triton95

un regard sur le monde

Posts Tagged ‘biologie

Richard Dawkins, digne successeur de Stephen Jay Gould

with one comment


Richard Dawkins est le digne successeur de Stephen Jay Gould, la même passion l’habite pour expliquer l’évolution, et la même admiration pour Charles Darwin. C’est vraiment un grand livre pour les passionnés d’histoire naturelle et de biologie. Comme Gould, il nous montre les bricolages entrainés par une évolution progressive qui n’est pas revenue à la table de travail de l’ingénieur pour tout revoir, et donc sans dessein intelligent, comme ce nerf du cou de la girafe qui décrit un trajet tarabiscoté au fur et à mesure de l’allongement du cou. On apprend des tas d’histoires, comme celle de ce russe exilé par Lyssenko, et qui en sélectionnant les renards avec la plus faible distance de fuite, est parvenu en quelques décennies à produire un renard complétement apprivoisé, et qui avait aussi changé d’aspect physique. Aussi sensible que Gould à l’embryologie, il nous montre que l’on peut reconstituer tous les cranes d’anthropoïdes, en en déformant les proportions, et que l’évolution joue d’abord sur le développement embryonnaire. La seule différence réside dans le rapport avec le religieux, Gould considérait qu’il ne savait pas, lui s’attache davantage à détruire l’hypothèse de Dieu, mais beaucoup moins dans ce livre, comme un assagi.

Written by Le blog de Jean Trito

20 décembre 2011 at 18:18

John Gribbin, le chaos, la complexité et l’émergence de la vie

leave a comment »


Je suis toujours émerveillé lorsqu’un  scientifique parvient à nous faire entrevoir des choses insondables. Le fil  conducteur du livre, c’est que les systèmes complexes, qu’ils soient cosmogoniques, économiques, biologiques respectent les mêmes règles mathématiques. Leur complexité croit en fonction d’une loi de puissance, et l’on peut mathématiser certaines phases de ces systèmes pour montrer qu’un phénomène correspond à un état théorique. Par exemple, le nombre de cellules différenciées est lié à l’importance de l’ADN d’une espère, et chacune de ces spécialisations correspond à une phase d’équilibre théoriquement prouvée. Il nous montre aussi « l’effet papillon », où l’évolution d’un système est lié aux conditions initiales, des différences minimes entrainant de grosses différences au final. Ce qui est passionnant, c’est cette sorte d’unification vertigineuse du savoir que nous propose John Gribbin, qui va jusqu’à l’explication de la différence de la taille des zébrures selon les espèces de zébre. Je ne résume pas les livres sur mon blog, je laisse juste quelques annotations, et mes impressions personnelles, mais vous voyez que le contenu de ce livre est impressionnant et accessible.

Written by Le blog de Jean Trito

7 novembre 2010 at 11:05