triton95

un regard sur le monde

Posts Tagged ‘crotte dechien

Améliorer Argenteuil

leave a comment »


Quand je lis les commentaires sur la ville, ils sont effrayants : impôts trop élevés, racaille et insécurité, salafistes, pas de lieu pour sortir, commerces ethniques, crottes de chien sur les trottoirs, niveau scolaire très faible, etc.

J’ai failli insérer une video qui aurait montré différentes vues de la ville avec une déjection canine en premier plan, mais je me suis désisté quand j’ai appris que l’on allait mettre l’accent sur la propreté, et améliorer cette situation. Des poubelles ont été installées, et on a essayé de faire de la prévention, mais le naturel semble revenir au grand galop. Il semble que certains se demandent si ce n’est pas la population qui doit changer, et si l’ancien maire de droite piquait des colères en voyant les clochards installés devant la gare pour accueillir le visiteur, jusqu’à cette erreur du malodore qui l’a rendu célèbre, la mairie rose-écolo voit rouge devant l’invasion anarchique des voitures, et souhaite que les habitants marchent davantage à pied. La question se pose de la même manière pour les différentes municipalités, comment attirer des classes moyennes pour faire remonter le niveau social, développer des activités, devenir attractive. La réalité est résistante, elle finit par ressurgir.

Si la droite prétendait accueillir plus de cadres, la gauche semble vouloir attirer des bobos, mais est-ce vraiment différent ? il s’agit à tout prix, et contre l’évidence du pouvoir d’achat local, de créer des activités et des lieux de sortie, mais sans cet espoir, que resterait-il ? Doit-on se résigner, dans son propre pays, à vivre comme à l’étranger, en orient, dans une ville garantie Halal ? n’y a-t-il pas un malaise, même si le cœur d’une ville change plus vite que le cœur d’un mortel, de se rendre progressivement que l’on devient un étranger chez soi. C’est tout le sentiment qui ressort de cette tentative, peut-être désespérée d’une certaine Reconquista culturelle, de dessiner une nouvelle ville autour d’un centre moyenâgeux, ce palimpseste de son évolution. Personne ne pense que l’on peut obtenir plus des habitants, mais on peut diluer le poids de certains groupes. De même, la voiture ne peut plus dominer nos villes, le piéton doit reprendre ses droits, nous ne pouvons passer nos vies devant la télévision, l’abrutissement télévisuel a atteint ses limites, il faut que des lieux existent où vivre autour d’un simple verre, des lieux agréables à parcourir, des lieux qui marquent notre âme, que l’on puisse être d’ici sans que ce soit un repoussoir, un lieu de relégation.

En ce sens je suis sensible à l’initiative municipale, et la direction donnée, même si sans doute les déceptions sont au bout, et que le poids des impôts locaux qui se répartit sur une minorité de la population, est perçu comme insupportable et inéquitable. L’ancien maire a ainsi réussi à mobilier en organisant une révolte fiscale. Il est vrai qu’il est difficile de quitter la ville, le logement est inabordable, limitant sérieusement les expériences de mobilité.

Reconquérir le centre-ville, c’est aussi pour beaucoup ne plus être confinés sur les hauteurs pavillonnaires des coteaux ou d’Orgemont, et pour les jeunes qui en sont issus, pouvoir disposer de lieux d’épanouissement et de distraction à proximité. Une ville doit permettre de se faire des souvenirs, et demeurer ensuite comme une géographie intime, sans cela nous allons vers une corrosion du caractère, chère à Richard Sennett, d’un monde de mobilités obligatoires, sans aucun enracinement.

Written by Le blog de Jean Trito

17 octobre 2011 at 21:01