétion est si frappante, qu’elle a donné cette idée à un candidat local démocrate-chrétien.

Written by Le blog de Jean Trito

18 décembre 2011 at 17:36

Le grand projet de la ville d’Argenteuil pour son coeur historique

leave a comment »


La mairie organise de loin en loin une visite guidée présentant ses projets. On se rend compte qu’il serait dommage de consacrer du temps à s’informer sur le reste du monde et ne pas savoir ce qui se trame à sa porte. J’ai donc visité l’exposition consacrée aux trésors archéologiques trouvés lors des fouilles de l’abbaye qui abrita jadis Héloïse.

La ville veut remplacer un parking situé rue Laugier (un ancien graveur qui laissa son nom) en une résidence écologique. Il y eut les inévitables qui sont intervenus pour s’inquiéter de leur voiture, où la garer, comment rouler dans ces rues étroites. On leur fit comprendre bien vite que la voiture urbaine avait fait long feu, et que l’on ne pouvait plus réserver autant d’espace public et à profusion à la voiture individuelle. C’est courageux de répondre ainsi, je connais trop de mecs qui ne parlent que de leur voiture, qui est au centre de leur vie manifestement.

Pour le coeur historique, autour de la basilique où la devise républicaine s’affiche au-dessus des statues d’Abélard et Héloïse, il est prévu de refaire le parvis, l’éclairage, de virer le parking qui jure avec le site et d’améliorer l’éclairage.

L’abbaye devrait être enfin accessible au public, une passerelle permettra de surplomber le jardin, la chapelle Saint-Jean sera mise en valeur et le coin fortement piétonisé, la circulation réduite, ce qui est contradictoire avec l’affluence liée au marché, à moins que l’on préserve le coin. La voiture n’est pas en odeur de sainteté, il s’agit d’en réduire la prégnance, elle ne correspond plus au souhait de réhumaniser, d’embellir nos centres-villes. La voiture et la ville de l’avenir, plus agréable, sont incompatibles. Il y a d’une part le poids des thèmes écologiques, et d’autre part la prise de conscience d’une génération pour qui elle représente de plus en plus une nuisance, et une casse des relations sociales, comme la télévision.

La ville va donc mettre en valeur ce qui est irremplaçable, le patrimoine, les racines urbaines. C’est aussi ma conception des choses, il est important de pouvoir se promener dans sa ville, d’y conserver des espaces de beauté, et de détente, des endroits où l’on peut s’arrêter, lire, regarder.

Près de la cave dimière, un restaurant de cuisine française va ouvrir, afin de permettre aux gens « d’aller au restaurant après le spectacle », sauf que le cinéma, le figuier blanc, est quasiment vide. Il affiche plutôt du cinéma d’auteur, et ne propose pas de séance à 22 heures. On entend les commerçants alentour dénoncer l’ouverture d’une boutique qui ne sera pas halal, et se demandent qui donc pourra bien aller y manger.

Il ne faudrait pas que tous ces travaux aboutissent à une ville potemkine, loin de ses habitants, conforme à un idéal de population un peu bobo, mais qui ne viendrait pas l’habiter au final. J’ai lu les objectifs du maire, il souhaite recueillir et attirer des familles chassées de Paris, par le prix de l’immobilier, mais des classes moyennes, qui pourraient tirer la ville vers le haut, et apporter des demandes en termes culturels. Autour de moi j’entendais les gens se plaindre des kebabs, et autres magasins de bas de gamme. Il y a aussi que la ville manque du pouvoir d’achat qui permettrait aux commerces d’un meilleur niveau de devenir rentables. C’est un peu la version de gauche du slogan de l’ancien maire, Georges Mothron, « A Argenteuil, il faut un métissage mais par le haut ».

Aujourd’hui, j’ai aussi admiré le salon du modélisme, que de patience ont ces amateurs pour reconstituer ces bateaux, ces scènes de chantier, ou des machines agricoles à vapeur anciennes.