triton95

un regard sur le monde

Posts Tagged ‘portable

L’écran de proximité

with 2 comments


Autrefois, la télé était au fond du salon, on se levait rarement pour toucher aux réglages, parce qu’il s’agissait essentiellement de l’allumer et de l’éteindre, il n’y avait qu’une seule chaîne, sans pub, et les boutons fixés à l’appareil suffisaient amplement. On gardait ses distances avec sa lucarne d’appartement en quelque sorte.

Puis, d’autres chaînes sont apparues, et la pub envahissante. La télécommande, conçue à l’origine pour les handicapés, a permis à l’usager de se rapprocher de son écran par l’intermédiaire des infrarouges, et de ne plus avoir à effectuer cette tache exténuante, que de se lever pour zigzaguer entre ses multiples chaînes, et essayer d’éviter la pub.

La grande révolution de l’ordinateur individuel a consisté à rapprocher encore l’écran de nos yeux, puisqu’il fallait être à portée de clavier.

Aujourd’hui, c’est l’écran qui s’est encore rapproché de nous, puisqu’il tient dans la main, et que nous ne levons plus les yeux de nos portables, il faut voir ce qu’est devenu la ville, avec ces gens qui ne voient plus rien d’autre, dans les transports, dans les rues.

Quelle sera la prochaine étape ? une projection directe sur notre rétine, mais ensuite l’on considérera que cette intermédiation n’est pas assez parfaite, et il sera relié directement au nerf optique pour raccourcir le circuit nerveux, et pourquoi pas directement dans notre cerveau, comme une prothèse qui générera directement les idées ?

 

 

 

 

Publicités

Written by Le blog de Jean Trito

24 juin 2017 at 06:15

Publié dans réflexions

Tagged with ,

Les Cassandre ratés

with 3 comments


Personne n’a bien saisi la situation française, et le laxisme qui a prévalu pendant 10 ans en matière de finances publiques. On lit ainsi des économistes-Cassandre très déçus, par des bons résultats pourtant évidents sur le taux d’intérêt de la dette, qui se comprennent parce que l’effort de rigueur adresse un message clair. On sent la rage de ces pamphlets de gens déçus par ce qui prouve qu’ils n’avaient rien compris à ce qu’ils ont raconté. Ils ont défendu un système financier fuligineux, où rien de ce qu’ils croyaient n’a existé, un système dont la « richesse créée » s’évapore comme une brume d’été, laissant ses thuriféraires si désemparés devant le vide des « investissements » possibles qu’ils sont prêts à acheter de la dette socialiste à intérêt négatif. Mieux vaut perdre un peu ici, qui risquer de tout perdre n’importe où ailleurs.

C’est maintenant que l’on réalise l’invraisemblance du discours tenu, sur une situation où il fallait remettre de l’argent dans le moteur, seul carburant et seule production du système.

Guy Debord sera peut-être le Nostradamus des temps d’après, son style incisif, glacial, et ses termes plus larges que des concepts permettront de nimber de mystère ses prédictions, qui revêtiront ainsi de multiples sens à l’avenir. Inspiré du style du 17-18ème, pour que sa langue ne vieillisse pas, elle pourrait ainsi expliquer tout écart entre une illusion collective, et la réalité, quelque soit cette illusion, et quelque soit cette réalité. L’économie financière a aussi été une sorte de « spectacle ». La panne d’orange, quant à elle, dramatisée à outrance, alors qu’elle n’a fait qu’interrompre des conversations vides et inutiles, parait sortir d' »in girum imus nocte et consumimur igni ». Il aurait pu écrire de la science-fiction, quelque chose comme « a perfect world », ce livre visionnaire d’Ira Levin, que je relis en anglais, appréciant ainsi davantage les détails que la langue étrangère, me ralentissant, me force à mieux voir.

Lieux insolites

leave a comment »


J’ai testé mon samsung wave II 8350, un téléphone portable. J’ai essayé de trouver un modèle qui puisse me permettre de disposer d’un appareil-photo et d’un camescope d’appoint, car ces outils sont surtout utiles quand on peut les porter sur soi et rester réceptif aux occasions. La photo en intérieur, avec ou sans flash est fort médiocre, sans doute parce que la vitesse est lente dans cette situation. Toutefois, le camescope est un bon dépanneur. Il permet de saisir des images que l’on ne prendrait pas en compte autrement. J’ai donc ramené cette petite moisson de lieux, dont certains peu connus, mais insolites.


La raffinerie de Feyzin, près de Lyon, offre un beau spectacle la nuit, avec ses multiples lumières, comme un 8 décembre perpétuel.


Le corbusier, cet architecte paradigmatique de la modernité et de la valorisation du béton brut, conçut l’église de Firminy, qui ne fut jamais achevée.


Vues en contrebas, le quartier de la défense présente un spectacle prodigieux, celui d’un Paris futuriste

Argenteuil, aujourd’hui

leave a comment »


J’ai voulu voir ce que je pouvais faire avec l’équipement minimum d’aujourd’hui, c’est à dire mon portable, un samsung wave II. Cela me montre que l’on peut se promener avec presque rien, et ramener des souvenirs pour illustrer un blog. Il est loin le temps où le reflex pesait à l’époque avec son jeu d’objectifs !

Written by Le blog de Jean Trito

22 décembre 2011 at 13:01

Le téléphone portable et les femmes

with 7 comments


Si Roland Barthes devait écrire de nouvelles mythologies, nul doute qu’il devrait évoquer la relation des femmes avec leur téléphone portable. J’ai évoqué l’importance des écrans et leur capacité à remplacer la vie réelle, mais il faudrait s’interroger sur le rôle joué par le téléphone portable pour les femmes. Bien sur, elles sont plus orales que l’homme et éprouvent le besoin de communiquer davantage, et à tout moment, mais ce qui fascinant c’est le rôle de compagnon que cet objet occupe pour elles. C’est révélateur dans les transports en commun, où elles ne cessent de caresser, de jouer, de tapoter sans fin cet instrument. Certains ont un revêtement plastique qui imite la douceur de la peau, et leur écran lumineux les plonge dans je ne sais quel rêve, qui les dispense de prêter trop d’attention aux autres passagers, aux regards, au bruit du monde. C’est presque comme une relation avec un enfant, sans les sourires que l’on rend aux autres passagers qui le regardent. C’est une forme de repli sur un objet, qui permet de vivre dans une bulle, comme si elle était produite par l’objet lui-même. C’est un sex-toy, mais sans l’excitation, plutôt une forme de doudou pour adulte. « >

Written by Le blog de Jean Trito

7 août 2011 at 04:44

Publié dans sociologie

Tagged with , ,

Le pont Alexandre III à Paris

leave a comment »


Photo 0095Photo 0096

Lorsque les grèves me forcent à marcher pour me rendre au travail, je profite souvent de mon portable pour prendre quelques photos, à l'heure où il n'y a pas de touristes. Le portable a un l'avantage énorme sur le reflex, c'est qu'on l'a toujours sur soi. Ce que l'on perd en qualité, on le gagne en spontanéité.

Le pont Alexandre III est le plus beau de Paris, et dans les crépuscules, il a quelque chose d'un rêve, avec ces statues, autrefois vertes, et aujourd'hui repeintes, et la Seine et ses péniches. Ce sont mes quelques minutes de tourisme, avant ma journée de travail.

Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

Written by Le blog de Jean Trito

11 novembre 2009 at 06:27

Publié dans vagabondages

Tagged with , , ,