triton95

un regard sur le monde

Lyon, Edouard-Herriot, 1978, pavillon P

with 3 comments


Les souvenirs anciens sont les plus vivants. Je revois encore ce vieux monsieur, qui avait participé à la guerre de 1940, et avait été garde-champêtre dans l’Ain. Il nous abreuvait de ses histoires de guerre et de chasse, ainsi que de sa philosophie personnelle, et la manière dont il voyait les problèmes de la France. « tu repenseras à ce que je disais, bien plus tard ». Il avait raison, mais je dois être un peu hypermnésique. Tout le monde se pose la même question aujourd’hui, d’un pays qui ne produit plus ce qu’il consomme.

Publicités

Written by Le blog de Jean Trito

18 février 2012 à 12:44

3 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Quelle justesse. C’est presque une version du principe de Lavoisier!

    longeyesamurai

    20 février 2012 at 04:05

    • en tout cas, le vieux bonhomme a bien existé en chair et en os, et c’était sa vision de la société française de ….1978

      Le blog de Jean Trito

      20 février 2012 at 20:57

  2. […] au courage de ces 100 000 soldats français tués sur le front, et que l’histoire oublie. J’en ai rencontré un en 1978 qui n’en revenait toujours pas d’être revenu vivant, et se plaignait que les munitions […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :