triton95

un regard sur le monde

Posts Tagged ‘presse

Ce que la presse répète en boucle

with one comment


Il semble y avoir quelques points de passage obligés pour la presse, liés sans doute soit à la nécessité de retenir les annonceurs, soit de plaire aux groupes financiers qui la possèdent. L’un, c’est le tabou de l’immobilier, quelque soit la période, c’est toujours « le bon moment pour acheter », l’autre c’est que le ministre des finances est intouchable, quoiqu’il dise. Il est toujours compétent, travailleur, a la confiance des milieux financiers, et il s’agit de porter au pinacle toutes ses interventions visant à s’attaquer au système social, et d’en prôner une privatisation en faveur d’intérêts privés.

Written by Le blog de Jean Trito

6 février 2016 at 12:49

A la fin, il ne restera que les blogs

with 3 comments


De jour en jour, la presse se retire du net, pour réserver ses articles à ses abonnés, s’ils existent vraiment d’ailleurs. Il est patent qu’il n’existe aucun modèle économique viable sur le net, et que l’utilisateur, qui a déjà investi fortement dans le matériel et les abonnements s’attend à ce que le contenu, lui au moins, soit accessible sans contraintes. Dès lors il ne faut pas s’imaginer que le pouvoir d’achat est extensible à l’infini pour permettre aux internautes d’accéder à de tels services.

Comme nous ne regardons déjà plus la télévision, n’achetons plus de journaux, nous ne disposons d’ailleurs plus du temps pour le faire, que va-t-il rester sur le net, et de quelle information nous nourrirons-nous ?

Peut-être des journaux qui ne fermeront pas leur accès, préférant continuer d’exister quelque part, plutôt que de vivre des subsides publicitaires et des subventions de l’Etat, et afficher des chiffres de vente très faibles. Peut-être aussi une participation moins institutionnelle, composée des blogs, des créations sur youtube, et d’autres créations relevant du « règne de l’amateur ».

Il est possible que le net sature, youtube trouvera ses limites, je ne sais pas si tout ce qui est produit est rentable, mais on verra peut-être encore se développer des participations non rémunérées, gratuites, des créations personnelles, comme ces premiers commentaires aux articles de journaux, qui, avant l’apparition des trolls, semblaient écrits de manière plus fraiche et sans langue de bois, que celle des journalistes attitrés. L’avenir est au travail de l’amateur, si décrié, mais en quoi sera-t-il vraiment différent, dans la mesure où il détient une capacité d’expertise comme on dit, sur certains sujets. De plus, une bonne partie des articles de presse est sous influence, ce à quoi pourrait échapper en partie le blogueur, cet amateur libre et méprisé.

A moins que cet espace ne soit occupé que par les productions « de distraction », de sites hautement commerciaux, dont les productions seront diffusées de manière virale, occupant tout l’espace disponible. Je m’en rends compte sur facebook, notamment, où c’est ce qui est le moins créatif, le plus insignifiant qui est plébiscité, comme si les gens avaient peur des choses importantes en fait. La video de chats, par son omniprésence, surprendra de futurs archéologues du net, un peu à l’instar des gravures égyptiennes, où certains animaux revenaient constamment.

Written by Le blog de Jean Trito

16 mai 2015 at 08:39

Publié dans blog, internet

Tagged with ,

Enfin une bonne question sur les financements de Tapie !

with 3 comments


Quelle bonne question !
« D’une part, je trouve bizarre qu’un homme, Philippe Hersant, installé en Suisse, à la tête d’un groupe ayant mal géré des entreprises de presse, soit autorisé à reprendre ces mêmes entreprises par la suite. D’autre part, je suis surpris de constater que les banques ont accepté un tel deal. C’est une chose qu’elles ne font jamais habituellement. Pourquoi ? »

Written by Le blog de Jean Trito

20 décembre 2012 at 20:46

Publié dans Non classé

Tagged with , , , , , ,

Atlantico, l’information décapée

leave a comment »


La création du « site d’information » Atlantico a été abondamment reprise par les medias, et fait l’objet de nombreux commentaires, dont celui excellent de Sebmusset. Je parcours leur article qui « dénonce » le niveau social des squatters de jeudi noir, et je constate avec effarement combien ces craintes étaient fondées. En le lisant, j’ai l’impression qu’Atlantico voit le doigt pour ne pas regarder la lune. A aucun moment, le site ne pose la question du prix du logement, du problème des logements spéculatifs dans Paris, de la difficulté du quotidien. A aucun moment, il n’est capable d’analyser le squat comme un mouvement politique. Non seulement les revendications des plus modestes peuvent être portées par des membres d’une classe plus aisée, mais cette classe moyenne elle-même souffre énormément de problèmes de logement. C’est donc une opération de dé-s-information, puisqu’il s’agit de détourner le public d’une vraie question, pour essayer de la transformer en scandale. Je crains donc que nous n’ayions une fois de plus affaire à un site de propagande, plutôt que d’information. Loin d’être décapant, Atlantico décape l’information pour lui enlever toute charge « dangereuse » et qui poserait de vraies questions.

Written by Le blog de Jean Trito

5 mars 2011 at 09:21

La presse baillonnée ?

with one comment


Written by Le blog de Jean Trito

9 janvier 2011 at 22:48

Le succès de la presse radicale

leave a comment »


Radical, ce n’est pas extrémiste, se perdre dans un absolu qui perd tout intérêt pratique. Être radical, c’est remettre son budget en base zéro, et ne pas considérer comme acquis les clichés journalistiques, et les fruits de la pensée unique.

Je constate que l’on s’intéresse de plus en plus à la presse libre, celle qui ne comporte pas de publicité, comme le canard enchainé, le monde diplomatique, Marianne, alternatives économiques, aux livres de la collection « la découverte ».

La plupart des revues sont davantage financées par les annonceurs que par les lecteurs, ce que dénonçait déjà Deleuze dans l’abécédaire, et l’on peut se demander avec lui si elles écrivent pour leurs lecteurs ou leurs annonceurs.

Le système fait beaucoup de déçus, y compris chez les cadres, qui sont en train de renoncer aux éditoriaux de Christophe Barbier dans l’express. Le néolibéralisme domine tellement nos vies que nous avons besoin d’un autre message, comme des poissons manquant d’oxygène. La radicalité permet d’envisager une autre vie, une autre approche, moins consumériste, moins marquée et dominée par la pub, qui ne relèverait pas d’une pensée unique.

Le communisme a du représenter cette radicalité, tout autant politique que sociale à une époque, dont je parviens avec difficulté à me souvenir. Il représentait aussi une identité, une contre-culture prolétaire, ce que peut représenter la religion musulmane pour certains aujourd’hui.

Il ne peut ressurgir de ses cendres, c’est plutôt une sorte de social-démocratie, tombée avec le mur de Berlin que l’on cherche à reconstituer, même à travers cette pensée radicale. Elle n’est pas révolutionnaire, elle cherche seulement à prendre du recul, à essayer d’augmenter la cohésion de la société, en refusant l’enrichissement d’une oligarchie réduite, et la destruction des acquis sociaux et du système social. Peut-être les collectivités territoriales contribuent -elles à ce mouvement, en essayant de préserver un tissu social face aux destructeurs du collectif.