triton95

un regard sur le monde

Archive for mars 13th, 2013

Les dealers sont-ils une chance pour notre ville ?

with one comment


Toute activité économique est bonne lorsque le chômage est élevé, et cette recette, cet apport en pouvoir d’achat ne peut être négligé. Il s’injecte dans notre économie locale, et présente de nombreuses retombées positives. Si ce commerce posait un problème, il y a belle lurette qu’on y aurait mis fin, et l’on ne verrait plus notre ville s’animer le soir, avec quelques embouteillages parfois provoqués par des clients affluant des hauts-de-seine. Lorsque que tout cela sera légalisé, nous disposerons de nombreux commerçants tout à fait prêts à passer au nouveau système, les consommateurs auront leurs habitudes, et les circuits seront encore améliorés. Souvent, on entend les parents, ou des voisins finir par reconnaître « au moins pendant qu’ils dealent, ils ne font pas de connerie », car il semble que ce soit un moyen d’acquérir une certaines discipline de vie, et ils sont fort polis d’ailleurs avec les voisins, les reconnaissant et les saluant. Au début, on a un peu l’impression d’être inspecté au faciès, puis on se rend compte rapidement qu’ils ont besoin de paix et de sérénité pour assurer leur prospérité, et que cet intérêt est donc bien partagé avec leurs voisins. On se prend même à penser, quelle chance d’habiter un quartier chaud, la police veille, les organisations font leur police elle-même, on est donc bien gardés.

Je reconnais que j’ai eu un réflexe assez négatif de constater l’importance, la visibilité de cette présence dans la ville, mais j’ai fini par prendre tout cela avec philosophie, comme un commerce comme un autre, auquel d’ailleurs plus personne ne fait vraiment attention.

Est-ce une chance pour notre ville ? peut-être en ce sens que c’est une source de revenus, une forme d’apaisement social pour cette raison, même si les revenus restent modestes, et loin des chiffres annoncés par certains medias peu informés. J’ai ainsi entendu parler de rapports des RG appelant l’attention des pouvoirs publics sur le risque qu’il y aurait pour tout le monde à voir disparaitre une telle activité de nos banlieues. Toutefois, il y a aussi un risque de monoculture, et il faut conserver une diversité de l’activité, il y aurait un risque à mon avis à trop spécialiser la ville dans ce seul domaine, avec les complications liées aux monopoles, autour desquels tout finit par ne plus faire que tourner.

Written by Le blog de Jean Trito

13 mars 2013 at 15:45

Publié dans argenteuil, santé

Faut-il nationaliser tout le logement en France ?

leave a comment »


C’est Cécile Duflot qui a raison, bien qu’une campagne de presse calomnieuse la présente comme une foldingue, sans chercher à comprendre ce qu’elle nous dit. Nous avons atteint une limite en matière de logement, il y a eu une démagogie du pavillon qui occupe beaucoup d’espace, ne crée pas de lien social, à part la maigre culture du barbecue, et nous oblige à habiter des lieux vides, où personne ne semble venir de quelque part. Il faut concentrer, densifier la ville, tout en préservant des espaces naturels, des lieux de convivialité. Nos transports ont atteint leurs limites, et l’on a surtout l’impression que plus personne n’est capable de gérer une telle situation. J’ai le sentiment avilissant d’être une bête à cornes que l’on pousse dans un train du matin, bien souvent annoncé et annulé, et que je partage mes microbes avec les autres, mufle contre mufle.

Pourquoi les uns doivent-ils habiter là et travailler ici, et vice-et-versa ? Devenir propriétaire ne résout aucun problème, c’est s’auto-ligoter pour d’innombrables années, et se priver de toute mobilité, et de tout mouvement. Une partie de l’écart de compétitivité avec l’Allemagne vient de là, de toute cette part du revenu qui doit être consacrée au logement en France. La bonne solution serait de tout nationaliser, et de redistribuer ensuite les logements en fonction du lieu de travail, et de la taille de la famille. Nous ne pourrons continuer encore longtemps à ce que les logements ne soient accessibles qu’en fonction du revenu. On pourra ainsi rationaliser la vie, réduire les temps de transport, faire en sorte que les familles soient à proximité des lieux d’activité, et que ceux qui ne sont plus actifs puissent ne plus encombrer inutilement les espaces disponibles.

On va me dire que l’Europe de l’est l’a déjà mis en place, et que le système s’est effondré, mais le nôtre n’est-il pas en train de s’effondrer, justement ?

Written by Le blog de Jean Trito

13 mars 2013 at 15:27