triton95

un regard sur le monde

Tocqueville, l’indépassable

with 3 comments


De Tocqueville, je n’ai quasiment pas entendu parler durant mes années de lycée. Je l’ai découvert plus tard, par mes propres lectures. J’ai été stupéfait par la qualité de clarté et d’écriture du tome II de la démocratie en Amérique, et de l’ancien régime et la révolution. Tocqueville est profond sans jardon, lumineux et simple. Son oeuvre est issue d’une tension entre ses origines aristocratiques, et sa découverte de la démocratie dans un pays neuf, et son importance accordée à la religion dans la régulation de la société. Il passe de la thèse à l’antithèse, et souvent des citations hémiplégiques reprennent l’une ou l’autre sans en retenir l’aspect « dialectique », déformant ainsi sa pensée par ces morceaux choisis. On trouve en lui à la fois une analyse historique fine, des considérations sociologiques, une analyse des rapports sociaux qui pourraient annoncer Durkheim ou Bourdieu, une analyse politique, vue à travers la notion de couche sociale, de caste, ou d’absence de ces couches dans une démocratie où la différence se fait par la richesse, mais où les séparations sont plus subtiles.

Advertisements

Written by Le blog de Jean Trito

3 janvier 2015 à 10:08

3 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. A reblogué ceci sur raimanet.

    raimanet

    3 janvier 2015 at 10:39

  2. J’ai eu l’approche contraire : j’avais toujours entendu parler de son De la démocratie en Amérique que ce soit en cours ou cité dans des articles ou des livres… alors la dernière fois récente où son nom est passé sous mes yeux, je me suis dit « Allez zou, voyons ce que ça vaut une bonne fois pour toute ! »

    C’est une lecture toujours actuelle et intéressante, et en effet il est bien difficile de rendre compte de la position de Tocqueville tant elle est singulière et équilibrée. On est tenté de dire que c’est un aristocrate qui s’interroge sur l’apport de la civilisation démocratique dont il voit les dangers tout en étant convaincu qu’elle est le sens de l’Histoire et que dès lors, l’avenir appartient à celui qui saura en tirer le meilleur. Mais même là, on entre déjà dans la caricature et la simplification. Le mieux reste de le lire.

    Un Oeil

    3 janvier 2015 at 15:57

    • Merci pour cette approche personnelle, effectivement, il est plus difficile à commenter que d’autres penseurs de système, car son écriture oscille constamment. De mon époque, il était oublié, mais il semble avoir été pris en compte dans les années 80, peut-être pour de mauvaises raisons.

      Le blog de Jean Trito

      3 janvier 2015 at 16:12


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :