triton95

un regard sur le monde

livres introuvables

with 4 comments


Je suis étonné que, malgré la profusion de livres qui sortent, et les stocks revendus via les services du net, on ne retrouve plus la trace de certains grands livres. Par exemple, on ne peut plus trouver « l’immatériel » d’André Gorz, penseur écologique et du capitalisme. Ma tentative d’achat s’est terminée en queue de poisson, j’ai été prélevé du montant, mais le livre semble avoir été perdu par la poste, et il n’est plus édité, sauf à payer un prix scandaleux en occasion. Je me demande bien pourquoi personne ne pense à rééditer ce livre fécond en poche, il serait ainsi largement accessible, et continuerait de nous apporter des leçons bien utiles à notre temps.

Publicités

Written by Le blog de Jean Trito

27 septembre 2014 à 11:11

Publié dans André Gorz, écologie

Tagged with ,

4 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Une solution si vous voulez vraiment le lire serait de l’emprunter à la Bibliothèque Edmond Rostand, rue Nicolas Suchet dans le 17e arrondissement. L’inscription et le prêt sont gratuits. Lien : http://bibliotheques-de-pret.paris.fr/medias/medias.aspx?INSTANCE=EXPLOITATION

    Gérard Blot

    27 septembre 2014 at 23:02

    • merci beaucoup, je devrais peut-être aussi le trouver dans ma bibliothèque locale, mais j’aurais voulu l’acheter, afin de disposer de tout mon temps pour le lire, car j’empile plusieurs livres à la fois, et il me faut un délai au-delà de celui accessible en bibliothèque pour pouvoir terminer les plus gros livres.

      Le blog de Jean Trito

      28 septembre 2014 at 09:20

      • c’est aussi une forme d’occupation que de rechercher des livres introuvables, une quête, une enquête, et surtout de les trouver à un prix abordable.

        Le blog de Jean Trito

        28 septembre 2014 at 12:01

      • La pratique des médiathèques impose effectivement une certaine gymnastique,surtout lorsque,comme moi, on en fréquente une petite dizaine. J’aime cette pratique qui me fait découvrir des lieux où l’on est agréablement surpris de côtoyer des personnes très dissemblables, chacune dans sa bulle culturelle mais finalement mue par une même soif d’apprendre, de se cultiver ou tout simplement de se faire plaisir. Les usagers de médiathèques sont là avant tout par envie, et on le ressent à leur façon d’être à l’aise, détendus, surtout les enfants. L’avantage parisien permet, grâce au jeu des deux prolongations possibles via le compte lecteur, de conserver les documents 9 semaines, à condition qu’ils ne soient pas réservés. A moins que vous n’ayez suscité une soudaine envie de lire André Gorz auprès des lecteurs de votre blog – quoique, moi même…, le système a du bon. Bonne chance dans votre recherche.

        Gérard Blot

        28 septembre 2014 at 22:10


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :