triton95

un regard sur le monde

Posts Tagged ‘guerre d’irak

Les absents du web

with one comment


Les médias évoquent beaucoup le « droit à l’oubli » sur le web. Pourtant, et paradoxalement, de nombreux noms sont absents de google. Alice Kaplan expliquait que l’on ne pouvait plus retrouver trace des gens modestes quelques décennies après la guerre, ils avaient disparu et aucune archive ne subsistait d’eux. Et bien, à l’inverse de bien des articles journalistiques j’effectue le même constat que cette historienne.

Parfois, et par curiosité, je recherche un nom du passé, pour savoir ce qu’il est devenu. Dans le meilleur des cas, je retrouve des éléments de biographie sur copaindavant, une photo sur facebook, ou sur un quelconque réseau, mais cela va difficilement au-delà. En fait, peu de gens sont cités dans un article, ou laissent une trace un peu personnelle. Et encore, il s’agit souvent de gens exerçant des professions intellectuelles, ou ayant des fonctions électives.

Pour beaucoup d’autres, et notamment des manuels, il est impossible de retrouver la moindre allusion à leur nom sur google, plus encore s’ils habitent le monde rural. Le réseau a une capacité de souvenir, mais aussi d’oubli considérable. Je me souviens que j’avais recherché quels hommes politiques avaient soutenu l’intervention américaine en Irak, et je n’ai plus retrouvé que le nom de Pierre Lelouche, de l’intervention de Gérard Collomb, qui m’avait paru si incompréhensible, rien ne demeurait.

Il n’est donc pas possible de faire une étude historique à partir d’Internet, il possède une mauvaise capacité de conservation. Le buzz chasse le sujet de fond, l’évènement significatif. Wikipedia est symptomatique qui semble privilégier les footballeurs de 2ème division sur les intellectuels. J’ai du parfois introduire certains sujets, trouver un peu de documentation, parce qu’ils sombraient dans l’oubli justement, et que je redoutais que le web n’en retienne rien. Youtube par exemple survalorise le médiatique, est envahi par les annonces immobilières, mais l’on trouve peu de reportages de vrais amateurs qui souhaitent valoriser un lieu, un évènement ignoré et qui passerait inaperçu. Nous ne pouvons laisser des preuves, laissons des traces.

Parfois je reçois un message, pourriez-vous filmer telle rue, dans laquelle je suis passé, pour la confronter à mes souvenirs, voir si elle a changé, j’y ai vécu des choses importantes pour moi, et je ne suis pas en mesure de la revoir. Je me sens un peu dans le rôle d’Atget, qui photographia les rues du vieux Paris, aujourd’hui disparu, et produisit ainsi des documents irremplaçables. Si un jour j’écris enfin, mais il est bien tard dans ma vie pour cela, un roman, peut-être de fantastique ou de science-fiction, j’y placerai peut-être un nouveau type d’archéologue, chargé de « creuser » dans les couches anciennes du web, pour en ressortir des vestiges nécessaires à la compréhension de notre temps.

Written by Le blog de Jean Trito

21 avril 2012 at 07:38

La guerre d’Irak et la sortie de l’Europe

with one comment


Ce qui m’a frappé au moment de la guerre d’Irak, en 2003, c’est le comportement dual de l’Europe. La France et l’Allemagne ont refusé de participer à cette guerre, tous les autres, comme de véritables états-croupions, l’ont soutenue. Cette fracture persiste aujourd’hui, et l’on se rend compte que l’on passe de l’Europe à l’intergouvernemental, et que la résolution de la crise repose là encore sur la France et l’Allemagne. C’est comme s’il n’y avait plus que deux états en Europe, deux états seulement à peser au plan international. La guerre d’Irak nous aura donc dessillé les yeux sur l’avenir d’une illusion.

Written by Le blog de Jean Trito

29 septembre 2011 at 20:23

Publié dans politique

Tagged with , , ,

Boris Vian et Joan Baez à tous les enfants

leave a comment »


Je n’avais jamais réussi à trouver une video de cette chanson extraordinaire, et tellement d’actualité avec la guerre d’Irak.

Written by Le blog de Jean Trito

25 septembre 2011 at 13:39

L’amérique des néo-conservateurs, un nouveau messianisme

leave a comment »


Tout n’est pas massif et bien connu des néo-conservateurs américains. Les auteurs Alain Frachon et Daniel Vernet auraient écrit le livre le plus équilibré sur le sujet selon Fukuyama. Les auteurs nous présentent les républicains dont nous avons une vue caricaturale, en nous montrant tout l’arc-en-ciel de leurs opinions. Les néo-conservateurs y sont presque marginaux, ils se distinguent par leur vision universaliste, ouverte, et non isolationniste. Ce sont en fait des intellectuels, parfois venus de la gauche, inspirés par Léo Strauss, et qui rêvent de remodeler le monde. Pour eux, l’Amérique est Athènes de la guerre du Péloponnèse, elle a une mission, et doit remodeler le reste du monde, en apportant la démocratie, y compris chez leurs alliés des pays arabes. La puissance ne peut rester discrète, elle doit d’abord servir. Ils asquirent de l’influence après le 11 septembre, parce qu’ils étaient les seuls à apporter une interprétation de l’évènement, qu’elle soit juste ou fausse. Il est frappant de voir leur analyse de Pearl Harbor, et la nécessite de prévoir l’improbable, ne pas considérer qu’il ne peut survenir. C’est grâce à ce travail historique sur la question de Pearl Harbor qu’ils furent en mesure de présenter une théorie en temps et en heure. Leur objectif d’aller plus loin en Irak, leur reproche à Georges Bush de ne pas être allé au bout en 1991, guidait leur pensée. Ce sont ces raisons intellectuelles, idéalistes, rigides et naïves qui les ont conduit à mener l’Amérique au désastre en Irak. Ils n’avaient aucune vision concrète de l’état du pays, imaginaient qu’ils suffisait de couper une mauvaise tête, pour qu’une administration remarquable puisse prendre le relais, alors que le pays était en ruine après la guerre du Golfe et l’embargo. C’est l’histoire de ce mouvement, et de ses membres que l’on découvre à travers ce livre, aux antipodes de celle que l’on imagine.