triton95

un regard sur le monde

Posts Tagged ‘Enzo Traverso

Enzo Traverso, ce merveilleux historien de l’âge des massacres

leave a comment »


On trouve peu d’informations sur le net à propos de cet historien du XXème siècle et de ses massacres. Je recommande la lecture de ce petit livre, sur historiographie. Il dénonce une histoire écrite par les vainqueurs, et qui renvoie dos-à-dos communisme et nazisme, ou pire, dans le cas de Nolte, induisent le nazisme du socialisme, comme réactionnel. La notion de totalitarisme est suspecte, parce qu’elle met dans le même concept des régimes sans liens entre eux, brouillant davantage les idées qu’elle n’éclaire le fonctionnement de ces régimes. C’est une histoire des vainqueurs et des victimes, plutôt que des vaincus, mais en victimisant, on a appauvri la vie de ces victimes, en leur ôtant ce qui leur était essentiel.

Il dénonce l’histoire de François Furet, qui fait de la révolution un bloc de terreur, sans en voir le fondement, et l’espoir suscité. Pour lui, c’est une histoire apologétique, simpliste. De même, il tient comme un chef d’oeuvre « l’âge des extrêmes » de Hobsbawm qui réhabilite le communisme, livre refusé par Pierre Nora, comme anachronique. Traverso est un historien engagé, qui ne croit pas à la neutralité, et surtout pour le XXème siècle, l’histoire est aussi autobiographique.

L’europe s’est faite sur la base d’un oubli mémoriel, car la seule culture commune de l’Europe a été la division.

La shoah est devenue une religion civile alors qu’il faudrait pouvoir la réintégrer dans l’histoire pour la comprendre vraiment. Ainsi, les pays de l’est l’ignorent alors qu’elle s’est déroulée sur leur territoire. Pour Traverso, la seconde guerre a été une guerre ordinaire à l’ouest, et une guerre d’extermination à l’est.

Ce livre est d’une fantastique érudition, d’un époustouflant niveau de réflexion, en comparaison de ce qu’on peut lire par ailleurs, et loin de tous les lieux communs de notre épqoue. Je n’ai pu en trouver de résumé satisfaisant, j’ai jeté quelques uns de ses thèmes dans cet article, mais on ne peut résumer un livre profond, qui fait part de toute la complexité du monde, sans simplisme. Je n’ai mis en lien que ses entretiens, le reste ne pouvant rendre compte de son œuvre, car les commentaires sont nettement en dessous de son niveau, et donc n’apportent rien.

Je ne peux donc que le recommander à la lecture, il est d’un prix bien modique (12€) en comparaison des médiocres best-sellers à grand tirage. Et je pense que je le relirai d’année en année, comme certains livres de ma vaste bibliothèque.

Written by Le blog de Jean Trito

29 janvier 2012 at 09:59

Le biopouvoir des banques

with one comment


Enzo Traverso, l’historien, utilise le concept de biopouvoir, développé par Michel Foucault, pour désigner un pouvoir de la société, qui au contraire du pouvoir politique, s’exerce sur nous en tant qu’animal, plutôt qu’homme. C »est un pouvoir qui s’adresse au biologique. Ce que Sarkozy dénonce dans cette video, extraite du débat avec Ségolène Royal de 2007, mais sans y avoir beaucoup remédié, c’est la possibilité pour les banques de sélectionner biologiquement les emprunteurs. La Halde qui est pourtant allé chercher des poux dans les manuels scolaires a validé cette sélection qu’elle n’a pas considéré comme une discrimination, dès lors que des intérêts et un calcul financier rationnel était en jeu. Ce qui n’est pas à son honneur.

Written by Le blog de Jean Trito

25 janvier 2012 at 22:10

un grand livre d’Enzo Traverso, la guerre civile européenne

with 2 comments


C’est un livre formidable et rafraichissant, parce qu’il jette un regard sans complaisance sur notre histoire, et la série de conflits de la première moitié du XXème siècle. On a le sentiment avec Enzo Traverso de jeter un regard neuf sur la cette période, un peu en dehors de la bien-pensance habituelle. Il nous explique la différence entre le front de l’ouest, une guerre presque civilisée, et celui de l’est, une guerre d’extermination. Il nous remet aussi le procès de Nuremberg dans son contexte, avec ses limitations, et le but pour les vainqueurs de faire l’histoire, au détriment de la vérité historique et du droit parfois. Le but a été de juger très vite en évitant de mettre en cause les interventions américaines au Japon ou les bombardements de villes allemandes, en allant même jusqu’à imputer officiellement Katyn aux allemands. Il fallait trouver des coupables de façon aussi à dédouaner un peuple. Un livre décapant sur un sujet que l’on n’ose plus aborder. Il cite Renan, qui explique que la nation nécessite une capacité d’oubli, au détriment de la vraie histoire parfois. C’est ce qui s’est notamment passé en Italie où l’amnistie envers les fascistes est arrivée vite, trop vite, afin de restaurer l’unité nationale, après une phase d’épuration qui a permis de calmer le populaire. Il oppose ainsi histoire et politique, la nécessité d’oubli, sous réserve de ne pouvoir vivre ensemble. Comme le note Renan, ou Jared Diamond, sous l’harmonie, on trouve souvent un massacre oublié.
Je n’ai pas trouvé d’autre video de ce prof de sciences politiques en Picardie.

Written by Le blog de Jean Trito

15 mai 2011 at 21:36