triton95

un regard sur le monde

La bella gente, une dramatique à l’ancienne

with one comment


Le cinéma italien est-il mort, il reste Nani Moretti bien sur, mais ce film discret, d’Ivano de Matteo fait penser à certains films d’Ettore Scola, ou à ces bonnes dramatiques françaises que Claude Santelli nous concoctait, et qui étaient des drames sociaux fondés souvent sur la différence de classe.

On pense immanquablement à Théorème, en voyant « la bella gente » (les gens bien), l’histoire de cette « fille de l’est », recueillie par une femme aisée, militante de la cause des femmes. Bien sur la très belle, mais très émouvante russe va donner le tournis à toute la famille, mais d’une manière très différente de Théorème. Tercence Stamp jouait plutôt le rôle d’un démon, Victoria Larchenko plutôt celui d’une madone. L’article du monde est un peu réducteur en insistant sur les « idéaux de 68-forcèment-bajoués-par-la-réalité ». D’abord le couple qui recueille la jeune fille a plutôt la cinquantaine, ils sont donc, tout comme moi, arrivés après, même s’ils ont connu une jeunesse un peu gauchiste. La psycholoque qui s’est vouée à la cause des femmes, devient terrible losqu’elle se rend compte que la jeune russe attire tous les regards des mâles quinquagénaires autour d’elle, elle lui reproche de s’être baignée dans la piscine et s’imagine qu’elle séduit son mari. Elle n’est plus une victime, mais un danger, donc une intrigante. Elle lui demande même de retirer les plats, voulant essayer de la ravaler au rang de boniche pour la rabaisser, Son fils s’amuse avec elle et retourne à sa petite amie très bourgeoise et vulgaire. La jeune femme repartira d’où elle venait, et la famille romaine reprendra sa vie quotidienne.

C’est une sorte de fable, qui montre que l’on aide les autres tant que l’on peut se projeter en eux, que l’on peut garder un aplomb un peu condescendant sur eux. Dès que leur concurrence peut devenir menaçante, on change de jeu. Ce n’est pas une oeuvre marquée par 68, mais une analyse cruelle de ce que peut contenir la bonté envers les autres, ce que sont les rapports de classe, et de sexe.

Publicités

Written by Le blog de Jean Trito

21 décembre 2011 à 08:02

Une Réponse

Subscribe to comments with RSS.

  1. merci pour cette jolie chronique, j’aime beaucoup le cinéma italien !

    thedude524

    21 décembre 2011 at 13:17


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :