triton95

un regard sur le monde

Posts Tagged ‘critique

est-ce qu’il y a quelqu’un sur le net ?

with one comment


On lit beaucoup d’articles dénigrant l’écriture des blogueurs, les commentaires, articles teintés du plus profond mépris et de la plus grande condescendance. Il semble que l’émergence d’une parole commune, partagée, accessible soit un problème pour des gens qui pensaient avoir monopolisés la parole, et se croyaient « influents ». C’est drôle cette idée de « l’influence », de croire que le public croit ces discours diffusés pour défendre certains intérêts, alors qu’il a appris à les décoder depuis l’époque du « bourrage de crâne », et que, sans doute, seuls ces porte-parole croient encore à leurs paroles, que ce qu’ils disent parce que des médias leur sont ouverts, peuvent influencer encore le public.

Je constate toutefois que peu de gens utilisent le net pour sa puissance, préférant le prémaché de facebook, où l’on accumule pas mal d’aneries, et de reprises en boucle, et que l’on utilise si peu pour tenir un discours plus intelligent. Facebook, quelque part, c’est un peu le deuil de la réflexion, c’est un étalage semi-privé de banalités. Je ne comprends pas comment on peut avoir des centaines de « friends », alors que je suis déjà perdu avec un petit nombre, car les interventions paraissent partielles, sautent du coq à l’ane, et je ne suis pas certain de lire autre chose qu’une autre version d’un jeu social.

Je constate donc, à ma grande surprise, que peu de gens utilisent vraiment le net. Pour ma ville de banlieue, on ne trouve aucun blogueur pour mettre en ligne des articles, hormis les blogs de candidats aux élections, mais est-ce quand on est candidat, on est encore libre d’écrire, quitte à déplaire ?

Il me semble que si plus de gens utilisaient vraiment le net, pour se mobiliser, pour défendre des positions, pour faire part de leurs réflexions, si on utilisait davantage encore le net pour ce qu’il permet de mise en contact en direct et sans grands moyens financiers, de communication pure, qu’après tout le premier bistrot permet peut-être mieux que le net, alors on aurait encore davantage l’impression de pouvoir avancer.

Le nombre de blogueurs faisant part d’expériences, de réflexions libres est donc plus faible que je ne pensais. Il y a une sorte de promotion de soi-même, plutôt qu’un partage d’idées. Peut-être le bistrot possède-t-il de plus grandes qualités que le net, il est plus homogène socialement, l’échange est plus direct, et il conserve la couleur de la langue, ou sa tonalité.

Il me semble qu’en ce moment, il y a des choses que l’on ne peut continuer d’accepter, pour lesquelles il est important de se battre, d’affiner les arguments, et que le net devrait le permettre.

La publicité, les services marchands inutiles, les réseaux sociaux conformistes ont envahi notre horizon netien, comme un lierre envahissant, mais il nous appartient de ne pas laisser cet espace unique, véritable novation de notre temps, ne pas devenir un grand dépotoir des productions des tanks de la pensée, et des agressions commerciales.

Written by Le blog de Jean Trito

9 février 2014 at 09:51

L’ardente obligation de la critique

with 2 comments


Le constat aujourd’hui, c’est que la moitié des films ne font plus l’objet d’aucune critique, d’aucun commentaire. Autrefois, un journal comme « cahiers du cinéma » avait des critiques qui pouvaient visionner tous les films et en faire la critique, et ce n’est plus possible maintenant. La difficulté est d’être vue, un peu comme pour les 400 romans de la rentrée, et les millions de livres à compte d’auteur, ou ces films jamais diiffusés.

Nous, blogueurs, nous avons l’ardente obligation de fouiller tout ce qui existe et de le relater sur nos blogs, nos pages facebook. Ecrire sur les oeuvres, c’est leur permettre d’exister de laisser une trace et peut-être de trouver leur public. N’oublions jamais que Gallimard a raté Proust et Céline, les deux plus grands écrivains de leur siècle.

Il nous faut sans cesse chercher le diamant dans la tonne de boue peut-être que nous allons remuer, partager, à tout prix. LA plupart des œuvres ne correspondent qu’à des besoins commerciaux, et il nous reste à découvrir l’essentiel.

Written by Le blog de Jean Trito

6 août 2013 at 20:05

Publié dans cinéma, cinéma, littérature

Tagged with ,

La difficulté de la critique sur le blog

with one comment


Un blog permet de présenter des oeuvres que l’on a apprécié, qu’elles soient littéraires ou cinématographiques. Je me rends compte de la difficulté à parler bien de ces œuvres sur un blog. Soit l’on se livre à une sorte d’étude complète, en résumant l’intriguer, puis en mettant l’oevure en perspective, en expliquant ce qu’elle nous a apporté personnellement, soit on la cite surtout pour la partager. Pour moi, qui ne prend pas de temps pour écrire mes notes, qui ne les travaillent pas sur le long terme, préférant une spontanéité totale par rapport à quelque chose qui est parfois longuement réfléchi in peto, je me vois mal me lancer dans ce que d’autres font mieux que moi.

Je pense que sur un blog, qui devient essentiellement un journal sur lequel les gens ne reviennent pas. Je note des retours sur des notes anciennes, mais c’est uniquement parce que le tag est soit rare, soit d’actualité, il est donc seulement important de donner quelques jalons, et l’envie de découvrir quelque chose.

Comment parler d’une oeuvre ? le résumé le donne l’impression d’un laborieux travail scolaire, qui aboutit à répéter ce que d’autres ont fait. Je voudrais souvent extraire ce qui m’a touché frappé, mais comme je ne prends jamais de notes, ce qui ralentirait trop mes lectures, j’ai parfois du mal à revenir sur la lecture, et souvent il ne me reste à exposer que ces quelques écailles que l’on garde d’un papillon magnifique que l’on a tenu en main et admiré.

Written by Le blog de Jean Trito

21 décembre 2011 at 07:38

Publié dans art, blog

Tagged with , ,