triton95

un regard sur le monde

Youtube sauve la video

with one comment


On se souvient combien les cameras en super 8 étaient rares, et combien plus rares les difficiles séances de projection. Ces images anciennes seraient précieuses, mais elles dorment au fond des placards, comme beaucoup de camescopes, trop encombrants pour les emmener, ou saisir par eux la fugacité de la vie. Les formats ont changé de manière incessante, de sorte que rapidement on n’a plus eu les moyens de visionner des bandes oubliées au hasard des rangements.

On ne trouve plus aucune revue de video, de photo,oui, mais pas de video, et pourtant l’on vend encore des camescopes, dont les modèles et caractéristiques changent plus vite que la mode vestimentaire.

Comme pour la diapo autrefois, le format de ces images, leur difficulté d’utilisation a fait qu’elles sont rarement vues. Une statistique indiquait même pour les photos papier qu’elles n’étaient jamais regardées, et s’amoncelaient, inutiles.

S’il n’y avait pas youtube, et la possibilité de mettre en ligne des videos, de les intégrer dans des blogs, sur facebook, en ouvrant plus ou moins leur accès, la video aurait pratiquement disparu de notre horizon, on vendrait certes du matériel, mais sa production serait inconnue. Pourtant ces camescopes, de taille réduite, portent de grandes potentialités, et donnent un résultat excellent.

S’il n’y a plus de revue video, on se rend compte également combien ce matériel est bien peu maitrisé, sous-utilisé. 99 % des videos de youtube ne sont pas regardables, ou sont des pubs pour agence immobilière qui semblent bien plus souffrir de la crise qu’elles ne le reconnaissent dans les medias. La photo présente l’avantage de la rapidité, de la vision immédiate par rapport au film, c’est un peu la différence entre un dessin et un texte, ce dernier demande plus d’efforts et d’attentions.

J’ai du envoyer 350 videos sur youtube, dont une centaine publiques, et tout cela sans coût. Je me demande quel est leur modèle économique. C’est une formidable capacité de stockage et de diffusion, inespérée, et puissante. Peut-être un jour les archives de notre temps, des documents uniques.

Je ne sais si le net restera libre, ou s’il se fermera comme d’autres medias. Mais il est vrai qu’il existait un besoin de partage d’informations et d’images au-delà du cercle proche, qui ne comprend pas forcément le public adéquat à une production.

La video est sous-exploitée, tout le monde peut produire l’équivalent d’une émission de télévision, dire des choses qui ne sont pas ailleurs, réaliser des documentaires sur la vraie vie. Je sens un champ d’expression encore inexploité.

Publicités

Written by Le blog de Jean Trito

19 avril 2012 à 09:39

Publié dans video

Tagged with , ,

Une Réponse

Subscribe to comments with RSS.

  1. Un jour nous aurons à expliquer à nos petits-enfants que pour regarder des vidéos YouTube, autrefois, on devait attendre d’être dimanche, et que tous les Français regardaient les mêmes vidéos en même temps. Ca s’appelait Vidéo Gag.

    Un Oeil

    26 avril 2012 at 18:57


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :