triton95

un regard sur le monde

Posts Tagged ‘chirac

Bayrou, le courage

leave a comment »


Je crois que c’est la première fois qu’un dirigeant de droite appelle à voter pour l’autre bord. Bien sur, Chirac en 1981, dans une contorsion théâtrale avait fait comprendre à ses électeurs qu’ils souhaitaient reporter ses voix sur Mitterrand, mais là l’intervention est personnelle et à haut risque pour le président du MODEM.

Il a bien saisi le malaise de la droite modérée, qui ne s’exprime guère, et contribue ainsi à mettre fin à l’expérience Sarkozy. Il laisse le président s’enfoncer seul dans l’abîme, dans une logique qui le conduit à glisser au-delà du front national, moins ploutocrate que lui. Bayrou ne peut suivre un politique qui est en train d’attiser toutes les haines, dénonce les communautarismes, pour mieux les réveiller, en promettant aux uns, et en jetant l’anathème sur les autres. Il vient un moment où même la droite peut y perdre son âme, en divisant pour ne pas régner.

Bayrou s’est attaqué courageusement à certaines mesures scandaleuses mais non dénoncées dans un premier temps, comme l’affaire Tapie, dans laquelle son parti n’était pas mouillé. Il semble que ce soit du courage parce qu’il n’est pas évident qu’il tire un bénéfice politique de son choix, à moins qu’il parvienne à recomposer un nouveau centre droit autour de lui, et que le sarkozysme disparaisse dans les poubelles de l’histoire, comme une parenthèse désenchantée.

C’est une vraie position politique « morale » parce qu’elle échappe à la politique et ses arrangements habituels. Le sarkozysme est allé trop loin dans ses excès, à un point tel qu’il ne parvient plus à faire valoir les points positifs de son action. Je dirais que la moitié de mes amis ont eu de l’admiration pour Sarkozy et sa « dream team », sa volonté de réforme après un certain immobilisme chiraquien. Mais le malaise a été immédiat, dès la soirée au Fouquet. Il a été l’élu des beaux-quartiers, la marionnette de milieux financiers que l’on nous promettait depuis longtemps, en réaction à un Chirac jugé trop peu fiable.

Le MODEM est un parti que l’on pourrait qualifier de notables, on le constate en observant ses scores, plus fort dans les villes aisées de la région parisienne. Pourtant, on peut être un notable et souffrir des entorses au droit et à la probité qui minent d’ailleurs la position que l’on occupe. Les vieilles familles avaient horreur du bling-bling et de l’étalement naïf des richesses, réservées justement aux nouveaux riches, et qui les rendaient peu assimilables.

C’est un évènement important que cette prise de position de Bayrou, c’est l’éclatement de la droite, entre ceux qui dirons « nous au front national » et une tradition plus modérée, plus notable justement.

Le front national continue Sarkozy, tout en lui étant opposé, en le renvoyant à l' »établissement ». Il ne pouvait séduire deux lièvres à la fois. Le centre droit a choisi son côté de la fracture, il se serait dénaturé en votant Sarkozy, surtout après l’affaire Tapie, révélatrice d’un climat et d’un appui non dissimulé à des milieux financiers, dont l’homme d’affaires est soit le représentant, soit le scribe.

Written by Le blog de Jean Trito

5 mai 2012 at 07:23

De deux évènements de la campagne passés inaperçus

leave a comment »


Pourquoi NKM a-t-elle rencontré Marine Le Pen en débat ? parce qu’il s’agit de faire croire que le débat est entre l’UMP et le FN, comme s’il n’y avait pas d’autre opposition, ou qu’elle ne mérite pas un débat.

Pourquoi ressort-on les financements africains de Chirac et Villepin : parce que Sarkozy peut s’en passer, en se faisant financer directement par les riches, ou par des circuits plus cachés permettant d’anonymer de l’argent africain, comme son amitié avec Bolloré. Il s’agit de lancer des missiles préventifs contre un adversaire pressenti qui pourrait être très dangereux. Bourgi déclare d’ailleurs « Je suis un ami très écouté de Nicolas Sarkozy. », il semble que la ficelle soit quand même très visible.

Written by Le blog de Jean Trito

11 septembre 2011 at 13:16

le jour où la France dit non à la guerre

leave a comment »


Je n’ai pas trouvé beaucoup d’éléments sur l’histoire, vieille de 7 ans, du non de la France et de l’Allemagne à l’accompagnement de la guerre d’Irak. D’une part nous étions logiques avec nous-mêmes, puisque l’ONU n’avait pas validé cette guerre au contraire de 1991, et nous n’y avions pas d’intérêt. Quand on lit ce qu’a écrit Naomi Klein, on voit à quoi on a échappé. D’une certaine manière l’europe politique a cessé d’exister ce jour-là, car cela a mis en évidence qu’il n’existait que deux vrais états en Europe, d’une taille critique leur permettant de dire non, les autres étaient des états-croupions. Les USA voulaient nous imposer le rattachement de la Turquie, qui est une question européenne, et la participation à une opération critiquable. Je ne parviens pas à trouver un récit des évènements, de savoir si la France a entraine l’Allemagne ou l’inverse, et ma mémoire n’est pas claire sur ce point. On a comparé cette attitude avec Munich 1938, mais elle lui est antinomique. Je crois que c’est un des grands évènements de notre histoire après-coup. Je vois quelqu’un comme Romain Goupil expliquer qu’il a soutenu cette action parce qu’il ne pensait pas que cela se terminerait ainsi. Je ne suis pas convaincu de sa sincérité, ce que nous savons des guerres coloniales et de la guerre d’Algérie nous a bien montré qu’il ne pouvait s’agir d’une promenade de santé, et que nous ne pourrions dominer et occuper ce pays.

Written by Le blog de Jean Trito

31 octobre 2010 at 14:47

Publié dans armée, économie, politique

Tagged with , , , ,

Sans mémoire le présent se vide, de Bruno Le Maire

leave a comment »


Bruno Le Maire sort un nouveau livre chez Gallimard.

J’avais apprécié « des hommes d’Etat », pour son style simple et accessible, qui décrivait le période Villepin, et certains conflits sociaux (cpe, émeutes de 2005), et des conflits personnels (Sarko/Villepin, la fatigue de Chirac).

Il est un pur produit des élites françaises, un tout autre versant que Sarkozy, qu’il a pourtant rallié. Il déclare que le peuple a voté la réforme des retraites, par l’intermédiaire du Parlement,cela me semble un peu excessif, car un gouvernement doit faire ses preuves tous les jours comme le souligne Rosanvallon dans « la légitimité démocratique ». Je crois qu’à travers cette affaire des retraites sur laquelle il a du monter au filet, il a surtout apporté des gages pour sa progression de carrière en politique.

Il raconte son expérience par le haut dans son livre, je la raconte par le bas. Il revient sur la fracture de Vichy, mais pour moi elle fait partie de l’histoire, le futur n’en dépend pas. Elle correspond à une période très particulière, et on ne peut tout à fait tirer des leçons de ce passé pour affronter l’avenir.

http://www.radioclassique.tv/swf/player_v2.swf

Written by Le blog de Jean Trito

31 octobre 2010 at 10:59

Emmanuel Todd

leave a comment »


Après l'empire : Essai sur la décomposition du système américain Après la démocratie L'illusion economique La chute finale : Essai sur la décomposition de la sphère soviétique

http://www.rue89.com/2008/05/09/emmanuel-todd-sarkozy-est-un-chirac-lent

voici qui parle franchement de l'état du monde, sans langue de bois, en clair, et sans fatras.

Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

Written by Le blog de Jean Trito

11 mai 2008 at 06:17

la fausse bourde de chirac

leave a comment »


1- chirac a refusé de dramatiser la bombe iranienne, ce qu'il aurait du faire pour préparer son peuple à l'intervention américaine, aux côtés des américains
2- l'iran proteste, "la bombe est contraire à notre religion", c'est quand même fort de café !. Du même coup il indique que !
    l'iran prépare la bombe
    mais c'est symbolique
 
Ce n'est pas une bourde mais une révélation !

Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

Written by Le blog de Jean Trito

3 février 2007 at 14:20

Publié dans vagabondages

Tagged with , ,