triton95

un regard sur le monde

Archive for novembre 2012

mariage gay

with 3 comments


Je ne sais pas si le mariage gay est un vrai sujet, autre que marginal. Même là où il existe, seulement 3% des homos sont mariés.

Peut-être est-ce une manière de s’opposer : être pour le mariage gay, parce qu’il est anti-bourgeois, tout en représentant une sorte d’idéal petit-bourgeois, et être contre le mariage hétéro, parce qu’il est bourgeois.

Written by Le blog de Jean Trito

20 novembre 2012 at 19:49

Publié dans sociologie

Tagged with

L’intimité dans la bétaillère

with one comment


C’est au détour d’un article sur la perte de l’intimité du couple, que cette idée m’est venue. Oui, une part de notre intimité réside dans ce passage dans la bétaillère qu’est devenu le transport quotidien pour nous rendre au travail. On voit des gens scrutant leur téléphone portable, leur univers portatif, des gens plongés dans des livres, des journaux Quelquefois, une conversation qui détonne, elle est intime, mais tout le monde y participe. C’est dans l’entassement quotidien, dans la compression, l’évitement, que nous disposons des seuls instants à nous dans une journée.

Written by Le blog de Jean Trito

18 novembre 2012 at 11:19

Publié dans sociologie

Tagged with , , ,

Les explications économiques d’Olivier Passet

leave a comment »


C’est Frédéric Lefebvre-Naré, blogueur argenteuillais, qui a appelé notre attention sur ces clips économiques.

Je pense un peu à l’économiste Piere-Noël Giraud en l’écoutant. C’est une vision que l’on pourrait qualifier de libérale, mais sans les excès des autres mdedias. Il a un présentation claire, sans adopter le ton de donneur de leçons de Christophe Barbier.

J’ai écouté certaines interventions : presque le programme socialiste annoncé en anticipation, sur la compétitivité. Je me rends compte en l’écoutant que tout le monde n’est pas enchanté par la rigueur et le désendettement, pourtant signalée par beaucoup d’auteurs avant les élections, et qu’une part des milieux économiques redoutent la baisse de l’activité. Pour lui, la dette est une valeur, elle correspond aussi à un investissement que va laisser la génération du baby boom, dont il ne faut pas dire qu’elle ne laisse que du négatif. Il signale au passage l’avantage pour un pays (l’allemagne) de disposer de loyers moins élevés, ce qui donne une marge à l’économie.

la France a un taux de travail des moins diplômés élevé en europe, ce que personne ne sait. Il explique aussi que la situation des marges des entreprises s’est fortement dégradée, qu’elles ont conservé le personnel, mais que l’étape suivante est un dégraissage massif, les « digues peuvent rompre ». Ce qui explique sans doute la volte-face du gouvernement sur la compétitivité.

Il explique aussi ce que constate mes parents, que les retraités sont peu taxés, au détriment des plus jeunes.

J’ai mis sur ce post quelques liens, bien que cet discours sur l’économie puisse paraitre éloigné du mien, il a l’avantage d’être pédagogique.

Written by Le blog de Jean Trito

17 novembre 2012 at 08:42

Publié dans économie

Tagged with ,

Hollande, Parisot, le MEDEF et le pacte de compétitivité

leave a comment »


Written by Le blog de Jean Trito

15 novembre 2012 at 21:35

Il n’y a plus d’hommes enseignants dans le 1er degré

leave a comment »


C’est une pyramide des âges affichée dans le bilan social de l’académie de Versailles, elle montre qu’il n’y a presque plus d’hommes dans l’enseignement du 1er degré. On comprend les difficultés des enseignantes avec les garçons, et le manque de représentation de l’homme à ce stade de l’éducation. C’est quand même impressionnant.

Written by Le blog de Jean Trito

14 novembre 2012 at 20:01

Publié dans éducation

Orwell, une langue claire sans clichés

leave a comment »


C’est un tout petit livre, mais il est brillant comme du Tocqueville. Notamment quand il explique que la société anglaise de ce temps est plus liée à la naissance qu’au mérite, et que la classe dominante semble sans fonction utile. Il montre même combien une économie de marché met l’Angleterre dans une situation ridicule à l’approche de l’attaque d’Hitler. On produit des gramophones, du rouge à lèvres mais pas les armes utiles à la défense. L’économie de marché répond aux besoins solvables du marché, mais pas aux besoins. Pour lui, la guerre est l’occasion de changer de régime et changer une classe obsolète.

Orwell écrit très clairement, très simplement, il est un maitre de la langue et le concepteur de la « novlangue ». Il explique que le fond doit guider l’écriture, magnifié par des images, des métaphores pertinentes, l’usage de la voie active, des mots les plus courts, ce sont les mots qui doivent l’emporter sur les phrases toutes faites, les métaphores éculées et sans impact « l’hydre fasciste à face de hyène a entamé son chant du cygne ». Les clichés rendent l’expression obscure et inadéquate. Je le ressens ainsi moi-même, je me rends compte que mes dessins qui proviennent d’un choc d’images incongrues, mises ensemble pour faire éclater une contradiction de notre temps, ont quelque chose de littéraires. L’écrivain pense en images.

On peut lire ce livre d’un anglais accessible, je ne sais pas s’il est possible de le traduire, c’est un ensemble de courts textes de réflexions. Il n’y a pas de fioritures, de détours, la forme épouse le fond comme il le préconise.

Written by Le blog de Jean Trito

14 novembre 2012 at 19:40

Le gouvernement en fait-il trop ?

leave a comment »